Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Et si le boycott marchait vraiment ? L’eau en bouteille se vend plus que le Coca-Cola

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 17 Janvier 2016, 19:01pm

Catégories : #Santé

Et si le boycott marchait vraiment ? L’eau en bouteille se vend plus que le Coca-Cola

C’est une bonne nouvelle que nous venons d’apprendre. Vous ne rêvez pas, l’eau en bouteille se vend mieux que le Coca-Cola ou tout autres sodas. Le boycott serait-il en train de faire son effet ? Sur le site Le Parisien, on apprend que cela est dû à la taxe soda mise en place en France depuis 2012 et les fortes chaleurs en France. Nous, on pense plutôt aux changements d’habitudes de nos comportements d’achats, puisque de plus en plus de personnes comprennent enfin que le soda n’est pas du tout sain. Ne l’oubliez pas, une canette équivaut à 33 bouts de sucre avalés ! 

Coca-Cola régresse et l’eau monte en flèche ! Même si l’eau en bouteille reste polluante pour l’environnement, les changements de pratiques de consommation évoluent aussi. Ainsi, on constate une hausse de 5,4 % par rapport à l’année dernière. L’eau en bouteille représente en 2015 une part de 21 % sur le marché des boissons sans alcool, rapporte Les Echos mercredi. C’est la première fois que les français dépensent plus d’argent pour acheter de l’eau en bouteille que pour des colas, affirme la directrice de la division Eaux de Danone au quotidien économique.

Même si nos habitudes évoluent, rappelons tout de même que l’eau en bouteille reste un tabou  qui anime de nombreuses controverses. En 2013 et selon selon 60 millions de consommateurs, on retrouve dans ces bouteilles plastiques la présence de tamoxifène, hormone de synthèse utilisée dans le traitement du cancer du sein, dans la Mont Roucous, Saint Yorre, Salvetat, Saint Armand (Du Clos de l’abbaye) et Carrefour Discount (Céline Cristaline). La teneur est « infime », mais c’est « suffisant pour qu’on s’interroge sur la pureté originelle imposée par la réglementation des eaux minérales ».

De plus, des traces d’Atrazine et d’Hydroxyatrazine — des désherbants pourtant interdits en 2001 mais très persistants — ont été trouvées dans la Vittel (Grande source), la Volvic (Clairvic), la Cora (Saint-Pierre), et la Cristaline (Louise). « Ce qu’on en retire, ce n’est pas de dire que telle marque est plus risquée qu’une autre. Il n’y a pas les bons et les mauvais. Sur l’ensemble des marques, il y a un problème », poursuit Thomas Laurenceau. « Les embouteilleurs sont extrêmement prudents, mais ça interpelle de voir qu’il peut y avoir (des micropolluants) — même si c’est infinitésimal — qui ne devraient pas être là. »

Et l’eau du robinet ? Selon une étude, sur 10 prélèvements, 8 contiennent une à quatre molécules sur les 85 recherchées, principalement des pesticides, mais aussi des résidus de médicaments dont, à nouveau, du tamoxifène détecté notamment en milieu urbain (Rennes et Limoges). Enfin, sur les trois bonbonnes, des traces de Diéthylphtalate ont été trouvées dans l’Obio, et de Bisphénol A, d’Atrazine et de retardateurs de flamme dans la Culligan Val-de-Marne. « Si tous les micropolluants sont ici présents en très faible teneur, leur variété interroge sur les potentiels effets cocktails », souligne 60 millions de consommateurs.

Maintenant, vous êtes au courant !

 

Source : Le Parisien  /

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents