Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une scientifique assure avoir "rajeuni" de 20 ans grâce à une thérapie génique

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 27 Avril 2016, 16:14pm

Catégories : #Sciences

Les télomères, en vert sur cette photo d'illustration, sont de courts segments d'ADN situés aux extrémités des chromosomes, en rose. Ils servent à protéger ces derniers contre les dysfonctionnements des cellules et le vieillissement du corps.© Avec l'aimable autorisation de BioVisa USALes télomères, en vert sur cette photo d'illustration, sont de courts segments d'ADN situés aux extrémités des chromosomes, en rose. Ils servent à protéger ces derniers contre les dysfonctionnements des cellules et le…

La fontaine de jouvence a-t-elle (enfin) été découverte? Oui, à en croire Elizabeth Parrish, PDG et cobaye en chef de BioViva USA, qui a annoncé, le 22 avril dernier, qu'elle était devenue le premier être humain a "officiellement rajeunir" grâce à "une thérapie génique" qu'elle a testée... sur elle-même. Certaines de ses cellules auraient même rajeuni de 20 ans, prétend-elle.

Selon la scientifique, diplômée de l'université de Washington, la thérapie génique en question comporte deux processus. Le premier consiste à limiter, voire supprimer la perte de la masse musculaire grâce au blocage de la protéine myostatin. Le deuxième vise à augmenter la taille des télomères, ces courts segments d'ADN situés aux extrémités des chromosomes.Selon le site spécialisé Nom de Zeus. ces télomère, qui sont chargés de la protection des chromosomes, raccourcissent à chaque division cellulaire. En clair, plus le temps passe, moins ils sont efficaces dans leur mission, ce qui entraîne un dysfonctionnement de la cellule et le vieillissement du corps. Bref, les télomères jeunes sont plus longs, les vieux plus courts. Les rallonger serait donc une manière de les rajeunir.

 

Des résultats confirmés par des organismes tiers...

 

En septembre 2015, juste avant de commencer sa thérapie, Elizabeth Parrish fait donc mesurer les télomères de ses globules blancs par le laboratoire d'essais cliniques spécialisé SpectraCell. En mars 2016, à l'issue de sa thérapie, elle les refait mesurer par le même laboratoire. L'incroyable nouvelle tombe: ils sont effectivement "plus longs" et sont passé de 6,71 kb (kilobases) à 7,33 kb. L'équivalent d'une vingtaine d'années de moins pour ses globules blancs, annonce le communiqué publié par BioViva.Les incroyables résultats sont transmis à HEALES, un organisme à but non-lucratif basé à Bruxelles, et la Biogerontology Research Foundation, organisme luttant contre les maladies liées au vieillissement basé au Royaume-Uni, qui les confirment. La fondation déclare que les globules blancs de Parrish sont effectivement devenus "biologiquement" plus jeune.

 

... Qui font tout de même douter la communauté scientifique

 

La nouvelle, qui aurait dû déclencher une vague d'euphorie sur toute la planète, a pourtant été très fraîchement accueillie par la communauté scientifique. D'abord parce que l'étude n'a pas été vérifiée par d'autres chercheurs et n'a été publiée dans aucune revue scientifique. Ensuite parce que le lien entre le changement de la taille des télomères et l'amélioration des fonctions des cellules n'est pas prouvé à 100%. Sans oublier que la taille des dits télomères peut varier de moins de 5 kb à plus de 15 kb.Autre problème, la PDG de BioViva a décidé de devenir "le patient zéro" sans avertir aucun de ses conseillers scientifiques. Ce qui a d'ailleurs provoqué la démission de l'un d'eux, George Martin, médecin et chercheur à l'université de Washington. "Je pense que nous aurions vraiment dû procéder à des essais cliniques et pré-cliniques", a-t-il déclaré, rapporte GeekWire.. Liz Parrish, qui a reconnu qu'elle n'avait pas prévenu son "conseil consultatif" s'est justifiée en expliquant qu'ils "auraient été obligés de dire non".

 

"La pire escroquerie médicale"

 

Alors que croire? Dans sa revue, le Massachusetts Institute of Technology (MIT), lui a en tout cas adressé un tacle appuyé, estimant qu''Il y a de fortes chances pour que l'on se souvienne de cette expérimentation comme l'une des pires escroqueries médicales ou, éventuellement, comme le début improbable d'une ère où les êtres humains se font administrer des thérapies géniques non pas pour soigner des maladies, mais pour rajeunir"."Plus de 100 000 personnes meurent chaque jour à cause de maladie liée à la vieillesse", s'est défendue Liz Parrish. "Quelqu'un m'a dit aujourd'hui: 'tu es si courageuse', peut-être que je le suis, peut-être pas. Ce qui est courageux c'est de savoir qu'il y a peut-être un remède contre ces maladies et de ne pas le prendre, de décider de dépérir. Mais je ne suis pas aussi courageuse", a-t-elle ajouté...

 

Le but: une commercialisation massive d'ici 2020

 

L'entrepreneuse ne compte en tout cas pas s'arrêter là. Interrogée par le site Inverse, elle a déclaré vouloir demander à la Food and Drug Administration américaine (FDA) de considérer le vieillissement comme une maladie. "En 2020, il y aura sur Terre plus de gens âgés de plus de 65 ans que d'enfants de moins de 5 ans", affirme-t-elle. Epoque où on imagine qu'il deviendra urgent de commercialiser massivement ses découvertes. "Au départ la technologie est très chère parce qu'elle est nouvelle, [...] mais très rapidement nous arrivons à baisser les coûts pour que tout le monde y ait accès", a-t-elle assuré.En attendant que ses résultats soient vérifiés par le reste de la communauté scientifique et que la planète entière puisse rajeunir, la PDG a déjà décroché un contrat avec Deep Knowledge Life Science, un fonds d'investissement de Londres. Si Liz Parrish n'a peut-être pas encore rajeuni de 20 ans, une chose est sûre: elle a mené sa campagne de communication d'une main de maître.

Commenter cet article

le gall 27/04/2016 18:32

Des Photos !!!

Nous sommes sociaux !

Articles récents