Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Macabre marée rouge au large des côtes chiliennes

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 14 Mai 2016, 18:20pm

Catégories : #Environnement

Macabre marée rouge au large des côtes chiliennes
Des milliers de palourdes mortes échouées sur les rives de l'île de Chiloé, le 1er mai 2016.PHOTO / ALVARO VIDAL / AFP

Depuis plusieurs jours, une “marée rouge” s’étend au large du sud du pays, particulièrement autour de l’archipel de Chiloé. Des milliers de tonnes de poissons et crustacés ont été décimés par des algues toxiques. Une alerte sanitaire a été décrétée par le gouvernement.

Cette “marée rouge”, ainsi dénommée en raison des pigments rouges des microalgues qui ont envahi la mer et intoxiqué des dizaines de milliers de poissons et de crustacés, est apparue début mai. Mais fin avril déjà, des bancs entiers de coquillages réputés, les machas, se décomposaient, sans vie, “sur une surface de 5 kilomètres de plage”, constatait 24 Horas. Une alerte à laquelle s’ajoutent les 300 cadavres de baleines au décès inexpliqué, retrouvés en juillet 2015 dans le sud du pays,“provoquant la création d’une mission d’investigation scientifique internationale de cette hécatombe”, rapporte El Dínamo.  

L’île de Chiloé est sinistrée

Nul ne sait vraiment expliquer l’origine de ce phénomène de marée rouge qui laisse dans le dénuement les familles de pêcheurs et toute la chaîne piscicole. Les pêcheurs accusent les industriels du saumon, qui auraient rejeté à la mer des milliers de tonnes de saumons intoxiqués par une algue. D’autres, comme la Société des océanographes chiliens (Colegio de Biólogos Marinos de Chile), attribuent cet envahissement par les microalgues “au réchauffement de la planète qui génère une plus grande acidité dans les océans et à un effet extrême du phénomène climatique El Niño”, rapporte le site T13.

Le Chili a déjà connu semblables marées rouges, mais celle-ci est “de loin la plus importante”, reprend 24 Horas. Dans l’attente d’un diagnostic officiel sur les causes de ce phénomène, l’alerte sanitaire a été lancée par le gouvernement, qui a déclaré la région en état de catastrophe. L’île de Chiloé est sinistrée.

Des marchés sans poisson, des magasins vidés de tout produit de base, des pneus en feu sur les routes et des touristes piégés : voilà à quoi ressemble cette île qui flambe sous la colère des pêcheurs réclamant de l’aide pour surmonter cette marée rouge”décrit le reporter du sitePerú 21

A Chiloé, “80 % de la population vit des produits de la mer”, ajoute le site de la chaîneTelesur. Depuis plus d’une semaine, les pêcheurs affrontent le gouvernement pour réclamer une aide plus substantielle, estimant à 31 000 le nombre de personnes affectées par la catastrophe.  

Sabine Grandadam

Commenter cet article

mamie 14/05/2016 20:37

que ce soit la terre, l'océan, l'air tout est pollué. Mais les gouvernements s'enfichent royalement.
La décimation de toute vie sera bientôt d'actualité, et ces grosses têtes qui se croient intelligents y passeront aussi. C' est cela la justice divine.

Collectif REC 14/05/2016 20:41

OK mamie, mais il y a plus de causes à effets liées à la connerie humaine qu'à la divinité... Sinon, un être qui serait capable de tout créer et de ne pas nous en extraire le mal qui est en nous ne vaut pas la peine d'être adulé...

Collectif REC 14/05/2016 19:32

Preuve que les produits issus de ma mer sont lourdement contaminés.
Pourtant, nous continuons au quotidien à déverser des saloperies en mer !
Quand à nos élus, tous aussi lâches que nuls, pas capable de voter contre l'industrie des pesticides ;http://reponses.agirpourlenvironnement.org/neonicotinoides-senateurs/

Nous sommes sociaux !

Articles récents