Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


UNE HORMONE DÉCOUVERTE POUR EMPÊCHER LE DÉVELOPPEMENT D'UN CANCER COLORECTAL

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 21 Janvier 2016, 15:30pm

Catégories : #Santé

Une équipe a découvert comment éviter aux personnes obèses un risque de cancer colorectal en rétablisssant grâce à un médicament déjà sur le marché une hormone supprimée en raison d'un régime alimentaire trop gras.

Le cancer de colorectal

 

est l'un des cancers les plus susceptibles de se développer en raison de l'obésité. Le lien tend de plus en plus à se vérifier par des études mais le lien biologique n'avait jamais été vraiment établi. Une équipe de recherches dirigée par des scientifiques de l'université Thomas Jefferson a non seulement identifié ce lien, mais aussi le mécanisme exact qui favorise la maladie ainsi qu'un possible traitement qui pourrait empêcher son développement, basé sur l'hormonothérapie de remplacement. Leur étude a été publiée dans la revue Cancer Research.

 

Les chercheurs ont utilisé des souris génétiquement modifiées soumises à différents régimes pour mener leur expérience. Ils ont découvert que l'obésité est en cause, car associée à la perte d'une hormone naturelle du nom de guanyline, produite par des cellules de l'intestin. Or, cette hormone est indispensable car si elle ne fonctionne pas son récepteur, le guanylyl cyclase C (ou GUCY2C), est éteint également. Mais il est nécessaire à l'intestin car il régule le processus de régénération des cellules épithélium qui tapissent l'intestin pour le protéger.

Redémarrer le mécanisme moléculaire

"La muqueuse de l'intestin est très dynamique et continue d'être remplacée, et GUCY2C contribue à la chorégraphie des processus nécessaires à cette régénération," explique le Dr Waldman, principal auteur de l'étude. La désactivation de ce récepteur a une conséquence importante car il agit comme un suppresseur d'une croissance cellulaire anormale. "Lorsque le récepteur est réduit au silence, l'épithélium devient dysfonctionnel, favorisant la mise en place des conditions pour le développement du cancer.", ajoute le chercheur.

Un mécanisme moléculaire de "mise au silence" risque de se produire beaucoup plus fréquemment chez les personnes obèses. Les chercheurs ont constaté que les effets de la consommation de calories en excès peuvent être inversés par la restriction calorique mais également par une thérapie hormonale : en remplaçant génétiquement cette hormone pour activer de nouveau son récepteur capable d'empêcher le développement de ce cancer. Ils estiment que le linaclotide, utilisée pour traiter la constipation, pouvait relancer cette hormone.

"La beauté de nos conclusions est que même si nous savons que l'hormone est perdue, ses récepteurs sont assis là, attendant d'être allumés. Cette étude démontre que si vous pouvez éviter la perte de l'hormone, vous pouvez empêcher le développement de la tumeur", conclut le chercheur. Ainsi, le cancer colorectal peut être évité chez les personnes obèses avec l'utilisation de l'hormonothérapie de remplacement autant que d'autres maladies associées à un déficit en hormone, comme le diabète et l'insuline.

 

Le cancer du côlon - Cancer colorectal

 

 


 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents