Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


"En Europe, ce sont les migrants qui imposent le calendrier, c'est le monde à l'envers"

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 15 Février 2016, 15:44pm

Catégories : #Société

Angela Merkel © REUTERS

Angela Merkel © REUTERS

"En Europe, ce sont les migrants qui imposent le calendrier, c'est le monde à l'envers" déclare l'expert en migration gréco-américain Demetrios Papademetriou lors d'un entretien avec NRC.next. "Le problème de migration n'est pas un problème européen, mais un problème de quelques pays."

" La migration est un problème de quelques pays, les autres ne sont pas concernés. L'Allemagne et les quatre ou cinq autres états qui sont touchés par ce problème, doivent chercher des solutions ensemble" estime le spécialiste.

L'Europe est responsable de la vague de migration

Cofondateur du Migration Policy Institute (MPI), Demetrios Papademetriou dirige l'aile européenne de cet institut depuis 2015.

Pour Papademetriou, l'Europe est responsable de la vague de migration. "Beaucoup d'Européens semblent penser que la migration est un phénomène naturel auquel on ne peut pas grand-chose. C'est absurde. Ces six derniers mois, 1,5 million de personnes sont venues à cause de nous. Si vous ne renvoyez pas les illégaux, vous leur dites qu'ils peuvent tous venir" explique-t-il. "Les Européens blâment la Grèce. Le problème, ce n'est pas la Grèce, mais notre incapacité à réfléchir."

"Les citoyens voient le chaos et choisissent les mauvais politiques"

Il qualifie les initiatives nationales telles que la limite imposée en Autriche, le refoulement des demandeurs d'asile en Suède ou les invectives des Grecs de "menaces, pas de politiques". "Les contrôles de passeport supplémentaires coûtent des milliards et ne résolvent rien."

"Les citoyens voient le chaos et le manque de résultats. Anxieux, ils ne choisissent pas les bons politiques. Quelques pays doivent prendre l'initiative de réaliser un plan rationnel qui peut fonctionner. Dans le meilleur des cas, on finira avec trois Schengen. Et si on n'arrive pas même pas à ça, l'avenir sera sombre." (NSK)

Source: Knack

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents