Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Un astéroïde géocroiseur passerait à 17.000 km de la Terre le 5 mars

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 5 Février 2016, 23:48pm

Catégories : #Espace

Chaque jour, des astéroïdes connus ou à découvrir croisent la route de la Terre autour du Soleil. La plupart de ces géocroiseurs passent à des distances plusieurs fois égales à celle qui nous sépare de la Lune. Le 5 mars prochain, cependant, 2013 TX68, pourrait ne passer qu’à 17.000 km de notre biosphère.

Depuis quelques années, le nombre de petits astéroïdes qui croisent l’orbite terrestre (les géocroiseurs) ne cesse de croître. Non pas qu’ils se soient soudainement lancés à notre rencontre, non, c'est tout simplement que les moyens technologiques de ce début du XXIe siècle permettent de les identifier beaucoup plus facilement et rapidement. En effet, il y a 20 ans, ces petits corps sombres échappaient plus souvent à notre vigilance que les plus gros, heureusement plus rares. (Ceux de plus d’un kilomètre et passant à moins de 8 millions de km sont classés comme « potentiellement dangereux ».)

Aujourd’hui, il suffit d’un petit coup d’œil à la page Asteroid Watch du programme NEO (Near Earth Object) de la Nasa pour s’apercevoir que, chaque jour, il en passe plusieurs près de chez nous. Très peu constituent vraiment une menace car la plupart ne s’approchent guère plus de quelques dizaines de fois la distance Terre-Lune (384.000 km). Il arrive cependant qu’on n’ait pas pu en voir venir certains et qu’ils explosent dans notre atmosphère, comme par exemple celui qui est à l’origine de l’évènement mémorable de Tcheliabinsk, le 15 février 2013. De par sa taille (environ 20 mètres), les dégâts furent somme toute limités à quelques blessés légers et bris de vitres. C’est pour éviter qu’un corps plus gros susceptible de tomber au-dessus d’une grande ville ou, pire, s’il a les dimensions de l’Everest, qu’il ne provoque une catastrophe globale, que le centre de recherche de NEO existe.

Graphique des positions possibles de l’astéroïde 2013 TX68, le 5 mars 2016. Il apparait plus probable qu’il passe à environ 17.000 km (11.000 miles) qu’à 14 millions de km (9 millions de miles). © Nasa, JPL-Caltech, P. Chodas
Graphique des positions possibles de l’astéroïde 2013 TX68, le 5 mars 2016. Il apparait plus probable qu’il passe à environ 17.000 km (11.000 miles) qu’à 14 millions de km (9 millions de miles). © Nasa, JPL-Caltech, P. Chodas

 

 

Une distance d’approche encore incertaine pour 2013 TX68

Le 5 mars prochain, un géocroiseur d’une taille estimée entre 23 et 52 mètres s’aventura dans les parages de la Terre. Au plus loin, à quelque 14 millions de kilomètres et au plus près à 17.000 kilomètres. Ce n’est pas très précis, direz-vous. Et en effet, étant donné que la trajectoire de cet objet nommé 2013 TX68 est encore assez mal connue, les prévisions demeurent incertaines. Remarqué dans la nuit du 6 octobre 2013 via le Catalina Sky Survey financé par la Nasa, il fut traqué durant trois jours alors qu’il passait à 2 millions de kilomètres de nous jusqu’à ce que les astronomes perdent sa trace dans le ciel diurne. Les informations récoltées alors furent insuffisantes pour pouvoir déterminer son orbite avec davantage de précision.

Cette fois, même s’ils ne savent pas exactement où il faudra regarder, les chercheurs comptent sur le passage du 5 mars 2016, à environ 14,4 km/s, pour mieux caractériser l’objet. Selon les premières projections, il n’y aurait qu’une seule et faible chance sur 250 millions que lors de son approche suivante, le 28 septembre 2017, il pénètre dans l’atmosphère. Dans le cas où cela se produise et que 2013 TX68 mesure 30 mètres, l’énergie de l’explosion serait deux fois supérieure à celle de la météorite de Tcheliabinsk.

Mais que l’on se rassure :« Les possibilités de collision pour les trois prochains survols [2017, 2046 et 2097, NDLR] sont trop minces pour qu’elles soient préoccupantes, soutient Paul Chodas, directeur du centre d’étude des NEO (CNEOS) du JPL. « Je compte sur les futures observations pour réduire encore la probabilité. »

Xavier Demeersman, Futura-Sciences

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents