Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Cancer : la chimiothérapie en fin de vie ferait plus de tort que de bien

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 7 Février 2016, 22:45pm

Catégories : #Santé

La chimiothérapie chez les personnes atteintes d'un cancer en phase terminale n'améliore pas la qualité de vie et peut faire plus de tort que de bien, conclut une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Oncology. Ces résultats remettent en question la pratique et les directives courantes, soulignent les auteurs.

Holly G. Prigerson du Weill Cornell Medical College et ses collègues ont mené cette étude avec 661 personnes en phase terminale (ayant un cancer métastatique avancé ou une progression du cancer après des chimiothérapies antérieures).

 

Au début de l'étude, soit environ quatre mois avant le décès, la qualité de vie a été évaluée au moyen d'une échelle standardisée. Quelques semaines après le décès, les proches les plus impliqués dans les soins ont évalué leur niveau de détresse psychologique et physique ainsi que la qualité de vie globale dans la semaine avant leur décès.

Un peu plus de la moitié des participants recevaient une chimiothérapie dite palliative dont le but est de soulager les symptômes et de prolonger la vie.
L'étude conclut qu'elle n'a eu aucun de ces deux effets.

Chez les patients qui, au début de l'étude, étaient en meilleure santé et plus actifs, la chimiothérapie a été associée à une moins bonne qualité de vie et n'a pas prolongé la vie.

Parmi ceux qui avaient des limitations fonctionnelles au début de l'étude, seulement 45 % ayant reçu la chimiothérapie avaient une qualité de vie relativement bonne dans la semaine avant le décès comparativement à 70 % de ceux n'ayant pas reçu de chimiothérapie.

L'American Society for Clinical Oncology (ASCO) recommande de restreindre l'utilisation de la chimiothérapie palliative aux patients qui ont un haut niveau de fonctionnement parce qu'ils sont présumés plus susceptibles d'en bénéficier. La chimiothérapie, recommande-t-elle, devrait être évitée chez ceux qui sont alités plus de 50 % de leur temps d'éveil et n'ont pas la capacité, ou une capacité réduite, de prendre soin d'eux-mêmes.

« Donner, de routine, aux patients qui se sentent relativement bien un traitement palliatif qui est toxique et peut entraîner des effets secondaires est susceptible de faire qu'ils se sentent pire, pas mieux », dit la chercheuse.

Cette étude fait suite à une précédente, publiée l'an dernier dans le British Medical Journal, dans laquelle la Dre Prigerson et ses collègues ont constaté que les gens qui ont reçu une chimiothérapie palliative étaient moins susceptibles de mourir à la maison, plus susceptibles de mourir dans une unité de soins intensifs et plus susceptibles de recevoir des interventions agressives.

Psychomédia avec sources : Weill Cornell medical CollegeJAMA OncologyNew York Times.
Tous droits réservés

Commenter cet article

hervé 08/02/2016 08:56

certes ceci est une grande verité et ces toubibs de malheur ou stupides depuis le temps qu'ils "mal-traitent" auraient du se rendre compte que c'est ajouter du mal au mal et d'envoyer de l'autre coté plus vite ces personnes....alors pourquoi cet acharnement ?? le monde s'eveillant perd confiance en ce corps si malade qu'est le corps medical lui-meme ;et ce dernier me semble vraiment incurable : tant pis pour eux.

NED 08/02/2016 13:10

Quand les labos et leurs résultats (financiers) sont derrière !

Nous sommes sociaux !

Articles récents