Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Habitat partagé : un collectif rénove un lieu hors du commun pour vivre autrement

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 30 Janvier 2016, 10:39am

Catégories : #Partage

Habitat partagé : un collectif rénove un lieu hors du commun pour vivre autrement

Au cœur de ruelles médiévales, des habitants rénovent un lieu hors du commun pour vivre autrement

PAR 

Habiter autrement les centres des petites villes, accéder à la propriété quand on n’a pas de très gros moyens, vivre sans voiture et partager les problèmes : c’est l’aventure dans laquelle s’est lancé un collectif à Auch. Avec un projet de réhabilitation hors du commun : un important corps de bâtiments sur 3000 m² de terrain, réparti sur 7 niveaux, enclavé en plein centre-ville, accessible essentiellement par des escaliers sinueux. Ici on partage beaucoup – travaux, réflexions, espaces communs à rénover. La topographie particulière du terrain, le choix d’un collectif démocratique, la mixité sociale, en font une expérience assez unique, qui tâtonne encore mais veut s’inscrire dans la durée. Et qui, pour l’instant, essuie les plâtres, au propre comme au figuré. Rencontre.

 

On m’avait parlé d’un immeuble en plein centre-ville, retapé par une sorte de communauté. Je connais un peu le coin, un enchevêtrement de ruelles médiévales qui cascadent à flanc de coteau au cœur d’Auch, la capitale du Gers et de la Gascogne. C’est toujours un peu étroit et très pentu, et j’ai imaginé une petite baraque biscornue habitée par une bande de hippies, enclavée dans un quartier sombre et triste. Je décide de tenter l’approche par les « pousterles », ces escaliers uniques en leur genre qui relient la haute-ville d’Auch à la rive gauche du Gers.

En fait, la pousterle des Couloumats (les « pigeons », en Gascon) est l’une des plus longues de la ville — et donc du monde, puisque les pousterles n’existent que dans cette ville et sur ces coteaux qui soutiennent la cathédrale. Il y a là tout un Monopoly de petites maisons en terrasse auxquelles on ne peut accéder que par les escaliers. Plus haut dans mon ascension, je croise une vielle dame qui se moque gentiment de mon souffle court et me glisse : « Surtout, il faut de bonnes cuisses ! » J’atteins enfin une petite rue encaissée qui s’accroche dans la pente. Derrière un portail en bois, sur lequel est scotché un permis de construire, je plonge avec délice dans l’ombre d’un garage encombré de matériaux de construction éparpillés. Suivant les bruits de coups et de coupe caractéristiques des travaux, je débouche brutalement à la lumière et dans un monde totalement inattendu.

JPEG - 97.5 ko
Chantier de la terrasse
La terrasse du bloc — un immeuble de 5 étages — d’où sont sortis 150 m³ de gravats et où, un jour, poussera un jardin potager.

Un lieu incroyable

L’histoire commence au printemps 2013 quand Sylvie et Fred, jeune couple avec deux enfants, cherchent à louer un logement un peu plus grand dans la ville. Fred raconte :

« Être propriétaires n’a jamais franchement été dans nos projets ou notre façon de vivre. Nous voulions juste que les enfants aient chacun leur chambre. Et habiter dans le centre-ville pour pouvoir nous rendre à pied à la plupart de nos activités quotidiennes, utiliser le moins possible la voiture. Le problème, c’est que nous ne trouvions rien de bien convaincant sur le marché. On a commencé à se dire qu’il fallait peut-être chercher à louer plus grand, quitte à vivre en colocation.

C’est alors que l’agent immobilier nous a proposé de visiter cet endroit. Cela ne correspondait pas à notre demande, mais cela ne coûtait rien de venir visiter. C’était un weekend où nous recevions des copains et nous nous sommes retrouvés à 25 dans… ce lieu incroyable. »

JPEG - 260.7 ko
Cour commune
Les arcades sur la cour ouest, niveau rue, futur cabinet d’architectes.

Ce lieu incroyable, c’est un ancien institut médico-éducatif (IME), en vente depuis 7 ans : 3000 m² de foncier dont 1800 m² habitables, répartis sur 5 niveaux en terrasses, avec une vue imprenable sur la rivière qui roule ses eaux boueuses des dernières pluies en contrebas, la ville qui ondule sur ses collines et même la barre bleue des Pyrénées, au loin, quand il fait beau. Le tout à un jet de caillou de la cathédrale, de la mairie, des commerces, du collège, de tout ce qui fait l’attrait d’une petite ville de province.

JPEG - 80.5 ko
Percer des portes
Jean-Marc et Nicolas, les deux architectes qui n’ont pas peur de prendre la poussière et de donner de leur personne, en train de percer une nouvelle porte sur la pousterle latérale ouest.

Entre deux coups de masse pour faire tomber un mur, Nicolas prend le relai du récit. Il fait partie du projet comme architecte associé, avec Jean-Marc et Sophie. À eux trois, ils ont acheté un lot pour monter leur cabinet dans la résidence. Si Nicolas ne compte pas habiter ici, il est maître d’œuvre pour trois des propriétaires de la résidence. Mais surtout, il participe activement aux corvées qui font travailler tous les membres du collectif sur les parties communes.

« Il y a trois grands corps de bâtiment : ce qu’on appelle « le bloc », qui est le plus récent, formé de deux immeubles de 4 et 5 étages ; les arcades, sur deux étages avec les coursives et dont le rez-de-chaussée est au niveau de la rue ; les communs, essentiellement la cour, la terrasse et les pièces et dessous – l’atelier, le gymnase dont on va peut-être faire une salle des fêtes et un local à vélo. D’après nos recherches, c’était un monastère des pénitents blancs au 17e siècle. On voit encore la façade de la chapelle depuis la rue. Il semblerait même que sur ces terrasses, on ait cultivé la fameuse poire d’Auch, servie sur la table des rois.

Les arcades et les colonnades ont dû être ajoutées au XIXe siècle, car on n’en trouve pas trace dans le cadastre napoléonien. Ensuite, il y a eu une école primaire et maternelle au XXe siècle et à partir des années 70, elle a été aménagée en IME. L’IME a été contraint d’abandonner ces bâtiments devant l’impossibilité de les mettre aux dernières normes et a déménagé en 2008 aux confins de la ville. Depuis, le bâtiment est resté en vente. Pas facile de vendre un espace pareil aussi peu accessible bien qu’en plein centre-ville ! Qui pouvait acheter quelque chose comme cela ? Sans compter qu’il y avait deux vendeurs, la mairie et l’ADSEA (Association départementale de la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence). Au départ, le prix était de un million d’euros. Lors de la première visite, ce n’était plus que 250 000 euros. Et là, ça change tout ! »

JPEG - 53.1 ko
Vue sur la ville
Arcades, coursives, niveaux imbriqués et ouverture sur la ville : c’est un voyage immobile sur les ponts d’un paquebot qui domine la ville.

Un projet démocratique et intergénérationnel, avec une grande mixité sociale

Pour comprendre le fonctionnement de cet endroit, il faut parler avec Manu. Instituteur militant, il ne s’est jamais imaginé propriétaire : trop cher, trop lourd, pas pour lui. Mais voilà, il y a la magie du lieu, l’enthousiasme de ses amis Sylvie et Fred, et la possibilité de construire un projet d’habitat partagé compatible avec ses valeurs profondes et ses petits moyens. C’est lui qui a rédigé la charte qui doit permettre à tous les résidents de vivre en bonne harmonie.

« Il a fallu 18 mois de tractations entre la première visite et la conclusion de la vente. Il fallait constituer un collectif. Il y a eu du mouvement, des gens qui ont laissé tomber et d’autres qui sont arrivés. Un couple proche de la retraite a préféré se retirer à cause de l’accessibilité. Il nous fallait décider de la manière dont nous allions répartir les lots afin d’être le plus équitables possible. Nous sommes arrivés à un total de 14 lots avec des prix et des contraintes différentes. Mais nous ne voulions pas d’une simple copropriété. Il y a donc des communs.

