Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les restaurants doivent-ils proposer des doggy bags aux clients?

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 4 Janvier 2016, 18:05pm

Catégories : #Environnement

Un doggy bag permet d'emporter ses restes au lieu de les laisser dans son assiette au restaurant. Fréquent aux Etats-Unis, il est rare en France.

Un doggy bag permet d'emporter ses restes au lieu de les laisser dans son assiette au restaurant. Fréquent aux Etats-Unis, il est rare en France.

 

Istock

Le 1er janvier 2016, le Plan anti-gaspillage alimentaire et la loi sur les biodéchets obligent les restaurants servant environ 180 repas par jour à trier leurs déchets, mais pas à proposer des doggy bags aux clients.

Le Nouvel An apporte son lot de bonnes résolutions. Depuis le 1er janvier 2016, les restaurants servant environ 180 repas par jour seront tenus de trier et valoriser leurs déchets alimentaires. A défaut, ils se verront infliger de lourdes amendes. Il s'agit de la mise en place du Plan anti-gaspi du gouvernement, signé mi-juin 2013 par tous les acteurs de l'alimentation, et de la loi sur les biodéchets, votée en 2010. Contrairement à ce qui a été précédemment annoncé, aucune obligation de proposer un doggy bag n'existe, rappelle l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih). 

Au 1er janvier 2016, les restaurateurs sont soumis à une obligation de tri lorsqu'ils produisent plus de 10 tonnes de biodéchets par an, soit environ 150 à 200 couverts/jour. Cette obligation est issue de la loi 2010-788 du 12 juillet 2010, dite Grenelle 2. Cependant, le doggy bag fait partie des solutions recommandées par les professionnels pour lutter contre le gaspillage alimentaire. 

 
 

Selon une étude de la DRAAF (Direction de l'alimentation) Rhône-Alpes menée auprès de 2.700 consommateurs et relayée en octobre par le Synhorcat-GNI, 95% des personnes interrogées sont prêtes à utiliser le sac à emporter. Cependant dans la pratique, peu osent le demander. En février 2014,Bernard Boutboul, directeur général du cabinet spécialisé Gira Conseil, rappelait que des restaurateurs "ont tenté l'expérience à plusieurs reprises dans les années 1990 puis dans les années 2000, et donné la possibilité d'emporter facilement la fin de son plat. Mais rien n'y fait, chaque tentative a été vouée à l'échec. Ça ne prend pas. C'est donc un cercle vicieux où le restaurateur a cessé de proposé le doggy bag face à un consommateur qui se sent gêné de le demander."  

230g de nourriture perdus par repas

Les initiatives se sont multipliées ces dernières années pour promouvoir le doggy bag. Ainsi, le 10 décembre, une centaine d'établissements parisiens ont décidé de lancer la "box anti-gaspi" à l'occasion de la COP 21. Or des restaurateurs craignaient également des poursuites judiciaires, tant par un particulier -en cas d'intoxication alimentaire suivant l'ingestion du doggy bag- que par l'Etat -étiquetage alimentaire. "Afin de répondre aux craintes des professionnels, il est important de préciser que la responsabilité de ces derniers s'arrête à partir du moment où le repas est remis au consommateur, a précisé le Synhorcat-GNI. De plus, d'un point de vue réglementaire, rien ne s'oppose à emporter ce qui n'a pas été consommé, et ceci sans étiquetage de traçabilité obligatoire sur le contenant." 

 

Aujourd'hui, les Français jettent en moyenne 20 kg de nourriture par an. Sur chaque repas qu'une personne prend au restaurant, entre 210 et 230 grammes de nourriture sont perdus. 

lexpress

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents