Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Soigner son intestin pour protéger son cerveau

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 9 Janvier 2016, 18:02pm

Catégories : #Santé

Un panier de légumes verts.
Soigner son intestin pour protéger son cerveau

 

"La solution pour soigner des troubles cérébraux se niche dans l’intestin". Cette déclaration du neurologue américain David Permultter est détaillée dans son ouvrage L’intestin au secours du cerveau, sorti le 6 janvier 2016 en France.

L’idée phare d’Hyppocrate, « veiller à sa nourriture pour préserver sa santé », est actualisée grâce aux études relatées par le professeur américain David Perlmutter. Dans son livre, L’intestin au secours du cerveau, ce neurologue invite à se nourrir de manière à protéger ses intestins et donc son cerveau. Il va jusqu’à défendre l’hypothèse de soigner l’autisme par la transplantation de bactéries saines d’un autre microbiote (ou flore intestinale). Une vidéo illustre ce propos, un support mis en ligne en anglais sur le site Internet du professeur, généreux en conseils pour préserver sa santé. 

 

La santé passe par l’assiette

Pour David Permultter, lorsqu’il s’explique à la chaîne TVO, en 2015, « cerveau et intestin sont plus que connectés, ils fonctionnent à l’unisson ». Il fait alors la promotion de son livre mais surtout, il explique comment entretenir sa flore intestinale et garantir le bon fonctionnement de son cerveau.

Sa réponse est basique : la solution se trouve dans l’alimentation en complément d’une activité physique. Le professeur de l’Université de Miami conseille les légumes ou les laits fermentés pour nourrir le microbiote. Il affiche sa préférence pour les aliments fibreux, comme l’ail, et en particulier les brocolis, inscrits en couverture de son livre, mais également, les topinambours pour leur richesse en inuline.
Ce pré-biotique favorise la multiplication des bactéries. Elles sont 100 000 milliards à se loger dans nos intestins, et lors de l'absorption d’aliments, elles interviennent dans :

  • la dégradation des fibres ;
  • la fermentation des aliments ;
  • la protection, stimulation et renouvellement des cellules et de la paroi intestinale.

Un certain nombre de thérapies pourrait être améliorées du fait de cette reconnaissance, portée par un neurologue, du lien entre les bactéries présentes dans le ventre au fonctionnement du cerveau.

 

Pour une transformation intérieure

David Permultter déconseille l’assimilation de sucres et autres édulcorants, des aliments susceptibles de doubler le risque du diabète, car ils induisent « une charge pour le microbiote ». À force de les introduire dans l’alimentation, on vient compromettre un équilibre naturelle, et cela peut entraîner des maladies cérébrales. Le fort taux de glucide dans l’alimentation du 21è siècle est décrié par l’auteur de L’intestin au secours du cerveau

Des troubles comme l’anxiété ou l’autisme ont fait l’objet d’études, pour lesquelles le neurologue a émis des conclusions, traduites dans son livre. Il relie, par exemple, l’absence de certaines bactéries dans le microbiote à un comportement anxieux.

Cette relation entre le cerveau et les intestins a été détaillée en médecine chinoise et bien d’autres oeuvres. En complément,  Bio à la Une renseigne sur les ouvrages du Docteur Irina Matveikova, L’intelligence du ventre (éd. Guy Tredaniel) ou de Marion Kaplan, Paléobiotique (éd. Broché). 

Camille Anger

bioalaune.com

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents