Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les antidépresseurs font plus de mal que de bien, estiment des chercheurs

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 14 Mars 2016, 07:16am

Catégories : #Santé

Les antidépresseurs semblent faire plus de mal que de bien, selon les auteurs d'une étude canadienne publiée dans la revue Frontiers in Psychology qui examine l'impact de ces médicaments sur l'organisme dans son ensemble.

"Nous devrions être beaucoup plus prudents en ce qui concerne l'utilisation répandue de ces médicaments", dit le biologiste évolutionniste Paul Andrews de l'Université McMaster (Hamilton, Ontario).

Les antidépresseurs visent à soulager les symptômes de la dépression en augmentant les niveaux du neurotransmetteur sérotonine dans le cerveau où il régule l'humeur.

Mais, soulignent les chercheurs, la plus grande proportion de sérotonine produite par l'organisme est utilisée à d'autres fins, dont la digestion, la formation de caillots sanguins dans les sites des plaies, la reproduction et le développement.

Les antidépresseurs, ont constaté le Pr Andrews et ses collègues, ont des effets négatifs pour la santé sur presque tous les processus régulés normalement par la sérotonine, incluant ces risques:

- problèmes de développement chez les nourrissons
- problèmes de la fonction sexuelle et du développement des spermatozoïdes chez les adultes
- problèmes digestifs comme la diarrhée, la constipation, l'indigestion et les ballonnements
- saignements anormaux et accidents vasculaires cérébraux (AVC) chez les personnes âgées.

Les auteurs ont analysé trois récentes études qui montrent que les personnes âgées qui prennent des antidépresseurs sont plus susceptibles de décéder que celles qui n'en prennent pas, même en tenant compte dans l'analyse d'autres variables importantes. Ce taux plus élevé de décès montre que l'effet global de ces médicaments sur l'organisme est plus dommageable que bénéfique, concluent-ils.

"La sérotonine est une ancienne substance (du point de vue de l'évolution, ndlr). Elle régule intimement plusieurs processus différents, et quand vous interférez avec ceux-ci vous pouvez vous attendre, dans une perspective évolutionniste, que cela cause du tort", dit Andrews.

"Ce qui a manqué dans les débats sur les antidépresseurs est une évaluation globale de tous ces effets négatifs par rapport aux bénéfices potentiels", dit-il. "La plupart des éléments sont disponibles depuis des années mais personne ne s'est penché sur cette question fondamentale", ajoute-t-il.

Dans une étude précédente, Andrews et ses collègues ont montré que même en ce qui concerne la fonction pour laquelle ils sont indiqués, les antidépresseurs augmentent le risque de récidive de dépression.

Alors que même la fonction prévue des antidépresseurs est en question, il est important de porter un regard critique sur leur utilisation continue, estime le chercheur.

Psychomédia avec source: McMaster University.

Commenter cet article

AS 17/03/2016 13:44

Ils peuvent rajouter ce que d'autres études prouvent pour les neuroleptiques en général (dont beaucoup d'anti-dépresseurs et notamment les benzodiazépines) = qu'ils provoquent des hallucinations, des états de confusions, etc... qui permet à une pseudo branche de la psychiatrie d'engendrer des millions d'euros de bénéfice qui font d'ailleurs l'objet d'une comptabilité obscure dans certaine caisse primaire d'assurance maladie dont celle des Hauts-de-Seine...en pratiquant des "hospitalisations contraintes" sous couvert de prétendues maladies mentales... qui sont en réalité des symptômes d'une réaction paradoxales à ces substances chimiques excessivement dangereuses...des pseudos médecins ne font aucune recherche en amont pour vérifier que les symptômes des patients ne sont pas la conséquence d'effets secondaires et indésirables à ces substances...

La psychiatrie est la seule branche de la médecine, verreuse, qui permet à des dégénérés mentaux qualifiés de "médecins" (alors que cette spécialité n'a AUCUNE base scientifique réelle) de pratiquer des contentions et des contraintes de soins ayant des impacts irréversibles sur les cerveaux humains et ce sans avoir à prouver que des recherches préalables ont été menées pour écarter toute possibilité d'allergie à ces substances chimiques excessivement dangereuses mais qui rapportent tellement...

... "des comptes aux responsables" ?... la "justice" occulte toute preuve communiquée dans ces domaines parce qu'aux ordres d'une certaine mafia "médicale"...

yollande 14/03/2016 08:38

serait temps de devenir intelligents et de demander des comptes aux responsables !

Nous sommes sociaux !

Articles récents