Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Des nanoparticules identifiées dans quatre produits alimentaires

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 19 Juin 2016, 20:38pm

Catégories : #Santé

Une analyse, commandée par l'association Agir pour l'environnement, révèle la présence de nanoparticules dans 4 produits, sans indication sur l'emballage. 

Des nanoparticules identifiées dans quatre produits alimentairesInokos/epictura
 

Petit à petit, les nanomatériaux se sont imposées aux consommateurs. Le monde de la cosmétique a été l’un des premiers à s’emparer de cette innovation, notamment pour les incorporer dans les crèmes solaires. Mais aujourd’hui, ces nanomatériaux ont quitté nos placards de salle de bain et s’invitent aussi dans nos assiettes. Une enquête de l’association Agir pour l’environnement présentée ce mercredi révèle, en effet, la présence de nanoparticules dans 4 produits alimentaires.

L’association a demandé au Laboratoire National de Métrologie et d’Essais, reconnu d’utilité publique et rattaché au ministère de l’Industrie, d’analyser 4 produits alimentaires de consommation courante : des biscuits au chocolat de la marque LU, des chewing-gums Malabar, un mélange d’épice pour guacamole de Carrefour et une conserve de blanquette de veau de William Saurin.

Ces analyses révèlent que tous ces produits contiennent des nanoparticules de dioxyde de titane (Ti02) étiquetées sous le nom E171. En outre le mélange d’épices présente du dioxyde de silicium, aussi appelé E551. L’additif E171 permet aux industriels de modifier la couleur des aliments, tandis que le E551 est un antiagglomérant.


Aucune information sur les étiquettes

Pour les géants agroalimentaires, ces particules minuscules mais surpuissantes, permettent d’interagir avec des phénomènes qui se déroulent à une échelle infinitésimale. Or, « cette nouvelle technologie, génératrice d’applications nouvelles, est également une source de risques potentiels pour la santé et l’environnement », relève le ministère de l’Agriculture sur son site internet.

De fait, la production de ces denrées alimentaires nanoparticulaires modifient, plus ou moins profondément, la structure des aliments. La toxicité et la dangerosité de ces altérations ne sont pas encore connues mais les incertitudes persistent. Ainsi par mesure de précaution, la réglementation européenne oblige depuis décembre 2014, les industriels à informer les consommateurs de la présence de nanoparticules. Mais ici aucun des 4 produits analysés par l’association Agir pour l’environnement n’affichent ces « nano-ingrédients ».

Pourquoi les marques n’ont-elles pas indiqué leur présence ? L’association suggère qu’il est possible qu’elles ne soient pas au courant « au vu de l'opacité des fabricants de dioxyde de titane et de silice, mise en lumière par Avicenn qui a pointé leur refus de fournir à l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) des informations sur les nanomatériaux qu'elles fabriquent ». Elle souligne en outre que « l’absence d’étiquetage n’affecte pas seulement le consommateurs : nombre d’entreprises incorporent des nanos dans leur production sans même le savoir avec des répercussions possibles sur leurs clients mais aussi sur leurs propres travailleurs ! »


Risque de toxicité si elles sont inhalées

En effet, l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, indique que ces particules ultra-fines émises lors de certains procédés industriels peuvent être inhalées ou ingérées par les employés. « Compte tenu de leur taille, les nano-objets seraient capables de franchir les barrières biologiques (nasale, bronchique, alvéolaire…) et de migrer vers différents sites de l’organisme via le sang et la lymphe (processus de translocation) », explique l’INRS, ajoutant que cette petite taille leur confère une toxicité plus grande et entraîne une inflammation plus importante que d’autres particules.

Pour Agir pour l'environnement, cette analyse révèle une situation générale encore plus préoccupante. En effet, leurs enquêtes de terrain mettent en évidence qu’aucun produit alimentaire n’est étiqueté « nano ». Face à ces risques potentiels et au manque d’information, l'association réclame un « moratoire » sur la commercialisation de produits de consommation contenant des nanoparticules de synthèse et demande aux autorités de renforcer leurs contrôles.

Anne-Laure Lebrun

http://www.pourquoidocteur.fr/

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents