Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Utilisation de morpholine dans la cire servant à enrober les pommes

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 5 Avril 2016, 12:26pm

Catégories : #Santé

Les producteurs de fruits et légumes et les coopératives utilisent divers procédés pour protéger leurs produits. Un de ces procédés consiste à enrober de cire les fruits et les légumes avant la vente. L'enrobage scelle ces aliments, les protège contre les parasites et les maladies et les empêche de sécher, ce qui en maintient la fraîcheur. Par leur nature même, les cires donnent aussi plus belle apparence aux fruits traités.

La morpholine est une substance que l'on ajoute à certaines cires servant à enrober les pommes. On l'ajoute normalement à la cire sous forme d'oléate de morpholine qui dissout et étale la cire, ce qui permet d'appliquer l'enrobage sous forme de liquide à base d'eau. Lorsqu'on fait sécher la cire à l'air chaud, les résidus de morpholine s'évaporent et il n'en reste que des traces.

Il y a environ 25 ans qu'on utilise la morpholine au Canada comme élément constituant de certains enrobages et d'autres pays, notamment l'Australie et les États-Unis, en permettent l'utilisation pour la même raison.

Rôle de Santé Canada dans la réglementation du produit

La plupart des éléments constituants des enrobages pour fruits et légumes ne sont pas réglementés en soi, mais Santé Canada a habituellement évalué tout produit chimique nouveau destiné à ces enrobages avant leur utilisation au Canada, conformément au rôle que le Ministère joue dans l'établissement de normes sur la salubrité des aliments.

Évaluation la plus récente de la morpholine faite par Santé Canada

Santé Canada réévalue périodiquement les produits chimiques utilisés dans la transformation des aliments, ce qui permet de tenir compte de nouvelles données scientifiques. Santé Canada a terminé récemment sa réévaluation de la morpholine utilisée dans les cires servant à enrober les pommes. L'étude a inclus une analyse détaillée des aspects suivants :

  1. toxicité de la morpholine ainsi que la N-nitrosomorpholine, un produit de réaction toxique;
     
  2. exposition possible à ces substances à la suite de l'utilisation de la morpholine dans ces enrobages;
     
  3. tout risque possible pour les consommateurs du fruit.

Il en a découlé une des études les plus détaillées jamais entreprise sur la question (lien avec le Sommaire). Santé Canada a déterminé que la morpholine utilisée dans les cires servant à enrober les pommes ne représente pas un risque pour la santé humaine.

Santé Canada recommande que les Canadiens suivent une alimentation équilibrée et variée contenant des fruits et des légumes. L'entreposage en atmosphère contrôlée et l'utilisation de cire d'enrobage sur les pommes aident à donner aux Canadiens accès pendant toute l'année à ce fruit important pour notre alimentation.

http://www.hc-sc.gc.ca/

 

La cire sur les pommes est-elle toxique?

VRAIetFAUX.En fait, ça dépend pour qui. Les enrobages protecteurs ou cires utilisées pour contrer la perte d’humidité des fruits et légumes lors de leur entreposage sont comestibles. Toutefois, il se peut qu’elles contiennent des traces d’allergènes.

 

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) recommande à l’industrie alimentaire d’éviter l’utilisation d’allergènes majeurs, comme les arachides, les noix, les graines de sésame, le lait, les œufs, les produits de la mer, le blé, le gluten, les sulfites, de même que toutes les protéines qui en sont dérivées dans la composition d’enrobages protecteurs destinés aux fruits et légumes frais.

Malheureusement, il n’existe pas encore d’obligation d’étiquetage pour les cires et les enrobages protecteurs des fruits et légumes frais. Le seul pouvoir de l’ACIA, pour le moment, est de conseiller fortement aux utilisateurs de ce type de produits de lire attentivement les fiches techniques et la liste d’ingrédients des enrobages protecteurs, afin de s’assurer que ceux-ci ne contiennent pas d’allergènes majeurs.

 

Toutefois, les fabricants et importateurs de ces enrobages sont tenus en vertu de la Loi sur les aliments et drogues de s’assurer que toutes les formulations d’enrobage vendues pour être utilisées sur des fruits et des légumes frais ne comportent pas de danger pour la santé des consommateurs.

 

Que se passe-t-il avec les fruits et légumes importés?


Aux États-Unis, par exemple, même s’ils approuvent certains enrobages dans leur pays, ils doivent tout de même se conformer aux réglementations canadiennes avant de se retrouver sur les tablettes de notre supermarché. Il en est de même pour les importateurs canadiens de fruits et de légumes qui doivent exiger la liste d’ingrédients des formules d’enrobage de leurs expéditeurs, afin de s’assurer qu’elles ne contiennent pas d’allergène majeurs.

Quelques failles dans le système

Au Canada, étant donné que les cires et enrobages protecteurs ne sont pas réglementés comme des additifs alimentaires, sauf l’huile minérale, la paraffine et la gelée de pétrole, aucun fabricant de ce type de produits n’a à soumettre ses formules sous la loupe de Santé Canada. Il y a tout de même un paragraphe qui leur est accordé dans la Loi sur les aliments et drogues à cet égard, disant que tout enrobage vendu pour utilisation sur les fruits et légumes frais ne devrait pas comporter de risque pour les santé des Canadiennes et des Canadiens. Santé Canada leur permet donc de soumettre volontairement leurs formules d’enrobages protecteurs, afin qu’elles soient testés et puissent recevoir un avis de non-objection pour son acceptabilité et son innocuité. 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents