Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le Bhoutan, le pays du bonheur national brut

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 19 Janvier 2016, 08:25am

Catégories : #Partage

 

Le Bhoutan est un tout petit pays, avec ses 47 000 km² sa taille est comparable à celle de la Suisse, enclavé entre les deux géants que sont l’Inde et la Chine, au coeur de l’Himalaya. Ses 750 000 habitants font des envieux puisque dans le monde entier, le Bhoutan est connu pour être le pays du Bonheur.

Le Bhoutan, un pays qui ne ressemble à aucun autre

L’histoire du Royaume du Bhoutan est bien singulière. Ce pays jamais colonisé vit coupé du reste du monde. Ce n’est qu’en 1961 que le pays du Dragon Tonnerre construit sa première route. La télévision et Internet y ont été interdits jusqu’en 1999 : cette restriction visait à empêcher la dilution de la culture.

Autre fait particulièrement notable, le Bhoutan est un pays devenu démocratique par la royauté : en 2005, le 4ème roi de la dynastie Wangchuk en personne annonce que la monarchie absolue a fait son temps. Il abdique en faveur de son fils Jigme Khesar Namgyel Wangchuk. Chose qui parait plus qu’étrange voire inconcevable avec nos yeux d’occidentaux, la démocratie n’a pas été bien accueillie par le peuple qui craignait ce changement, voyant en lui un risque de perdre leurs acquis.

Encore aujourd’hui, la capitale Timphou ne ressemble en rien aux autres capitales du monde : pas de buildings, pas de panneaux publicitaires, pas de Mac Do, pas de stade accueillant des milliers de supporters en furie et pas un seul feu rouge. Dans les entreprises, on ne prône pas le Friday wear mais c’est le vêtement traditionnel qui est de rigueur !

 

Ce policier au centre-ville de la capitale joue au feu tricolore ! CC : Fred Alix

Ce policier au centre-ville de la capitale tient le rôle de feu tricolore ! CC : Fred Alix

Le Bhoutan a ouvert ses portes aux premiers touristes il y a à peine 40 ans, en 1974. D’ailleurs, la politique touristique est encore un trait qui distingue particulièrement le pays. Là-bas en effet, on se protège du tourisme de masse. Pour ce faire, les autorités ont instauré un quota de touristes : seuls 100 000 touristes par an ont droit à leur part de bonheur ! Un bonheur qui n’est d’ailleurs pas donné puisque chaque touriste doit obligatoirement dépenser en moyenne 250 dollars par jour. Il s’y engage et doit même régler cette somme d’avance. C’est le Gouvernement Royal qui fixe les tarifs concernant l’hébergement, le transport, le guide et les repas. Tous les étrangers voyageant au Bhoutan doivent passer par une agence proposant des circuits organisés.

D’après Jigme Y Thinley,  Premier Ministre du Bhoutan, c’est cette vie en autarcie qui permet au Bhoutan, un pays fragile, de conserver son identité.

Le pays inventeur du BNB, le Bonheur National Brut

Ainsi, au Bhoutan, on a décrété que le bien-être spirituel et émotionnel devait être la priorité. D’ailleurs, pas une journée d’école ne commence sans la séance de méditation matinale.

 

Jigme Singye Wangchuck. Photo : Travelbhutan.com

Jigme Singye Wangchuck. Photo : Travelbhutan.com

Le 4ème roi de la dynastie Wangchuk invente dans les années 1970 cette formule qui fait la réputation du Bhoutan aujourd’hui : le BNB pour le Bonheur National Brut. Après avoir observé les autres pays, Jigme Singye Wangchuck se rend compte que ce ne sont ni la prospérité, ni le développement économique qui apportent la joie aux peuples. Pour lui, le développement doit se faire autrement.

Il instaure alors une nouvelle priorité : développer le pays en visant d’abord le bonheur des citoyens. Autrement dit, le bonheur objectif est considéré comme le développement le plus ultime.

Mais justement, comment parler d’objectivité quand il s’agit du bonheur ?

Car le bonheur, s’il représente quelque chose que tout le monde recherche, quels que soient sa culture ou son cadre de vie, est une valeur des plus subjectives. La réponse, c’est le Centre d’études bhoutanaises qui tente de la donner en expliquant que le bonheur est certes une expérience individuelle mais qui est générée collectivement.

Quatre piliers définissent le Bonheur National Brut :

  • La bonne gouvernance
  • Un développement économique durable
  • La protection de l’environnement
  • La préservation de la culture

 

CC : Francis Depor

CC : Francis Depor

Pour calculer ce BNB, 33 grands indicateurs sont regroupés en 9 domaines avec parmi eux la santé psychologique, la vitalité communautaire ou l’utilisation de son temps (en effet, la façon dont on gère les 24h d’une journée – temps de travail, temps de détente et repos, temps avec ses proches, etc. – peut influencer considérablement sa perception du bonheur).

En somme, ce sont les autorités politiques qui fournissent les ingrédients du bonheur.

Autre instance qui gère le BNB, le Centre du bonheur national brut qui lui se charge de faire adhérer les populations au Bonheur National Brut qui peut être vu comme une philosophie réservée à une certaine élite, loin de la réalité concrète. Il se donne pour objectif, à défaut de donner les clés du bonheur, d’au moins exposer les moyens de mettre en oeuvre ce Bonheur National Brut dans leur vie quotidienne.

 

Lire la suite : Bhoutan : la place prépondérante de l’écologie


 

 

Commenter cet article

Ekios 19/01/2016 11:09

Voir dans mon nom/lien web l'article du Courrier international :

Le petit royaume bouddhiste a voulu se distinguer en instaurant un indice du bonheur national. Son image n’en est pas moins entachée par la pauvreté et la répression contre la minorité népalaise. Reportage.

Nous sommes sociaux !

Articles récents