Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Selon un rapport d’EUROPOL, Daesh disposerait de camps d’entraînement en Europe

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 27 Janvier 2016, 18:00pm

Catégories : #Nouvel ordre mondial

europol-20160125

 

Au lendemain de la diffusion par Daesh (État islamique ou EI) d’une vidéo montrant 9 terroristes ayant pris part aux attentats de Paris et de Saint-Denis en train de s’entraîner et de commettre des atrocités sur des prisonniers et contenant de nouvelles menaces contre les pays européens, EUROPOL (European Police Office) a diffusé, ce 25 janvier, un rapport [.pdf] sur le mode opératoire et les intentions de l’organisation jihadiste.

En fait, il s’agit d’une synthèse d’un séminaire ayant réuni les experts des 28 États membres de l’Union européenne quelques semaines les attentats du 13 novembre.

« Les experts nationaux sont d’accord sur le fait que le soi-disant État islamique a la volonté et la capacité de conduire de nouvelles attaques en Europe », a affirmé Rob Wainwright, à l’occasion de la sortie de ce rapport, lequel précise que les jihadistes viseront en priorité les « cibles molles » (civiles) « en raison de l’impact que cela génère. »

Pour les experts, les attentats de Paris et de Saint-Denis marquent un « changement dans le mode opératoire » de Daesh, désormais en mesure de lancer « quand elle le souhaite », et partout dans le monde, des « séries d’attaques complexes et bien coordonnées », grâce à des agents locaux qui connaissent bien le terrain.

« Il semblerait que les commandants de l’EI ont une liberté tactique quand ils choisissent leurs cibles, afin d’adapter leurs projets à des circonstances locales spécifiques, ce qui rend encore plus difficile pour les forces de l’ordre la détection de tels projets et l’identification des personnes impliquées à un stade précoce », note le rapport.

Selon EUROPOL, les cellules terroristes susceptibles de passer à l’action sont en grande partie composés d’individus recrutés localement. Et il n’est pas « impératif » qu’ils aient fait un séjour en Syrie. Le rapport fait part d’une possible vulnérabilité des réfugiés syriens en Europe à la radicalisation. « Il y a des rapports que des centre de réfugiés sont spécifiquement ciblés par des recruteurs islamistes radicaux ».

Le rapport indique que la formation des recrues de Daesh porte essentiellement sur l’utilisation d’armes et d’explosifs ainsi que sur des différentes techniques pour tuer. Elles sont également formées pour des actions clandestines et la « contre-surveillance »;

« La nature et la structure de la formation permettent aux ‘agents’ d’exécuter des actes terroristes en étant émotionnellement détaché, comme l’ont démontré les fusillades de Paris. (…) À ce jour, il n’y a aucune preuve concluante de l’usage de drogues pour atteindre un tel état mental », affirme EUROPOL.

On peut aussi lire dans le rapport que Daesh disposerait, outre ses centres d’entraînement en Syrie (et en Libye), de « petits camps de formation dans l’Union européenne et dans les Balkans ».

Ces derniers servent à « tester » la condition physique et la détermination de ceux qui aspirent à rejoindre les rangs de l’organisation jihadiste. Il y est mené des « activités sportives pour la formation au combat » et un « entraînement à résister aux interrogatoires », précise le document.

L’un de ces camps évoqués par le rapport d’EUROPOL est certainement basé en Bosnie-Herzégovine, précisément dans les environs du village de Osve, connu pour être un bastion de Daesh. Depuis les premiers reportages publiés sur cette question (soit en juillet 2015), la situation n’a pas beaucoup évolué. Pire même : en novembre dernier, deux militaires bosniens ont été tués par un individu, qui s’est ensuite suicidé en déclenchant un engin explosif.

Par ailleurs, EUROPOL a ouvert un Centre européen de contre-terrorisme (ECTC), à La Haye, avec une quarantaine d’analystes. D’après M. Wainwright, il est qestion de renforcer ses moyens dans les mois à venir. « Il se concentrera en particulier sur la communauté de 5.000 citoyens européens qui ont été radicalisés en participant au conflit en Syrie et en Irak, dont un grand nombre est revenu dans nos sociétés et pose un grave risque de sécurité », a-t-il précisé.

Ce centre va aussi s’intéresser sur les liens entre le terrorisme et le grand banditisme, la lutte contre le trafic d’armes, le financement des activités terroristes, la propagante sur Internet et la contrefaçon des documents d’identité.

Photo : Siège d’EUROPOL


 

Commenter cet article

fuckDAESH 04/02/2016 12:10

je deteste ces fumiers, ils meritent qu on les traite avec aussi peu d humanité qu ils le font. Tuer ces salopards d extrémistes mérite une médaille mais maintenant il va falloir que l on nettoie et en profondeurs, et sans empathie, sans aucunes pitié a nous de devenir des monstres et ça on sais le faire extrêmement bien.....

Nous sommes sociaux !

Articles récents