Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


France : Des paysans boulangers accusés d'excès de transparence

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 12 Mai 2016, 08:18am

Catégories : #Société

 

300 000 euros et une peine de prison de deux ans, c'est ce qu'encoure un couple d’agriculteurs qui pourrait être condamné pour avoir précisé sur un panneau que leur pain était fabriqué à partir de farine biologique !

Pour information, le pain incriminé est fabriqué au levain, d'eau, de sel de guérande, et uniquement à partir de farine locale certifiée « Agriculture Biologique » (moulue sur meule de pierre s'il vous plaît !). Peu de chances de se tromper en avançant que ce pain - cuit au feu de bois de surcroît - possède tous les atouts et ingrédients caractéristiques d'un aliment aussi sain qu'hors-normes.

Aucun lien donc avec la baguette ou la boule moisie que votre « Super Q » de quartier ose vous vendre sous l'appellation de pain. Mais non, vous comprenez madame, le label, c'est le plus important, et même si tous les ingrédients utilisés sont certifiés « Bio » et que vous le faites avec amour « à l'ancienne », ça ne suffit pas, il faut le label, allez hop, passez à la caisse !

Et pour ceux qui pensent savoir ce qu'est le label bio (ou qui ont des doutes), quelques liens en fin d'article vous révéleront ce qu'il retourne de ce fabuleux business. Merci à vous de partager les mésaventures de ces paysans afin de les soutenir, et les encourager à continuer de perpétrer ces traditions pour le plus grand régal de nos papilles.

Le Veilleur

Pain noir pour Françoise Bourgeois, accusée pour excès de transparence

Françoise Bourgeois apicultrice et paysanne-boulangère, est convoquée au tribunal correctionnel d'Amiens le 12 mai prochain, en sa qualité de cheffe d’exploitation de APILGER Earl, pour un motif bien étrange : avec son mari Alain, ils ont été transparents avec leur clients, en précisant sur un panneau que leur pain était fabriqué à partir de farine biologique. Ils encourent pour cela une amende de 300 000 euros et d’une peine de prison de deux ans.

Ce qui leur est reproché par l'administration c'est que,

Les boulangers ou distributeurs ne peuvent pas commercialiser impunément des « pains à la farine biologique » en lieu et place de « pain bio » croyant par ce biais pouvoir éviter le contrôle de la panification finale par un organisme agréé.

Ce procès d'intention, Françoise et Alain Bourgeois ne le comprennent pas.

Travaillant à petite échelle (200 kg de pain vendu par semaine), en lien direct avec les consommateurs, ils n'ont pas vu d'intérêt à être certifiés par un organisme agréé mais ont préféré mettre en avant la mention «Nature & Progres » dont le cahier des charges, bien que plus contraignant, se rapprochait plus de leur manière de panifier.

1462984608_ble-bio.jpgPar souci de transparence et par fierté de travailler avec un agriculteur proche de chez eux ils précisent le type de farine utilisé et collent l’étiquette de cet agriculteur sur leur panneau. Ce qui leur est reproché.

D'ailleurs, le contrôleur n'a pas pris la peine de vérifier si la farine utilisée était bien de la farine biologique.

Au vue de la gravité des faits le contribuable pourra en tout cas se féliciter de l'efficacité de l'administration et de l'utilisation de l'argent public. M. Ramery peut impunément détenir 350 vaches de plus qu'autorisé pendant plusieurs mois, il ne sera pas inquiété.

Mais un « gros poisson », tel que APILIGER, produisant du pain pour environ 200 clients potentiellement trompés, selon l’administration, est aujourd'hui convoqué devant la justice pour s'expliquer.

Pourtant, les clients de Françoise et Alain sont leurs premiers soutiens. Beaucoup d'entre eux ont proposé spontanément d'apporter leur témoignage : jamais ils ne se sont sentis trompés. La qualité des produits et la transparence dont font preuve Françoise et Alain, c'est ce qui est important pour eux !

Aujourd'hui Françoise et Alain dénoncent la violence de cette procédure. Dans les courriers et convocations reçues, avant même d'avoir été jugés, on leur prête l'intention d'avoir voulu « faire croire que », ou d'avoir « voulu éviter le contrôle », quant ils ont uniquement voulu être transparents et mettre en avant le label « Nature et Progrès ».

