Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Il n'y a plus aucun îlot de nature vierge sur la planète

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 10 Juin 2016, 15:47pm

Catégories : #Société

Il n'y a plus aucun îlot de nature vierge sur la planète
 

Vous rêvez de découvrir, quelque part sur Terre, un coin de nature préservé de l'action des hommes ? Réveillez-vous, ces endroits-là n'existent plus depuis fort longtemps ! C'est tout du moins ce qu'affirme une étude dirigée par l'archéologue et anthropologue américain Jon Erlandson, récemment publiée dans les prestigieux comptes rendus de l'Académie des sciences américainesProceedings of the National Academy of Sciences (Pnas).

Selon l'équipe scientifique, les hommes, qui avaient déjà colonisé la plupart des territoires il y a 500 000 ans, ont modifié leur environnement depuis des milliers d'années, tant et si bien qu'ils ont littéralement tout impacté, « des mammouths aux microbes ». Ils auraient même commencé à le détériorer il y a plus de 12 000 ans, avec l'émergence de certaines pratiques agricoles ! La dégradation de l'environnement par les hommes est donc loin d'être un phénomène récent, même s'il s'est, selon les chercheurs, dramatiquement accéléré au cours des derniers siècles.

Changer de paradigme

Leurs travaux, à la croisée de plusieurs disciplines, montrent qu'il ne subsiste aujourd'hui plus aucun îlot de nature vierge sur toute notre planète bleue. Ni au fin fond de la forêt amazonienne, ni au beau milieu de l'Antarctique. Dans le premier cas, les auteurs soulignent que l'Amazonie n'a pas été uniquement victime de la récente déforestation, mais avait subi des transformations notables bien avant l'arrivée des Européens, par la simple présence des peuples indigènes. Dans le second cas, même si le continent de glace s'étendant au pôle sud du globe demeure encore largement inexploré, il a de son côté subi les effets délétères de la pollution atmosphérique dispersée par les vents.

Pour les chercheurs, il est donc parfaitement illusoire d'espérer un retour à la nature originelle. Aussi suggèrent-ils de passer d'un paradigme de la conservation, consistant à tenter vainement de protéger le Terre des changements, à un paradigme de la « gestion », destiné à orienter et transformer de manière positive des changements, au fond, inéluctables…

 

 

Le Point.fr

Commenter cet article

AkhThoT 11/06/2016 11:15

"un retour à la nature originelle"

Que ceux qui souhaitent ça commencent par s'effacer eux-même les premiers de la nature !

Nous sommes sociaux !

Articles récents