Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La thérapie par le GcMAF: une avancée dans le traitement des maladies auto-immunes?

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 5 Janvier 2016, 07:06am

Catégories : #Santé

La thérapie par le GcMAF: une avancée dans le traitement des maladies auto-immunes?

gcmaf5

Un traitement d’avant-garde semble être la raison pour laquelle une poignée de médecins holistiques ont été récemment découverts « suicidés »: ce traitement est en train de gagner l’attention du monde en tant que potentiel remède universel aux maladies auto -immunes et au cancer. Et de nouvelles images au microscope publiées par First Immune montrent ce remède incroyable en action: on y voit la protéine humaine GcMAF en train d’activer les propres macrophages de l’organisme, qui sont alors en mesure d’attaquer et de détruire les cellules cancéreuses in vitro.

 

La vidéo d’environ deux minutes, qui a été publiée sur YouTube, révèle la véritable puissance de guérison du GcMAF, une protéine humaine que le corps fabrique naturellement, mais dont certaines personnes manquent ou qu’elles ne peuvent pas produire en quantité suffisante.

En fournissant une version activée de cette substance par voie intraveineuse, les scientifiques ont montré que le système immunitaire peut être complètement revigoré pour détruire lui-même les cellules cancéreuses sans la nécessité d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie.

« Votre GcMAF permet à votre corps de se guérir », explique le site GcMAF, géré par First Immune. « Chez une personne saine, le GcMAF est doué de 11 actions découvertes à ce jour, dont deux sur les cellules, trois excellents effets sur le cerveau, et 6 sur le cancer. Parmi celles-ci, il agit comme un ‘directeur’ de votre système immunitaire ».

Traduction de la vidéo:

0:03 – Premier test de l’activité immunitaire du GcMAF
0:06 – Si ce n’est pas actif ce n’est pas du GcMAF
0:10 – Dans notre laboratoire, nous cultivons des cellules humaines du cancer du sein MCF7
0:15 – Les cellules cancéreuses grossissent et remplissent tous les espaces entre elles; elles présentent une image de type « pavage fou ».
0:23 – Nous ajoutons des macrophages aux cellules cancéreuses du sein et rien ne se produit.
0:26 – Puis nous ajoutons le GcMAF
0:30 – Image 1. Culture de cellules cancéreuses du sein en monocouche, 48 heures après le début
0:37 – Image 2. La même monocouche de cellules cancéreuses du sein 72 h après l’ajout des macrophages activés
0:45 – On peut voir les macrophages sous la forme de petites sphères brillantes
Elles ont remonté et sont entrées directement dans les cellules cancéreuses
0:51 – Maintenant, allons voir de plus près
0:54 – Ici, les macrophages se montrent sous la forme de sphères luisantes
1:02 – et se lancent pour attaquer les cellules cancéreuses marquées d’une flèche
1:09 – Les photos à intervalle régulier sur 60 h montre la couche cancéreuse se transformant d’une surface ondulée à une surface lisse, en partant d’en bas à gauche, pendant le processus de destruction du cancer. Puis les « doigts » du cancer sont aussi attrapés et détruits par les macrophages.
1:39 – Ici nous avons filmé une zone moins active et avons légèrement ralenti la caméra. On voit les macrophages se lier aux cellules cancéreuses qui semblent se replier sous cette attaque.
2:07 – Pour plus d’informations et pour lire les 46 dossiers de recherche, veuillez visiter www.gcmaf.eu

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, le GcMAF sert de mécanisme d’activation pour les macrophages afin qu’ils ciblent et éliminent les cellules cancéreuses du sein. L’incroyable mécanisme d’action de cette substance se déroule sous nos yeux avec une clarté stupéfiante et est décrit plus en détail dans un article associé intitulé « Multifaceted immunotherapeutic effects of GcMAF on human breast cancer cells ».

« Les photos à intervalle régulier sur une durée de 60 heures montrent la monocouche cancéreuse … qui passe d’un aspect ondulé à lisse … au fur et à mesure que le cancer est détruit, » révèle First Immune. « Puis les ‘doigts’ du cancer sont également avalés et détruits par les macrophages ».

Médecins holistiques suicidés au sujet du GcMAF, qui menace de mettre hors-jeu l’industrie du cancer

Il se trouve que le Dr Jeff Bradstreet, M.D. avait pour premier objectif de sa recherche le GcMAF –Globulin component Macrophage Activating Factor. Le Dr Jeff Bradstreet, médecin de Floride, a été retrouvé mort, flottant dans une rivière en juin. Sa mort soudaine a été immédiatement attribuée au suicide, alors qu’il avait une blessure par balle à la poitrine, ce qui suggère au contraire qu’il a été assassiné.

 

Le « suicide » du Dr Bradstreet est juste l’un des 7 autres qui ont eu lieu en plusieurs endroits dans la même période, et tous faisant partie de la communauté des médecins holistiques. Le Dr Bradstreet, ainsi que ses autres défunts collèges, avaient tous été impliqués dans la recherche axée sur le potentiel du GcMAF, en tant que traitement et guérison du cancer, un traitement qui ne produit pas d’effets secondaires mortels comme le font les traitements conventionnels du cancer.

En fait, ce n’est pas le GcMAF qui guérit le cancer, bien sûr – il fournit simplement au système immunitaire les munitions nécessaires pour éradiquer et guérir le cancer, de manière naturelle. Et cela représente une menace pour l’industrie pharmaceutique, qui encaisse chaque année des milliards de dollars en utilisant le colportage, le charlatanisme, comme la chimiothérapie et la radiothérapie, qui ont toutes deux fait l’objet d’études prouvant qu’elles causaient davantage de cancers.

« La thérapie par le GcMAF et / ou la thérapie orale d’activation macrophagique MAF du colostrum est indiquée dans le traitement de toutes les maladies où il y a un dysfonctionnement immunitaire ou lorsque le système immunitaire est compromis, » explique le site d’une clinique du Japon qui vend une forme orale de GcMAF.

En plus du cancer, les conditions énumérées comme des candidats appropriés pour le traitement GcMAF comprennent:

Maladies auto-immunes
Virus d’Epstein-Barr (EBV)
Virus de l’hépatite B (VHB)
Virus de l’herpès simplex (HSV)
Cystite
Virus de l’hépatite C (VHC)
Sclérose en plaques (MS)
Infection des voies urinaires (UTI)
Troubles du spectre autistique (TSA)
Polyarthrite rhumatoïde (RA)
Endométriose
Syndrome de fatigue chronique (SFC)
Maladie de Lyme (Borréliose de Lyme)
 Déficience en immunoglobuline A (IgA)
Encéphalomyélite myalgique (ME)
Infections à mycrobactéries
Maladie de Parkinson
Tuberculose
Fibromyalgie
Papillomavirus humain (VPH)
Lupus érythémateux disséminé (SLE)
VIH, SIDA
Fièvre de la dengue
Pneumonie
Verrues causées par une infection virale
Norovirus
Virus de la malaria, de la grippe
Fièvre Q ( Coxiella burnetii)
Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)
Varicelle (virus varicelle-zona)
Psoriasis
Infections des voies respiratoires
Colite ulcéreuse, maladie de Crohn
Diabète de type 1 (DT1), diabète insulino-dépendant (IDDM)
Diabète de type 1.5 , diabète auto-immun latent des adultes (LADA)

Voyez d’autres traitements anti-cancer de la presse indépendante sur AntiCancer.news

Vous pouvez également faire vos propres recherches sur d’autres types de traitements contre le cancer sur TruthWiki.org

Sources:
Youtube
Natural News
GcMAF.se
Saisei Mirai Clinics

Crédit: Natural News

______________________________________________________________________________

VRAI OU FAUX? 

Clinique privée sous enquête pénale après cinq morts

EnquêteA Bussigny, First Immune SA a été fermée et ses équipements saisis. L’établissement, qui soigne le cancer grâce à une protéine miracle, a été dénoncé pour pratiques douteuses.

La clinique First Immune AG fermée depuis des mois sur ordre de justice.

La clinique First Immune AG fermée depuis des mois sur ordre de justice.Image: FLORIAN CELLA

Cancer, Sida, autisme, herpès, dépression, psoriasis, fatigue chronique, hépatite, acné, cirrhose, ostéoporose, maladie de Crohn, Parkinson ou encore Alzheimer. Sans oublier de nombreuses allergies. La liste des pathologies qu’une clinique privée installée à Bussigny assurait pouvoir traiter grâce à l’injection d’un produit naturel controversé, la protéine GcMAF (lire ci-contre), est impressionnante. Un peu trop, même.

Car l’établissement en question, First Immune SA - qui tient plus de la maison de maître que de la structure médicale -, est fermé depuis plusieurs semaines, après avoir été perquisitionné par la police de fond en comble. Le centre est actuellement au cœur d’une vaste enquête judiciaire. Comme dans d’autres pays d’Europe.

En terre vaudoise, l’affaire commence fin 2014, au CHUV, où cinq personnes hospitalisées décèdent. Après enquête et recoupements, l’hôpital universitaire, qui pense avoir des raisons de s’interroger sur ces morts, découvre que les cinq patients sont tous passés par la clinique privée de Bussigny. Selon nos informations, il s’agit essentiellement de ressortissants étrangers souffrant de cancer en phase terminale. Moyennant quelque 5000?euros par semaine, ces patients étaient traités dans la clinique et logés dans un hôtel de l’Ouest lausannois.

Secret médical levé
Conforté dans l’idée que tout n’est pas rose au sein de l’établissement qui promet monts et merveilles sur Internet, le CHUV dénonce le cas au Ministère public central dans la foulée. «Nous avons signalé des décès survenus au CHUV de patients traités dans la structure de Bussigny. Nous l’avons fait après avoir découvert un faisceau d’indices concordants qui témoignent de pratiques douteuses», confirme Darcy Christen, porte-parole du CHUV, qui n’en dira pas plus sur la nature de ces indices.

Pour autant, assure encore le porte-parole, le dossier est solide puisqu’il a convaincu le médecin cantonal de lever le secret médical. Une condition sine qua non pour livrer l’identité des patients décédés à la justice. «Nous avons jugé ces situations suffisamment sérieuses pour essayer de comprendre ce qui se passait à Bussigny, car la clinique First Immune n’est pas officiellement enregistrée en Suisse. Pour nous, elle n’existait donc pas et nous ne savions pas trop ce qui s’y passait. En outre, le GcMAF n’est pas autorisé en Suisse», précise Karim Boubaker, médecin cantonal qui évoque «un exercice illégal de la médecine» et dont les services ont également saisi la justice l’hiver dernier.

Il n’en fallait pas plus pour ouvrir une enquête judiciaire, dont l’une des premières étapes a été une perquisition des lieux en mars. Sur place, tous les équipements trouvés ont été saisis par la police et les quelques personnes présentes - deux infirmières et deux médecins à notre connaissance - ont été emmenées au poste.

Produits en cours d’analyse
Quant aux différents produits trouvés dans les locaux de First Immune, ils ont été envoyés à Swissmedic pour analyse. «Des opérations étant actuellement en cours et pour ne pas prétériter la procédure, je ne ferai aucune déclaration», se contente de lâcher le procureur Eric Mermoud.

Toujours au chapitre judiciaire, conseillant respectivement le président du groupe First Immune et l’un des médecins du centre de Bussigny, Mes Jean-Philippe Heim et Jacques Barillon ne sont guère plus loquaces. «Aucun commentaire!» lancent les deux avocats. «L’enquête devra déterminer si les patients sont décédés des suites de leur maladie ou du fait des traitements de First Immune. Il s’agit de la question la plus difficile du dossier», explique de son côté Karim Boubaker.

Derrière cette affaire aux ramifications internationales se trouve un ressortissant anglais: David Noakes. A la tête du groupe First Immune, basé à Guernesey, l’homme d’affaires, sans formation médicale, est prochainement convoqué par la justice vaudoise. Contacté en milieu de semaine, David Noakes se retranche lui aussi derrière la réponse qui semble être la règle dans ce dossier: «No comment!» 

(24 heures)

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents