Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Des restes humains découverts sur la mystérieuse Plaine des Jarres

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 4 Avril 2016, 18:25pm

Catégories : #Mythologies - Civilisations anciennes

Grâce au travail archéologique de scientifiques australiens, le mystère de la Plaine des Jarres au Laos a peut-être été percé. 


© STR / AUSTRALIAN NATIONAL UNIVERSITY / AFP Des restes humains découverts sur la mystérieuse Plaine des Jarres

Des archéologues de l’Australian National University (ANU) ont peut-être élucidé le mystère de la Plaine des Jarres, un étrange endroit basé au Laos, où se trouvent des dizaines de vases anciens sculptés, dont personne ne connaît l'origine. Alors qu’ils procédaient à des fouilles, Dougald O’Reilly et son équipe ont mis au jour un cimetière avec des restes humains vieux de 2500 ans. Depuis 1930, date à laquelle la Française Madeleine Colani avait découvert les jarres de trois mètres de haut, personne n’avait révélé quoi que ce soit sur le lieu de la province de Xieng Khouang.

Des restes humains mis dans une tombe

«Il s’agit du premier effort majeur depuis les années 1930 pour tenter de comprendre le but de ces jarres et qui les a créées», a déclaré Dougald O’Reilly dans un communiqué publié lundi. Grâce à cette trouvaille, les chercheurs ont pu en savoir plus sur les rites funéraires de l’époque. «Une théorie stipulait [que les jarres] aient été utilisées pour décomposer les corps. Et lorsque la chair était désintégrée, les restes étaient enterrés autour des bocaux», ajoute-t-il. Les fouilles ont permis de vérifier cette théorie puisque le chercheur affirme que des fosses pleines d’os recouvertes d’un bloc de calcaire et d’autres sépultures comme des récipients en céramique ont été découvertes. «Nos fouilles ont également révélé, pour la première fois sur le site, une sépulture primaire, où un corps a été placé dans une tombe», ajoute le scientifique.

Ces recherches vont permettre de déterminer l’origine des personnes enterrées. A cause du manque de matériel qu’ils avaient emporté, les chercheurs ne pouvaient pas analyser les corps directement sur place. Seule une analyse génétique sera capable de vérifier leur statut. «Cela va permettre de construire une importante base d’informations sur l’origine de ces personnes», détaille Dougald O’Reilly.

Paris Match

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents