Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une mystérieuse étoile continue d'agiter les chasseurs d'extraterrestres

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 17 Janvier 2016, 19:55pm

Catégories : #Espace

Une mystérieuse étoile continue d'agiter les chasseurs d'extraterrestres

Les variations brutales et irrégulières de la luminosité d'une étoile lointaine continue de passionner la communauté scientifique. La piste la plus crédible -une nuée de comètes- vient d'être écartée. L'hypothèse extraterrestre est relancée.

Il y a trois mois, la découverte d'une potentielle mégastructure orbitant autour d'une étoile lointaine, KIC 8462852, déchainait les passions de la communauté scientifique et des chercheurs d'ovnis. D'autant plus qu'un astronome avait affirmé que les variations de lumières -brutales et irrégulières- de l'étoile pouvaient s'expliquer par la présence d'une hypothétique sphère de Dyson, une mégastructure extraterrestres chargée de capter sa lumière et son énergie.  

A (RE)LIRE >> Une civilisation extraterrestre découverte par le télescope spatial Kepler?  

 
 

Le reste de la communauté scientifique, plus prudente, avait rappelé que la probabilité d'une telle hypothèse restait extrêmement faible et avait avancé que les variations de lumières de KIC 8462852 pourraient plutôt être provoquées par le passage d'une nuée de comètes autour de l'étoile. Mais les dernières découvertes de l'astronome américain Bradley Schaefer ont relancé la piste extraterrestre, ou ont du moins balayé celle de la nuée de comètes,rapporte le New Scientist. 

Des variations visibles depuis un siècle

Comme le rappelle l'étude de l'astronome, ce qui fait la particularité de KIC8462852, ce sont les changements brutaux -de l'ordre de moins 20%- et irréguliers de sa luminosité. Les observations des scientifiques menées entre 2009 et 2013 avec le télescope Keplermontrent une étoile parfois brillante, parfois beaucoup moins. Et si ces variations sont très courantes -c'est d'ailleurs grâce à elles que l'on repère les exoplanètes- celles de KIC8462852 ne ressemblent à aucun autre schéma "classique". 

 
 
 
 

Seule explication: il y a quelque chose de suffisamment gigantesque autour de l'étoile pour bloquer une partie de sa lumière. Comme le phénomène est aléatoire, ce n'est donc pas une planète qui en est responsable. Selon les scientifiques, l'objet en question doit probablement changer de taille au cours du temps et pourrait être une sphère Dyson en construction ou, plus probablement, une nuée de comètes... Sauf que. 

Vue d'artiste illustrant Kepler-186f, la première exoplanète de la taille de la Terre trouvée dans la zone habitable d'une autre étoile.

 

Vue d'artiste illustrant Kepler-186f, la première exoplanète de la taille de la Terre trouvée

dans la zone habitable d'une autre étoile.

REUTERS/NASA/JPL-Caltech/Handout

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"L'idée d'une nuée de comètes a été assez logiquement propulsée en tête des propositions les plus plausibles, même si sa probabilité restait très faible, explique Bradley Schaefer Schaefer à New Scientist.Mais maintenant nous avons la preuve que ce n'est pas le cas". Pour appuyer sa déclaration le scientifique explique avoir "déterré" des archives de l'université d'Harvard et trouvé des données sur KIC8462852 datant de... 1890.  

En analysant ces quelque 1200 mesures de luminosité de l'étoile prises en 1890 et 1989, Bradley Schaefer a déterminé (lien vers l'étude en anglais) que ces variations de lumière se produisent depuis plus de 100 ans. "Pour que la théorie des comètes soit valable, il faudrait que, depuis un siècle, environ 648 000 géantes -de 200 km de diamètre au moins- passent chacune à leur tour devant l'étoile [...] ce qui est totalement invraisemblable", écrit-il.  

Des aliens incroyablement silencieux

Mais si ce n'est pas des comètes, qu'est-ce qui est responsable de ces assombrissements irréguliers? Si l'astronome ne se risque pas à donner une solution, il est en tout cas sûr d'une chose: ces variations sont très vraisemblablement liées à un mécanisme physique unique et en cours d'évolution. "Ce phénomène unique ne serait pas lié à un évènement catastrophique qui se serait déroulé le siècle précédent", précise également le chercheur.  

En éliminant ainsi plusieurs pistes plausibles, cette nouvelle découverte redonne du crédit à la piste extraterrestre, qui a pourtant elle-même du plomb dans l'aile. Car comme le rappelle Business Insider, l'astronome Doug Vakoch et son équipe avaient pointé, en décembre dernier, les télescopes du programme SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) en direction de KIC8462852 pour tenter de capter des signaux lasers ou radio émis depuis l'étoile. Leur tentative, qui avait totalement fait chou blanc, laissait penser que soit il n'y avait aucun extraterrestre dans la région de l'étoile, soit ils étaient extrêmement silencieux. 

lexpress Victor Garcia

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents