Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Découverte d' une enzyme permettant d’éditer l’ADN de cellules vivantes.

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 26 Juin 2016, 10:23am

Catégories : #Sciences

Des scientifiques ont découvert une enzyme permettant d’éditer l’ADN de cellules vivantes.

Un groupe de scientifique international a découvert une enzyme qui permet d’éditer l’ADN de cellules vivantes, qui peut hypothétiquement être utilisé pour détruire les cellules cancéreuses.  C’est ce qu’a annoncé TASS Constantin Séverin, professeur à l’institut des sciences et de technologie de Skoltech[1]  et de l’université de Rutgers (Etats-Unis, CWA).

 

Les recherches menées autour de l’enzyme C2c2 ont permis la création d’une base de données au centre national d’information biotechnologique du CWA. « Sergei Smakov, doctorant en mathématique,  effectue des recherches sur les séquences d’ADN: il cherche de nouveaux systèmes, semblable à CRISPR-Cas9[2], mais sans posséder de lien de « parenté ».

A l’heure actuelle, la biotechnologie utilise le système CRISPR-Cas9 pour la modification de gènes. Cependant, l’enzyme est insuffisamment précise: la fragmentation de l’ADN peut occasionner des changements de place indésirables et l’apparition de mutations non planifiée. De plus, cette technologie fait l’objet d’un litige concernant l’attribution du brevet. C’est pourquoi les scientifiques recherchent d’autres enzymes, analogue à la principale activité de Cas 9, mais sans ses inconvénients.

L’enzyme C2c2 permet d’éditer non pas l’ADN, mais l’ARN. L’ARN est l’étape intermédiaire entre le code génétique, inscrit dans l’ADN, et les protéines formées à partir de ce code. Une partie de l’ARN viral exécute à la place de l’ADN le rôle porté  de l’information génétique.

Je vais vivre : comment Даша Арефьева a vaincu  le cancer…Quand la jeune fille a eu 18 ans, on lui a diagnostiqué une tumeur de la taille d’un pamplemousse.

Je vais vivre : comment Даша Арефьева a vaincu le cancer…Quand la jeune fille a eu 18 ans, on lui a diagnostiqué une tumeur de la taille d’un pamplemousse.

« Le résultat le plus surprenant d’un point de vue scientifique, a été le comportement suicidaire du système occasionné par CRISPR-C2c2. Après la reconnaissance de L’ARN messager, l’albumine C2c2 « perd la raison » et commence à détruire sans distinction, tout l’ARN présent autour, provoquant la mort cellulaire », a commenté le scientifique.

Selon lui, les cellules bactériennes isolées ont une fin tragique, cependant, pour toute une population de bactérie, la méthode reste avantageuse. En effet, les cellules contaminées qui périssent, peuvent se transformer en usine à production de nouveaux virus, qui infectent alors d’autres bactéries. Grâce au système C2c2,  la bactérie s’autodétruit, plus tôt que ce qui est prédit.

« Cette propriété peut être utilisée pour cibler la destruction de la cellule cancéreuse qui possède une ARN spéciale, que l’on ne retrouve pas dans les cellules communes. Voilà comment, avec l’assistance de l’enzyme C2c2 de telles cellules peuvent être anéanties » a déclaré Severin.

Les résultats de ces travaux ont été publiés jeudi dans la revue « Science »

Traduit par Fabienne Guyon

 Réseau International

[1] Skoltech se trouve dans la banlieue de Moscou. Vicktor Vekselberg est à la tête de la fondation développant Skoltech.

[2] : CRISPR-Cas9 est une endonucléase, c’est-à-dire une enzyme spécialisée pour couper l’ADN avec 2 zones de coupe active, une pour chaque brin de la double hélice. (Source : wikipedia)

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents