Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


RETIRER SES AMALGAMES PEUT SOIGNER DE NOMBREUSES MALADIES

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 1 Mars 2016, 11:12am

Catégories : #Santé

RETIRER SES AMALGAMES PEUT SOIGNER DE NOMBREUSES MALADIES

Au Japon, les amalgames dentaires au mercure ont été abandonnés depuis trente ans.

En Russie, ils ont été interdits en 1985, au vu de centaines d’études sur les dangers des plombages au mercure.

La Norvège condamne l’usage du mercure dans toutes ses applications et il y est interdit d’obturer les caries avec des amalgames.

En Suède, on ne pose plus d’amalgames depuis 1999. En Allemagne, la pose d’amalgames dentaires n’est même plus enseignée aux étudiants dans les facultés dentaires.

En Californie, les cabinets dentaires qui utilisent l’amalgame dentaire doivent arborer un panneau bien visible avec l’inscription suivante :

« Attention, ce cabinet pose des obturations à l’amalgame. L’amalgame contient du mercure. Les patients traités avec ce matériau d’obturation s’exposent à cette substance chimique toxique. L’Etat de Californie a connaissance du fait que le mercure peut provoquer des déformations à la naissance et d’autres troubles de la reproduction. »

Et en France… En France, on continue à poser des amalgames comme si de rien n’était à des millions de personnes qui ne se doutent de rien.

Les traitements dentaires courants contribuent à l’instabilité émotionnelle, à l’augmentation de la fatigue chronique, à la dépression, aux malformations congénitales, à la sclérose en plaques, à la maladie d’Alzheimer, et de nombreuses autres maladies dégénératives.

La plupart des dentistes n’admettront sûrement jamais que les matériaux dentaires qu’ils mettent dans votre bouche peuvent être la cause de nombreuses maladies et troubles.

Vos « plombs » ne contiennent pas de plomb ! C’est du mercure !

Lorsque votre dentiste vous bouche une carie, il n’utilise pas du plomb, mais un mélange de poussière d’argent, de cuivre et d’étain, avec une grosse goutte de mercure.

Le mercure fait fondre, à température ambiante, ces poudres de métal, et les amalgame ensemble. Il donne à la substance ainsi obtenue une consistance malléable, bien pratique pour s’enfoncer dans les trous.

Une fois en place, l’amalgame durcit. C’est la phase de « cristallisation ». Vous pouvez recommencer à mâcher des aliments. Le mercure, qui représentait 50 % du mélange au départ, ne représente déjà plus que 40 à 45 % du total. C’est en effet un métal très « volatil », c’est-à-dire qu’il s’évapore à température ambiante. Et il a instantanément commencé à le faire en arrivant dans votre bouche.

Ce que fait le mercure

La toxicité du mercure est connue depuis l’Antiquité. C’est un poison qui inhibe les enzymes responsables de la respiration cellulaire.

Non seulement il entrave le fonctionnement de tous les organes, mais il désorganise et perturbe les systèmes endocriniens et hormonaux, nerveux, immunitaires, digestif. Le système immunitaire est si gravement touché qu’on assiste à une plus grande sensibilité aux infections et au cancer. Les détériorations des cellules accélèrent le processus de vieillissement de l’organisme, et favorisent le déclenchement d’affections neuro-dégénératives graves.

Selon Franz-Xavier Reichl, dans son Atlas de poche de médecine de l’environnement, les personnes souffrant d’une contamination au mercure causée par leur amalgame peuvent souffrir de douleurs musculaires et articulaires, abdominales, accès de sueur, céphalées (mal de tête), surpoids, troubles respiratoires, toux, vertiges, nausées, troubles de la vue, de l’audition, chute de cheveux, dépression, épuisement, perturbation du sommeil, irritabilité, anxiété, troubles digestifs, difficultés cognitives. » (6)

Le mercure est en particulier mis en cause dans la multiplication des « maladies émergentes », c’est-à-dire des maladies qui se multiplient depuis les années 1980 : fibromyalgie, syndrome de fatigue chronique (SFC), allergies de toutes sortes, dépression, spasmophilie, troubles de la sensibilité neuro-musculaire, infections chroniques, mycoses récidivantes, troubles du métabolisme, troubles de l’attention et l’hyperactivité chez les enfants, migraines et douleurs diffuses.

Mais la maladie de Parkinson, la sclérose en plaque, l’autisme et de nombreux cas de cancers peuvent aussi être liés à une intoxication au mercure.

Les conséquences sont particulièrement graves pour les 20 % de la population dont l’organisme est incapable de se débarrasser spontanément des métaux lourds. Ces personnes stockent le mercure dans leurs tissus et subissent à plein les conséquences de l’empoisonnement.

Le Dr Mutter souligne que « la perfidie d’une intoxication réside dans le fait qu’il peut s’écouler jusqu’à quinze années ou plus, entre le début de l’intoxication et l’apparition des symptômes. (…), lorsque d’infimes quantités de mercure sont absorbées sur une longue durée, et s’accumulent dans l’organisme, comme c’est le cas pour les porteurs d’amalgames, il survient une intoxication insidieuse et chronique. » (7) Heureusement, on connaît aujourd’hui les moyens de désintoxiquer l’organisme :

RETIRER SES AMALGAMES EST IMPORTANT SURTOUT SI VOUS EN AVEZ BEAUCOUP.

La plus grande cause de fatigue chronique est le mercure dans la cavité buccale, et cela continuera à affecter la santé jusqu’à ce qu’il soit enlevé.

Le matériau de remplissage dentaire le moins cher, l’argent (amalgame) est dangereux et potentiellement mortel, car il contient du mercure.

Ces amalgames dentaires contiennent 54% de mercure, et certaines personnes ont ces amalgames dans leurs bouches depuis plus d’une décennie. De nombreux dentistes et l’Organisation Mondiale de la Santé ont rejeté les réclamations qui pointent vers les dangers de ces amalgames.

Le Dr Hal Huggins qui était le premier à révéler la vérité sur ces amalgames a expliqué que même la moindre quantité de mercure dans le corps humain peut être mortelle. C’est la raison pour laquelle il était en conflit avec la plupart de ses collègues.

Pour expliquer sa théorie, il a donné l’exemple d’une expérience qui a impliqué des ovules. Lorsque les ovules sont entrés en contact avec le mercure, les cellules n’ont pas réussi à communiquer avec l’utérus, bien que la fécondation a été effective. Huggins a affirmé que le mercure émet des gaz 24 heures par jour dans la cavité buccale, ce qui peut être la cause de nombreuses maladies mortelles.

Huggins a envoyé un message à tous les gens dans le monde dans le but de les mettre en garde sur les dangers que ces amalgames apportent: « Faites vous retirer les amalgames dentaires, et vous guérirez. »Huggins a consacré sa vie à fournir une assistance gratuite aux personnes qui sont empoisonnées par le mercure à cause des amalgames dentaires. Après la publication de son étude, et que la vérité sur les amalgames en argent soit révélée, il a été congédié et a subi beaucoup de harcèlement, mais il est resté fidèle à sa mission.

Les amalgames ont été utilisés en premier en 1800 en France et les dentistes les utilisent dans le monde entier encore aujourd’hui. Leur production ne coûte pas cher et est rentable, et ils sont souvent utilisés chez les personnes qui ont leurs traitements dentaires couverts par l’assurance.

Ce qu’il faut faire.

La démarche de désintoxication comprend trois étapes :

la supplémentation : pour atténuer les effets toxiques du poison, stimuler les fonctions éliminatrices, et tenter, si possible, de restaurer les fonctionnements cellulaires et métaboliques ;
la chélation : il s’agit de débarrasser le patient des toxiques accumulés ;
les soins dentaires : assainissement de la bouche, suivi d’une chélation en intraveineuse (IV).
Attention : chacune de ces étapes doit être entreprise avec soin. Il ne faut pas faire n’importe quoi. Les soins dentaires, par exemple, demandent des précautions extrêmes : une erreur fréquente est de se faire retirer ses amalgames.Mais en fait, sans précautions, cette opération peut fortement accroître l’intoxication, car le retrait d’amalgames, y compris anciens, provoquent une émission de mercure énorme, qui peut durablement intoxiquer l’organisme, de façon difficilement réversible.

Si vous soupçonnez chez vous ou chez quelqu’un de votre entourage, une intoxication aux métaux lourds, je vous recommande en fait d’acheter au plus vite le livre de Françoise Cambayrac sur le sujet (cliquez ici pour commander). Vous y trouverez :

