Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les marchés financiers redoutent une crise pire qu'en 2008

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 24 Juin 2016, 10:00am

Catégories : #Economie-politique

Singapour, vendredi matin. La Livre Sterling est en forte baisse face à l'Euro et au Dollar à la suite de la victoire du Brexit au référendum. 

AFP PHOTO / ROSLAN RAHMAN
 


Les Britanniques ont choisi de quitter l'Union européenne, un saut dans l'inconnu qui a fait aussitôt trembler les marchés mondiaux.

Le scénario tant redouté, celui d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, s'est confirmé ce vendredi matin, au fil des heures, plongeant les investisseurs dans la panique. La livre britannique qui tombe au plus bas depuis 1985, le yen qui s'envole, les Bourses qui s'effondrent : les marchés financiers étaient assommés à l'annonce de cette victoire du Brexit. «C'est l'un des plus gros chocs sur les marchés de tous les temps», réagissait ainsi Joe Rundle, analyste chez ETX Capital. «Les répercussions du vote vont se faire sentir dans le monde entier. L'ampleur des dégâts est difficile à évaluer mais il sera probablement plus important que tous les événements survenus depuis la faillite de la banque Lehman Brothers en 2008».

 

Effondrement de la Livre. Après s'être envolée au-dessus de 1,50 dollar au moment de la fermeture des bureaux de vote, la livre sterling est tombée d'abord sous 1,45 dollar, puis 1,40 dollar, et a poursuivi sa folle descente à des niveaux inédits depuis 1985, jusqu'à 1,3229 dollar, soit une chute de plus de 10% sur la journée. Elle baissait aussi face à l'euro qui s'élevait jusqu'à 81,96 pence, contre 76,02 quelques heures plus tôt. Parallèlement et avant même que l'annonce soit officielle, le yen, valeur refuge, flambait: le dollar chutait à 99,04 yens, du jamais vu depuis novembre 2013, contre 106,84 yens auparavant, et l'euro à 109,60 yens, contre 122,01 yens.

 

 

 

Etonnamment, les devises se stabilisaient une fois les résultats officiels connus. Mais «avec l'ouverture des marchés européens, la pression sur la livre risque de s'accentuer. Je n'avais pas vu un tel chaos depuis longtemps. Les cambistes ne peuvent s'empêcher de vendre jusqu'à ce que les autorités disent stop, c'est-à-dire interviennent sur les marchés», a réagi Yosuke Hosokawa, responsable des changes chez Sumitomo Mitsui Trust Bank.

 

Les Bourses dans l'inconnu. Une débâcle se profilait sur le Vieux Continent. Selon les contrats à terme fournis par l'agence Bloomberg, qui donnent une indication de l'ouverture des marchés, Londres perdrait 9% et Francfort 9,5%. L'Eurostoxx 50, qui regroupent les grandes valeurs européennes, dévissait de 12%. «C'est un saut dans l'inconnu pour les marchés qui entrent dans une période d'instabilité. Les marchés attendent désormais des réactions des banques centrales et des responsables européens», a commenté Alexandre Baradez, d'IG France.

La Banque du Japon (BoJ) s'est aussitôt déclarée «prête à injecter des liquidités», en coopération avec les autres banques centrales, pour limiter l'impact sur les marchés. La Banque d'Angleterre (BoE) a délivré un message similaire, promettant de "prendre toutes les mesures nécessaires".

Sur le front des indices boursiers, la Bourse de Tokyo a d'abord démarré sur des gains modérés avant de soudainement changer de cap une heure plus tard, plongeant de près de 8% à la clôture. Les géants de l'automobile Toyota et Nissan, tous deux implantés au Royaume-Uni, ont décroché de plus de 8%. La Bourse de Hong Kong lâchait plus de 5% en deuxième partie de séance. Les géants bancaires HSBC et Standard Chartered étaient touchés de plein fouet par ce vent de panique, perdant respectivement plus de 10 et 11%. Ailleurs dans la région Asie-Pacifique, Sydney et Séoul cédaient plus de 3%, et Shanghai plus de 1%.

 

Or et pétrole dans la tourmente. Dans ce contexte tendu, l'once d'or grimpait à son plus haut niveau depuis mars 2014, à 1.359,08 dollars, et les investisseurs se ruaient sur le marché obligataire. Le Bund allemand tombait en zone négative tandis que les titres de dette des pays les plus fragiles de la zone euro étaient délaissés. Le pétrole était aussi pris dans la tourmente, les cours perdant plus de 6% dans les échanges électroniques en Asie. «Nous voyons le pétrole être emporté par la fébrilité générale des marchés face au vote», a souligné sur Bloomberg News Ric Spooner, analyste chez CMC Markets à Sydney.

 

L'économie britannique fragilisée. La sortie des Britanniques de l'UE entraîne un vertigineux plongeon dans l'inconnu pour leur économie, qui risque de pâtir d'un choc d'incertitudes avec une croissance ralentie et un chômage en hausse à la clef. Outre les conséquences immédiates pour le pays et au-delà, un Brexit risque d'être dommageable à plus long terme, avaient prévenu avant la tenue du référendum les grandes institutions financières internationales, du FMI à l'OCDE.

  Leparisien.fr avec AFP

Commenter cet article

TCH 24/06/2016 16:43

Je me gausse......ça s'appelle un retour de manivelle et j’espère bien que d'autre pays vont suivre.

GB 25/06/2016 13:14

Pareillement ! :)

blanche albertas 24/06/2016 13:57

Que les marchés tremblent ? tant mieux. Qu'ils s'adaptent à l'inconnu comme on demande aux "sans-grades" de s'adapter, de se bouger, de déménager, de s'adapter, car les "sans-grades' tremblent tous les jours. J'ai rêvé d'une Europe et j'ai été bien déçue.

ernest 24/06/2016 13:08

peuvent demissionner tous ont assez pique de fric avec la fausse dette....ce qu'ils craignent c'est de perdre de leur pouvoir :alors peuvent toujours vociferer mais on croit plus en leurs propos,idem pour nos politques.

Nous sommes sociaux !

Articles récents