Nous, organisations agricoles et de la société civile, voulons apporter notre soutien à Françoise et Alain Bourgeois pour ce que nous considérons comme une dérive de l'administration. Les contrôles sont nécessaires pour protéger les consommateurs, mais pas de cette façon !

  • Vincent Chombart, porte-parole de la Confédération paysanne de la Somme (06 13 32 53 69)
  • Antoine Jean, porte-parole de la Confédération paysanne Nord Pas-de-Calais (06 07 95 68 88)
  • Catherine Fostier, présidente de l'AMAP d'Abbeville (minbiopaysan@gmail.com)
  • Conseil d'administration de la FAMAPP (famapp@amap-picardie.org)
  • Claude DUBOIS Vice-Président de NOVISSEN (novissen@free.fr - 03 22 31 07 09)

 Sources :

Commenter cet article

PL Sisley 15/05/2016 05:25

Ces agriculteurs-boulangers ne sont pas les premiers et ne seront pas les derniers à être inquiétés : il y a eu l'an dernier le viticulteur bourguignon mis en procès par les autorités publiques parce qu'il ne voulait pas employer des pesticides chimiques qui a fini par gagner mais après des mois de procédure. Quelques autres comme lui ont aussi été inquiétés. Ce qui me désole et m'irrite, c'est de voir que des fonctionnaires, eux-mêmes consommateurs, ne réalisent pas combien ils jouent contre eux en harcelant d'honnêtes citoyens qui veulent juste rallier éthique et commerce. Ca me rappelle l'expérience de Milgram où on voit que beaucoup acceptent de faire le mal pour avoir la paix par soumission : envoyer des décharges électriques à un quidam ou envoyer quelqu'un d'innocent en prison ou le condamner à payer de lourdes amendes au risque de le ruiner, c'est juste ne pas respecter la personne humaine.

Maryhé Paul 14/05/2016 15:52

Il serait intéressant de savoir ce qu’en dit le ministre de l'agriculture, sans doute plus préoccupé de faire réélire Hollande que de défendre un pauvre boulanger qui se lève à 3 h du matin et vit ( mal) de son travail qui satisfait pleinement sa clientèle. Mais c'est la France et sa toute puissante administration à 32 heures par semaine.

jardinfleuri 14/05/2016 00:58

Non, mais c'est vrai quoi! Faire de la nourriture de qualité, de nos jours, ce doit être puni pour non assistance au lobbying pharmaceutique!

MIDEW 13/05/2016 09:18

Je félicite ses gens qui essaye de donner au gens un produit de très bonne qualité, malheureusement il le paye gravement ce qui est intolérable je pense que la justice devrait plutot condamné les grosses firmes agroalimentaire pour nous vendre des produits toujours aussi mauvaix remplit d'arome bizare, de colorant au couleur non naturel, beaucoup de sel toujours pour nous inciter à acheter mais eux ne sont jamais inquiété la justice devrait laisser tranquille les gens émérites au lieu de punir leur savoir faire.

Joachim 12/05/2016 23:34

Perso, je ne vois pas pourquoi, on ne se donne pas tous RDV le jour du procès avec des cocktails molotov et on entre pas dans le tribunal pour les assommer !?!

Tonton Marcel 12/05/2016 22:37

Tout simplement scandaleux !!! Parfois j'ai l'impression de faire un cauchemar, je me pince, mais non, nos dirigeants sont devenus incontrôlables, complètement déconnectés de la réalité... Il est temps qu'il se passe quelque chose...

anckou 12/05/2016 22:30

soyez raisonnables ces gens sont des prévaricateurs qui osent vendre un produit non trafiquer fait sans produits chimiques ni autres additifs ,pire ils osent déclarer l'origine des produits et leurs provenance ,ces gens doivent etres condamnés seance tenante et flagéler en place publique ,vous ne voyez que d'autres s'y mettent aussi ou pire que les consommateur se mettent à aimer ça ,alors qu'il à falut plus de 70 ans aux sociétés agroalimentaires et quelles depencent des milliards pour nous faire aimer la m--de quelles nous vendent
au cachot les bouseux
ha ça mais

francois 12/05/2016 11:26

faut interner ces malades de fonctionnaires au plus vite et ne plus accepter ces verdicts de connards

Rom1 12/05/2016 10:39

QUELLE HONTE!

Nous sommes sociaux !

Articles récents