  • tous les symptômes qui témoignent d’une intoxication au mercure ;
  • le régime alimentaire qui permet de détecter l’intoxication (avec fiche pratiques et suggestions de menus, ainsi que les aliments interdits) ;
  • comment rechercher des métaux lourds dans votre urine et, avec accompagnement médical, dans votre sang ;
  • sélectionner un bon médecin pour passer le test, et éviter les investigations faussées ;
  • trouver un bon laboratoire d’analyses ;
  • le coût maximum que vous pouvez accepter de payer, pour les différents types de test (dont la salive et les cheveux) ;
  • les différents compléments alimentaires qui ont un effet « chélateur », c’est-à-dire qui se lient dans votre corps aux métaux lourds, dont le mercure, et permettent de l’éliminer ;
  • les « quatre précautions fondamentales et incontournables avant d’entreprendre toute chélation » ;
  • comment mesurer les résultats (attention, ne vous fiez pas aux « interprétations » du laboratoire ; page 368, Françoise Cambayrac vous indique les chiffres à connaître pour comprendre vous-même ce que révèlent réellement vos analyses) ;
  • le matériel de cuisine et les aliments à choisir pour éviter une ré-intoxication.
  • Françoise Cambayrac vous présente précisément le protocole à suivre pour vous faire retirer vos amalgames, et comment trouver un dentiste qui fera l’opération convenablement.

Les autorités françaises sont-elles au courant ?

Oui, bien sûr.

L’AFSSAPS (Agence nationale de sécurité du médicament) a publié un rapport alarmant au sujet du mercure dans les amalgames dentaires en 2005.

Ce rapport décrit d’abord clairement la manière dont le mercure des amalgames est libéré dans le corps humain : « par dissolution (…) et par abrasion (…), le mercure présent dans l’air endo-buccal va être soit exhalé, soit atteindre le poumon, soit encore être dégluti et rejoindre l’appareil digestif. »

« La libération de mercure est favorisée par la mastication. Ainsi, deux études de 1996 ont montré que la mastication régulière de chewing-gum (…) augmente les taux plasmatiques et urinaires de mercure. »

« Au niveau pulmonaire, le mercure sous forme de vapeurs et rapidement absorbé. Une partie (…) pénètre également dans la circulation générale. »

On lit ensuite que les propriétés lipophiles (tendance à se lier aux corps gras) du mercure autorisent sa « diffusion » et « sa distribution dans le cerveau. » (qui est fait essentiellement de graisses). « Les ions mercuriques (…) sont donc piégés et accumulés localement dans les lisosomes. Ce phénomène explique la toxicité du mercure au niveau du cerveau ainsi que sa longue demi-vie dans cet organe. De même, une partie du mercure métallique peut passer la barrière placentaire. » (2)

Et pourtant, elle reste les bras croisés, malgré les ravages largement visibles dans la population

Voir http://www.hugginsappliedhealing.com/

Sources

Krauss (Dr P.), Deyhle (M.), Clédon (Ph.)et al, Universität Tübingen, Institut für organische Chemie, « Fiel study on mercury content of the saliva » (étude de Tübingen), Toxicological and Environmental Chemistry, 1997, vol. 63, n°1-4, p. 29-46.
AFSSAPS, « Le mercure des amalgames dentaires : Actualisation des connaissances », octobre 2005, téléchargeable sur le site de l’AFSSAPS.
Nylander (M.), Friberg (L.) et al., « Mercury accumulation in tissues from dental staff and controls in relation to exposure », Swedish Dental Journal, 1989, vol.13, n°6, p. 235-243.
B. Chales de Beaulieu, « Les obturations en amalgames et leurs conséquences sur l’organisme », Paris, Aquarius, 1984.
Vimy (M.J.), Takahashi (Y.), Lorscheider (F.L.), Department of Medicine, Faculty of Medicine, University of Calgary, Alberta, Canada, « Maternal-fetal distribution of mercury (203Hg) released from dental amalgam fillings », American Journal of Physiology, 1990, vol. 258. n°4, p. R939-945.
Paris, Maloine, 2002.
Dr J. Mutter, L’amalgame dentaire, un risque pour l’humanité : Eliminer correctement les intoxications au mercure, Vevey (Suisse), éd. Alternatif, 3e édition retravaillée, 2002.

sain et naturel

Commenter cet article

Salma 05/03/2016 08:42

bonjour super article, comment peut on trouver un dentiste qui pratiquera ces recommandations?

sanglier 01/03/2016 17:45

Reprendre le contrôle de nos vies, partout, gagner la Cité, et au nom de la vie, sans explosion ça va être difficile. Peut-être commencer par arracher mes chicots. Les plombages sont tombés tout seuls. Cheese.

herve 01/03/2016 16:53

oui,mais en France ;ordre des dentistes, dentistes et ministres de la santé preferent faire du fric et quant on est malade et sans fric ca les arrange encore car comme ca on la ferme a cause de nos souffrances et les emmerdent pas dans leurs fonctions

Nous sommes sociaux !

Articles récents