Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Poison sur ordonnance : quand le remède est pire que le mal

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 16 Janvier 2016, 17:35pm

Catégories : #Santé

Journaliste à "Marianne", Clotilde Cadu raconte dans son livre "Effets indésirables", le combat de ces personnes dont la vie a été brisée par une prescription médicale. En cause, aussi bien l'industrie pharmaceutique que les autorités sanitaires sous influence des lobbies. En voici un extrait, il concerne la pilule de 3e et 4e génération.
 
Ray Tang/REX Shuttersto/SIPA

Adèle, décédée à 22 ans, racontée par sa soeur Cécile, 30 ans.

Cécile est nulle en conjugaison. Ça ne tiendrait qu'à elle, elle ne déclinerait les verbes qu'au présent et au futur. L'imparfait a cet effet sur elle : il lui fait perdre ses moyens. Trop compliqué de composer avec le passé. Jamais Cécile n'avait imaginé qu'un jour elle dirait que sa soeur, Adèle, "était", "avait", "aimait". Adèle avait 22 ans, seulement, lorsqu'elle est décédée. C'était un jour d'avril 2011. Elle révisait dans sa chambre d'étudiante lilloise quand un caillot a bouché son artère pulmonaire et l'a emportée. Le certificat de décès indique : "mort naturelle". Rien de plus.
 
Adèle a toujours largement préféré les lettres aux chiffres. Son inscription en fac de lettres modernes, à Lille, l'avait épanouie. Et puis elle avait rencontré un garçon. Elle en avait même parlé à sa mère et à sa soeur, une première. "Nous lui avons conseillé d'aller voir un médecin pour qu'il lui prescrive un moyen de contraception", raconte Cécile. La généraliste lilloise qu'Adèle consulte par la suite lui prescrit Désobel 20. Elle l'aura pris moins d'une année, a calculé Cécile. Jusqu'à ce jour d'avril 2011. 
 
Devenir fille unique à 25 ans, quoi de plus absurde ? "Ça a été très dur de se retrouver tous les trois", avoue Cécile. Elle veut comprendre. Comme une jeune femme en pleine santé a-t-ell pu être ainsi terrassée ? Adèle était jeune, elle ne fumait pas. Elle était svelte et en bonne santé. La pilule qui lui avait été donnée appartenait à la troisième génération, elle n'aurait jamais dû lui être prescrite. "L'histoire d'une embolie pulmonaire fatale peut suggérer l'existence d'un facteur de risque constitutionnel associé à la contraception", a écrit un spécialite de l'hôpital de Tours en étudiant le dossier d'Adèle. La phrase est alambiquée, le lien entre le contraceptif et le décès d'Adèle n'est pas noté noir sur blanc. Mais, pour Cécile, le mot de ce médecin est essentiel. Un indice supplémentaire que ce qui est arrivé à Adèle, ce n'est pas une fatalité. (...)
 
Depuis la mort de sa soeur, Cécile s'est longuement demandé si elle devait porter plainte, réclamer justice pour Adèle devant un tribunal ou une chambre d'indemnisation et de conciliation. Elle a franchi le cap l'été dernier : elle a entamé les démarches pour demander réparation auprès d'une chambre régionale de conciliation et d'indemnisation (CRCI). Pour compléter son dossier, elle a demandé à avoir accès aux documents officiels sur la santé et le décès de sa soeur, dossier médical, rapport d'autopsie... La généraliste d'Adèle, celle qui lui a prescrit la pilule, a répondu qu'elle ne trouvait pas trace du passage de la jeune femme dans son cabinet. Et qu'une partie de ses archives avait été victime d'un dégât des eaux !
 
Presque cinq années ont passé depuis le décès d'Adèle. Sa soeur, ses parents, ses amis, son petit ami, le petit ami de Cécile, tous sont restés unis dans ce deuil. Ensemble, mais chacun à sa façon. Cécile s'est très vite impliquée au sein de l'Association des victimes d'embolie pulmonaire. Les parents des filles, eux, n'ont pas pu la suivre. Leur père a accepté un poste au Brésil. Puis a arrêté de travailler et entrepris, avec son épouse, un grand voyage en bateau. Ils partagent leur temps entre les océans, le Chili et Leucate, la maison de famille où ils ont désormais posé leurs valisés. Régulièrement, la famille s'y retrouve. Adèle a sa chambre à Leucate. Elle l'avait choisie avant que ses parents n'entreprennent des travaux. Elle n'a pas eu le temps de s'y installer.

*Effets indésirables. Victimes des médicaments, de Clotilde Cadu, édition Hugo & Cie, 235 pages, 17,50 euros.

 
Magazine Marianne

Commenter cet article

paulette 17/01/2016 09:26

he oui ce sont toujours les memes qui insidieusement inoculent les maladies avec leurs chimies=
effets secondaires a la pelle ,mais c'est rentable ;alors rentabilisons ..pour la bonne conscience on n'en a rien a foutre; ces malades reviendront en boucle a nous ! c'est pour ca que l'on peut dire :" laissons la maladie aux medecins et la santé aux therapeutes alternatifs "..ils combatent meme ces derniers avec haine,voila leur veritable nature sous argumentation sophiste..il faut que les consciences et l'intelligence evoluent dans ces facs de medecine,dans le "dés"-ordre des medecins,et les ministres de la santé ,les labos ..agences du medica-qui-ments ..tc..

Jacques Castelli 17/01/2016 01:15

message de l'apparition de la Sainte Vierge à "La Salette" :

http://www.a-c-r-f.com/documents/Ste_Vierge_MARIE_1846_La_Salette.pdf

Extrait du message de la Sainte Vierge à "La Salette" :

"L’Église sera éclipsée, le monde sera dans la consternation.
Mais voilà Enoch et Élie remplis de l’Esprit de Dieu ;
ils prêcheront avec la force de Dieu, et les hommes de bonne volonté croiront en Dieu, et beaucoup d’âmes seront
consolées ;
ils feront de grands progrès par la vertu du Saint-Esprit et condamneront les erreurs diaboliques de
l’antéchrist."

Réjouissez-vous car Elie est revenu ! http://www.prophete-du-sacre-coeur.com/

Nous sommes sociaux !

Articles récents