Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Demain, Paris-New York en voiture

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 7 Décembre 2015, 14:08pm

Catégories : #Partage

Le Trans-Eurasian Belt Development (TEPR), projet d'autoroute de Paris à New York © DR
Le 07 décembre 2015 | Mise à jour le 07 décembre 2015
 

Les Russes veulent construire une autoroute permettant de relier l’Europe et l’Amérique. Un projet démentiel, initié par un proche de Poutine et qui vise à faire de la Russie le centre du monde !

Ce sera la plus longue route du monde en continu. Ce Trans-Eurasian Belt Development (TEPR) n’est pas un plan utopique mais une initiative exposée par Vladimir Iakounine, président du système ferroviaire russe et ami proche de Vladimir Poutine. Un projet gigantesque tant les obstacles s’annoncent immenses, notamment dans les régions de Sibérie orientale. L’autre chantier sera le passage sur le détroit de Béring, 88 kilomètres, pour relier deux continents avec un pont ou un tunnel sous-marin. Parallèlement à cette superautoroute, et probablement une ligne de chemin de fer à grande vitesse, le plan de développement prévoit la construction de pipelines et, au-delà, la création de villes nouvelles.

Vladimir Iakounine président des chemins de fer russes: "Un projet plus que jamais vital"

« Grâce à cette route, la Russie deviendra un centre pour la conception et le développement de très hautes technologies. Ce réseau de transport global lui donnera une position centrale, estime Iakounine.

C’est un projet inter-Etats et intercivilisations. L’ensemble est appelé à devenir une “zone du futur”. » Cette aventure va bien sûr coûter très cher. « Plusieurs centaines de milliards, mais les retombées économiques seront si immenses qu’elles couvriront largement l’investissement », conclut Vladimir Iakounine. On a vu avec Sotchi que quand Poutine veut, il obtient.

La route la plus glacée du monde

L’autoroute du pôle Sud est une piste gelée de 1 500 kilomètres reliant la station américaine McMurdo en Antarctique à la base Amundsen-Scott. La signalisation se résume à quelques drapeaux et des bonshommes de neige réalisés par les voyageurs lors de leur arrêt pipi…

La plus longue

La Transaméricaine traverse 17 Etats, 6 fuseaux horaires et 4 zones de climats différents. Avec ses 30 000 kilomètres de long, elle ne sera même pas battue par le projet du TEPR russe. Mais il subsiste une portion de 100 kilomètres à la hauteur du canal de Panama qu’on doit traverser en bateau.

La plus haute

Construite par l’armée indienne, la passe de Khardung, dans l’Etat indien du Cachemire, s’élève à 5 602 mètres d’altitude. A cette hauteur, aucune chance de pouvoir enclencher la troisième : il n’y a pas assez d’air pour le moteur.

La plus dangereuse du monde

La Cumbre Pass doit sa réputation à un bilan hallucinant : 6 morts par mile parcouru ! Reliant La Paz à Coroico, les 60 kilomètres de pistes bordées de précipices font 300 morts chaque année. La cause première ? Les pluies torrentielles qui ravinent la route ou la transforment en patinoire. Et le brouillard rendant la visibilité parfois nulle. On comprend mieux ce « score »…

R504 : La Route des ossements

Egalement connue sous le nom d’autoroute Kolyma. Construite entre 1932 et 1964 par les prisonniers du goulag, elle traverse la Sibérie orientale en reliant Iakoutsk à Magadan. Entre 200 000 et 500 000 prisonniers sont morts lors de la construction des 2 032 kilomètres de route. Dans une région où la température moyenne en janvier est de… moins 50 °C, les « travailleurs » mouraient d’épuisement, de faim et de froid. Pour ne pas avoir à creuser des tombes, leurs dépouilles ont été incorporées au ciment utilisé lors de la construction. Aujourd’hui, cet axe, également surnommé « autoroute de l’enfer », est indispensable pour les populations du Nord.


Parismatch

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents