C'est un record dont l’OMS se serait bien passé pour célébrer son 78e anniversaire. Pour marquer la date de sa création en 1948, l’Organisation Mondiale de la Santé organise chaque année la Journée Mondiale de la santé. Au programme, des conférences, des messages de prévention et un chantier particulier mis en lumière.

Cette année donc, l’OMS alerte sur la fulgurante progression du diabète dans le monde. En 35 ans le nombre de cas à travers la planète a quadruplé portant en 2014 le nombre de personnes atteintes de diabète de type 2 à 422 millions d’adultes. Un grand nombre de ces malades est originaire des pays en développement.

Une alimentation inadaptée

C’est sans surprise les mêmes messages sanitaires qui sont martelés par l’OMS. Nous mangeons trop gras et trop sucré et nous ne bougeons pas assez. Résultats, sédentarité et surpoids forment le cocktail explosif du diabète.

 

 

Cette maladie non transmissible évolutive et chronique se caractérise par des niveaux élevés de glycémie (sucre dans le sang).Elle apparaît en général lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline.

Le diabète peut dans un premier temps être contrôlé avec un régime adapté (sans sucre) et la pratique d’une activité physique régulière. Mais s‘il n’est pas traité, de nombreuses pathologies graves peuvent apparaître, pouvant mener jusqu’au décès du patient. Et les chiffres de l’OMS sont sans appel.

Des risques très élevés

Les complications du diabète peuvent entraîner un infarctus du myocarde, un accident vasculaire cérébral, la cécité, une insuffisance rénale et l’amputation des membres inférieurs. Par exemple, ces taux d’amputation sont 10 à 20 fois plus élevés chez les personnes diabétiques.
 En 2012, le diabète était à l’origine de 1,5 million de décès. Un taux de glycémie plus élevé que le niveau admis a provoqué 2,2 millions de décès supplémentaires, en augmentant les risques de maladies cardiovasculaires et d’autres affections.
 Un grand nombre de ces décès (43%) surviennent prématurément, c’est-à-dire avant l’âge de 70 ans, et sont en grande partie évitables, avec des politiques visant à promouvoir des modes de vie sains et l’amélioration du dépistage et du traitement de la maladie.
 En 2014, plus d’un adulte sur trois âgé de plus de 18 ans était en surpoids et plusd’un sur dix était obèse ce qui favorise de manière importante l’apparition de la maladie.

L’OMS appelle donc les gouvernements du monde entier à mettre en place une politique de réduction des facteurs de risques tels que la sédentarité et le surpoids. Enfin, gardez en tête que le diabète est une maladie silencieuse et que la seule façon de le dépister est de se soumettre à des bilans sanguins réguliers.