Nous voulions un projet démocratique, ouvert, intergénérationnel, avec une grande mixité de classes sociales. Nous voulions surtout en profiter pour permettre à des personnes modestes d’accéder à la propriété. Toutes les décisions sont prises par consensus. Nous avons aussi intégré des propriétaires bailleurs en plus des propriétaires habitants pour améliorer encore la mixité sociale. »

- Comment répartissez-vous les décisions ?

« Il y a deux niveaux d’accès au projet : les 14 lots qui correspondent aux habitats privés et le collectif qui gère les communs. Au départ, nous voulions que les communs appartiennent à l’association du collectif. Mais le notaire nous a dissuadé de ce montage, compliqué et coûteux à gérer dans le temps. Donc, les lots sont intégrés dans une copropriété classique et les communs sont rattachés à la copropriété sur la base des tantièmes. Mais les communs sont aussi gérés par un collectif que nous allons transformer en association. Tous les propriétaires habitants doivent participer au collectif, mais c’est optionnel pour les propriétaires bailleurs et les locataires. Cela dit, à peu près tout le monde a choisi de participer au collectif. Dans le collectif, on part du principe que tout le monde est égal. Donc, nous avons aussi décidé que les enfants qui le souhaitent participent également au collectif. »

- Tu veux dire qu’un enfant a le pouvoir de bloquer le consensus sur l’usage des communs ?

« Oui, c’est l’idée. Jusqu’à présent, nous sommes toujours parvenus au consensus, même si cela nous prend pas mal de temps et n’est pas facile tous les jours. Appartenir au collectif permet de décider de l’usage des communs et d’y accéder. Nous comptons y installer un garage à vélos, un congélateur collectif et probablement une sorte de salle des fêtes commune. Appartenir au collectif signifie également participer aux corvées sur les communs, exactement comme aujourd’hui où nous sommes tous réunis pour élaguer et évacuer le figuier qui a poussé contre le mur de la salle commune, remplir les tranchées de la terrasse et surtout démonter l’escalier métallique du bloc. »

- Mais si vous n’arrivez pas au consensus, comment ça se passe ?

« Ce sont les règles standards de la copropriété qui prennent le relai, avec décision à la majorité (un lot = une voix). Mais jusqu’à présent, nous avons réussi à faire autrement. Cela vient peut-être du fait que nous n’avons pas le profil de propriétaires fonciers : nous sommes pratiquement tous des familles recomposées, c’est-à-dire des ménages monoparentaux majoritairement modestes, avec des enfants en gardes alternées, ce genre de choses. Aucun de nous ne pensait avoir les moyens d’accéder à la propriété un jour.

Nous avons chiffré les besoins en financement de la réfection des parties communes à 150 000 euros. Autrement dit, le ticket d’entrée pour chaque lot commençait à 10 000 €. Dans mon cas, pour mon duplex de 70 m² avec jardin sur la terrasse, j’ai payé 30 000 € en tout. Bien sûr, pour cette somme, on a surtout les murs. Mais après chacun finance l’aménagement intérieur à son rythme et selon ses moyens. J’espère aménager d’ici la fin de l’été ».

« Sans le collectif, 90 % d’entre nous n’auraient pas pu devenir propriétaires »

JPEG - 184.4 ko
Déblayer les gravats, ensemble
Le principe de la corvée est que tout le monde participe en fonction de ses possibilités, sans distinction de genre.

Même si le ciel se couvre, la petite communauté des corvées du jour continue de s’activer. Pour démonter l’escalier, c’est Loïc le charpentier qui fait profiter le groupe de son expertise. Il a acheté un lot de 127 m² de plain-pied dans le bloc, au niveau de la rue, pour 41 000 euros. Il s’agit d’une partie qui demande moins de travaux, d’anciens bureaux. Il ne sait pas encore s’il va louer ou habiter son lot. Il n’a pas envie d’abandonner son petit jardin, mais Sophie, sa compagne, préfère l’accès piéton au centre-ville et la perspective de voir son petit Achille grandir avec les autres enfants de la résidence :

JPEG - 104.1 ko
Huile de coude, grandeur nature
Démontage de l’escalier de service du bloc façade ouest : tout doit se faire à la force des bras.

« Ce que j’apprécie beaucoup ici, c’est le principe de solidarité : sans le collectif, il n’y aurait pas eu de projet. Comme toujours, au fur et à mesure des travaux, on a eu des mauvaises surprises, comme la cuve à fuel chez Manu, l’insuffisance d’étayage des poutres porteuses du loft de Stéphane, ou un mur porteur affaibli chez Frédérique. Nous avons débattu de chacun de ces problèmes et décidé de répartir la charge supplémentaire de travaux sur les communs plutôt que de planter un membre du collectif. Parce que sans cette idée de collectif, de mutualisation, 90 % d’entre nous n’auraient pas pu devenir propriétaires.

D’ailleurs, dans la charte, il est prévu qu’en cas de départ et de revente, nous nous engageons à ne pas revendre au prix du marché, mais de rester dans la démarche d’accessibilité aux foyers modestes. »

Valérie est comédienne et fait partie du groupe des fondateurs :

« Si l’idée d’investir cet endroit a été enthousiasmante dès le départ, très rapidement, on s’est mis à tourner en rond, entre les visites, les départs, les atermoiements. À un moment donné, il a fallu réellement lancer le projet. Ça a commencé par le chiffrage, le fait d’évaluer le cout réel du projet, et d’arrêter un groupe pour le porter. C’est là que l’aide de professionnels comme Jean-Marc est décisive pour évaluer les possibilités concrètes que nous avions, le coût des travaux de viabilisation des communs, etc.

Ce projet implique avant tout de vivre les contraintes du collectif : les corvées – en fonction des disponibilités des uns et des autres – le fait de vivre ensemble, de fonctionner sur la base du consensus. Il nous a fallu un an de réunions et de débats pour arriver à concrétiser tout ça. »

« Nous avons bâti des murs, mais nous avons aussi percé des portes ! »

Jean-Marc est l’un des trois architectes du futur cabinet qui va s’installer dans la résidence. Il compte travailler ici, mais aussi y vivre et y installer son atelier bois. Pour ne pas créer de futures tensions, il a refusé de mener les chantiers chez ses futurs voisins. Mais il est maitre d’œuvre de la réfection des communs. Ce qui est bien pratique puisqu’il est agréé par les Bâtiments de France. Le quartier est classé historique.

JPEG - 204.9 ko
Un lieu incroyable
Les arcades côté est dominent la ville et leurs magnifiques éléments en pierre taillée qui vont être préservés par le collectif.

« C’est vraiment un lieu incroyable. Quand on l’a découvert, on s’est dit qu’il y avait un truc à faire, réinvestir le centre-ville, pour reconquérir les mobilités douces. C’était vertigineux. L’Agence nationale de l’habitat nous a tout de suite soutenus, ses aides à l’amélioration thermique vont financer 50 % des travaux des foyers les plus modestes. C’est la force du collectif : trouver des réponses ensemble.

Il nous a fallu 18 mois pour arriver à la signature. Cela aurait pu trainer encore un peu, mais des promoteurs ont commencé à présenter des projets concurrents et à faire pression sur le prix. Ce qui nous a sauvés, c’est que nous avons été capables de nous mettre d’accord pour présenter une offre ferme, alors que les promoteurs coinçaient sur la question de l’accessibilité. Les promoteurs doivent proposer une place de garage pour chaque lot vendu, ce qui, vu la configuration, est très difficile à mettre en œuvre. Certains avaient réfléchi à un ascenseur à voitures, creusé directement dans la roche, quelque chose qui récupère la voiture au niveau de la rue et la range automatique dans les sous-sols... Rien que cela, ça devait couler leurs budgets !

Le fait que nous cherchions à nous affranchir de la voiture et que nous ne sommes pas soumis à cette règlementation en tant que particuliers nous a particulièrement aidés. Nous nous sommes donc lancés, sans clause de résiliation. »

Un échange constant d’idées, de coups de main et de dialogue

JPEG - 283.6 ko
Un travail de sherpas
Chaque tronçon d’escalier doit être évacué à la main. Une caractéristique du terrain qui a fait fuir bien des entrepreneurs et qui nécessite une main-d’œuvre abondante et volontaire.

Frédérique est la voisine de Manu, et la dernière arrivée sur le projet en juillet 2014, juste avant la signature. Elle n’imaginait sans doute pas alors, que moins d’un an plus tard, elle serait embarquée dans des travaux de terrassement. Son père, Gérard, passe très régulièrement dans la résidence pour donner un coup de main. C’est en fait une sorte d’auberge espagnole de la construction, avec les amis et la famille qui participent aussi à l’aventure. C’est un échange constant d’idées, de coups de main et de dialogue.

« Je vis à Mauvezin (petit village à 30 km) et je travaille à Auch, avec Fred (le compagnon de Sylvie : il faut suivre, il y a au moins trois Fred embarqués dans cette aventure !). Je cherchais à me rapprocher pour arrêter tous ces trajets en voiture. Fred m’a parlé d’un studio à vendre dans le collectif, mais c’est un format qui ne convient plus à grand monde. Jean-Marc a fusionné le studio qui demandait trop de travaux avec son lot et du coup, je suis devenue voisine de Manu, dans un duplex. »

Aurélie ne s’est pas embarquée dans l’aventure pour ses implications politiques, mais bien pour son côté pratique :

« J’ai deux enfants avec Jean-Marc. Je n’adhère pas vraiment à tous ces trucs collectifs, les débats qui n’en finissent plus, le fait qu’il faille écouter le point de vue de chacun sur tout, mais depuis qu’on est passés aux choses concrètes, c’est nettement plus stimulant. J’ai toujours eu envie de m’investir dans un gros projet de « retape ». Là, il y avait le côté pratique pour les enfants qui pourront facilement aller de chez moi à chez leur père. Mais ce qui me plait vraiment, c’est qu’à présent nous faisons tout cela ensemble. Cela permet de surmonter la difficulté de l’entente au quotidien. En fait, j’adore ça ! »

Un ensemble de difficultés et de défis à surmonter ensemble

Manu a fini de boucher les tranchées de la terrasse, de déménager les fagots de figuier et surtout de transporter avec les autres les tronçons de l’escalier de service.

JPEG - 218.6 ko
La force du collectif
La disparité des moyens financier pour les parties privées attise un peu les jalousies et les récriminations, mais les conflits se résolvent mieux en mode participatif, comme lors de la pause repas commune pendant les corvées.

« L’un des grands défis du projet : le déblaiement de la terrasse. Il y avait des préfabriqués et une maison branlante collée au bloc que personne ne voulait habiter. Quand les bâtisseurs contactés ont vu que notre terrain était inaccessible aux engins, ils sont partis en courant. Finalement, on est tombé sur Gilles Duplan, un gars vraiment inventif et volontaire, dont on a fêté tous ensemble les 70 ans. Il a monté une sorte de passerelle qui partait de la cour des arcades, niveau rue et qui traversait toute la terrasse en surplomb. Dessus, il fait tourner des brouettes thermiques, ces sortes de mini-chenilles qui passent partout.

Avec ça, on a sorti 150 m³ de gravats de la terrasse avec nos bras. Comme des sherpas. On a rempli 80 bennes de chantier qui tournaient dans la rue. Sans l’ingéniosité de Gilles, rien n’était plus possible. On a tout fait entre septembre et décembre 2014. C’est ça l’histoire du collectif : un ensemble de difficultés et de défis que nous avons surmontés tous ensemble, en se serrant les coudes. »

La pluie menace franchement et l’activité ne faiblit pas. Car beaucoup d’entre eux s’apprêtent à investir les lieux définitivement dans les prochaines semaines. Sylvie et Fred sont dans les cartons, d’autres ont posé leurs préavis. Alors, il faut bien que ça avance. Mais les écueils sont toujours plus faciles à supporter à plusieurs, même si les tensions finissent toujours par survenir.

« En fait, il y a un seul truc sur lequel on n’a toujours pas réussi à se mettre d’accord ! »

Tout le monde sourit d’un air entendu.

C’est sur le nom que nous allons donner à cet endroit !

Agnès Maillard (texte et photos)

- Voir ce reportage en grand format.

BASTA

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents