Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Plusieurs milliers de personnes défilent en France contre l'état d'urgence

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 30 Janvier 2016, 17:53pm

Catégories : #Société

A Paris le 30 janvier, dans la manifestation contre l'état d'urgence et l'extension de la déchéance de nationalité.
A Paris le 30 janvier, dans la manifestation contre l'état d'urgence et l'extension de la déchéance de nationalité. Photo Alain Jocard. AFP

Des rassemblements ont lieu dans 70 villes pour demander la levée de cet état d'exception, refuser d'inscrire la déchéance de nationalité pour les binationaux dans la Constitution, et demander la fin de la répression ciblée de certaines populations.

Pour la levée immédiate de l'état d'urgence et l'abandon de la réforme constitutionnelle visant à étendre la déchéance de nationalité, des manifestations sont prévues dans près de 70 villes en France (dont voicila liste, avec les lieux et heures de rassemblement) ce samedi.

A l’appel des collectifs «Nous ne céderons pas» et «Stop état d’urgence», qui regroupent notamment des syndicats (CGT, FSU, Syndicat de la magistrature), des associations (Attac, Droit au logement, Droits devant, MRAP) et des organisations de défense des droits de l’homme (FIDH), près de 20 000 personnes ont déilé à Paris, et plusieurs autre milliers dans le reste du pays, selon les organisateurs. A Paris, la préfecture a pour sa part dénombré 5 500 personnes.

Ce rassemblement a lieu trois jours après que le Conseil d'Etat a rejeté un recours de la LDH demandant la levée de l'état d'urgence, et alors que le gouvernement a l'intention de prolonger cet état d'exception jusqu'en mai.

Les revendications mises en avant par les organisateurs du mouvement sont notamment :

• La levée immédiate de l’état d’urgence et de l’état d’exception permanent : «Il est nécessaire et possible que l’Etat protège les habitants face au terrorisme, sans remettre en cause les droits et les libertés. Nous refusons une société du contrôle généralisé, une société qui glisse de la présomption d’innocence au présumé potentiellement coupable», explique le tract qui sera distribué.

• L'abandon de la constitutionnalisation de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité : «Inscrire le retrait de la nationalité française aux binationaux condamnés pour crimes terroristes, c’est porter atteinte au principe même d’égalité des citoyens, inscrit à l’article 2 de la Constitution, fondement de la République».

Mercredi, le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé que la référence aux binationaux ne sera pas inscrite dans la Constitution, ni dans la loi d'application, mais dans les faits, ils demeurent les principales cibles de la réforme.

• L'arrêt «de la répression et de la stigmatisation des manifestant-e-s et militant-e-s des mouvements sociaux, des migrant-e-s, des musulman-e-s ou supposé-e-s l’être, des quartiers populaires» : les quelque 3 000 perquisitions menées depuis le début de l'état d'urgence ont visé de nombreux militants politiques et des personnes soupçonnées d'être islamistes.

LIBERATION

Commenter cet article

Gabriel 31/01/2016 10:22

Pendant la guerre du viet-nam il y avait des manifestations pour la paix . où sont-elles aujourd'hui ? N'y a t il pas encore assez de guerres pour que des citoyens manifestent pour la paix ?

benjamin 31/01/2016 09:16

et dire que BFMTV ,enfin je veux dire les merdias disent que 79% des Francais veulent que l'etat
totalitaire,heu ! pardon d'urgence continue : on comprend mieux pourquoi plus personne ne croit en eux ; ....

Nous sommes sociaux !

Articles récents