Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


ZIKA: l'Institut Pasteur de Guyane décrypte le génome, l'hexagone n'y échappera pas

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 9 Janvier 2016, 17:07pm

Catégories : #Santé

Une analyse complète du génome du virus Zika qui circule en Amérique du sud a été réalisée par des chercheurs de l'Institut Pasteur de Guyane.


Il effraie le Brésil, où l'état d'urgence sanitaire a été déclaré. Le virus Zika, transmis par les moustiques, semble à l'origine d'une épidémie de microcéphalies en Amérique du Sud. Pour la première fois, les chercheurs de l'Institut Pasteur de Guyane ont réalisé une analyse intégrale de son génome.


Enseignement de l'étude publiée dans The Lancet : la souche qui circule actuellement dans la zone tropicale de l'Amérique du Sud (Brésil et ses voisins, mais aussi Guyane et Martinique) serait très semblable à celle qui avait sévit dans le Pacifique en 2013 et 2014, avec «plus de 99 % d'homologie», indique l'Institut Pasteur dans un communiqué.

L'analyse a été menée à partir de serum prélevé sur un homme de 52 ans hospitalisé le 1er octobre 2015 au Surinam avec une éruption cutanée et une conjonctivite. Dans les jours suivants, quatre autres personnes avaient été admises avec les mêmes symptômes, relatent les auteurs. Ils avaient été testés positif au virus Zika mais négatifs à la dengue et le chikungunya, autres maladies transmises par les moustiques et présentes dans ces régions.


Première grande épidémie en 2013


Découvert en Ouganda en avril 1947, le virus Zika «a jusqu'à récemment été suspecté de causé de sporadiques et bénignes infections humaines en Afrique et en Asie», détaillent les chercheurs. Mais le virus a été repéré en 2007 sur Yap Island, en Micronésie, puis en Polynésie française où il a provoqué une épidémie d'ampleur concomitante avec une flambée de dengue. Une augmentation inhabituelle de complications neurologiques, notamment des syndromes de Guillain-Barré, avait alors été notée.


Le premier cas d'infection par le virus Zika en Amérique a été identifié dans le nord-est du Brésil en mai 2015, avant de s'étendre à la Colombie, au Surinam et à d'autres pays de la région. Il infecte aujourd'hui dix pays de cette zone. Plus récemment, des cas ont été identifié en Guyane française et en Martinique. Le virus inquiète en Amérique du Sud car un nombre anormalement important de naissance d'enfants microcéphales a été enregistré, mis au monde par des femmes contaminées par le virus Zika durant leur grossesse. Au Brésil, 440.000 à 1.300.000 cas suspects d'infection au virus ont été rapportés par les autorités de santé de ce pays.
«Anomalies»


«Ces anomalies sont-elles dues uniquement au virus Zika, à la circulation conjointe d'autres agents infectieux ou à d'autres facteurs? Des projets de recherche multidisciplinaires doivent être mis en place pour tenter de répondre à ces interrogations», plaide dans un communiqué de l'Institut Pasteur Dominique Rousset, responsable du laboratoire de virologie et du Centre national de référence des Arbovirus à l'Institut Pasteur de la Guyane.


Le virus Zika est transmis essentiellement pas le moustique Aedes aegypti, mais il peut aussi être véhiculé par Aedes albopictus, alias le moustique tigre, désormais largement présent en France métropolitaine. La seule façon de se protéger est d'éviter de se faire piquer par un moustique (moustiquaires, vêtements longs, répulsifs), et de tout faire pour limiter la prolifération de ces derniers (notamment en évitant de laisser stagner de l'eau, propice à la ponte). Pour le moment, 17 cas ont été confirmés en Guyane et 3 en Martinique. «Nous nous appliquons à mieux connaître ce virus et comprendre son évolution, ce qui passe notamment par le renforcement des outils de diagnostic», explique Dominique Rousset. «L'obtention de la séquence complète du virus est un point de départ important pour mieux comprendre l'évolution de son comportement.»

 

Soline Roy le Figaro

 

La France n'y échappera pas

À l'instar de la dengue et du chikungunya, il sera difficile d'empêcher l'arrivée en France métropolitaine de ce virus transmis par le moustique tigre, estime le Haut conseil à la santé publique.

 

Transmis par des moustiques du genre Aedes (dont le moustique Aedes albopictusplus connu sous le nom de moustique tigre) qui propagent également la dengue et le chikungunya, le virus zika peut entraîner de la fièvre, des douleurs musculaires et des éruptions cutanées, voire des complications neurologiques. Or les conditions sont réunies pour une arrivée en France métropolitaine de ce nouveau virus, selon un rapport rendu public lundi par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP).

AFP, AP, Reuters Agences

 

EN SAVOIR PLUS

Un nouveau virus transmis par le moustique tigre

Le virus ravage le cerveau des bébés

Le nouveau Paradigme

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents