Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Sclérose en plaques : importante découverte génétique ayant le potentiel d'éclairer les mécanismes de la maladie

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 2 Juin 2016, 21:10pm

Catégories : #Santé

Des chercheurs, dont les travaux sont publiés dans la revue Neuron, ont identifié une importante mutation génétique liée à la sclérose en plaques (SEP).

Environ 10 % à 15 % des cas de SEP semblent avoir une composante héréditaire, mais jusqu'à présent, les chercheurs n'avaient trouvé que de faibles associations entre le risque de développer la maladie et des variantes génétiques particulières. Alors que les personnes qui portent la mutation nouvellement découverte ont une probabilité de 70 % de développer la maladie.

Il s'agit d'une découverte cruciale pour la compréhension de la maladie, estime Carles Vilariño-Güell de l'Université de Colombie-Britannique (Canada), coauteur sénior.

Les chercheurs ont analysé une base de données contenant le matériel génétique de près de 2000 familles au Canada. Ils se sont spécifiquement penchés sur une famille dans laquelle cinq membres sur deux générations sont atteints de la maladie. Ils ont recherché les mutations communes à ces cinq personnes. Une recherche dans la base de données a ensuite permis de trouver la même mutation dans une autre famille ayant plusieurs cas de sclérose en plaques. Toutes les personnes de ces familles qui avaient la mutation présentaient la forme progressive de la maladie.

La mutation se trouve dans le gène NR1H3. Elle cause une perte de fonction du produit du gène qui est la protéine LXRa, explique le neuroscientifique Weihong Song, également coauteur sénior. Comme d'autres membres de cette famille de protéines, la LXRa contrôle la régulation de la transcription de gènes impliqués dans l'homéostasie lipidique, l'inflammation et l'immunité innée.

Les souris dont ce gène est inactivé ont des problèmes neurologiques, dont une diminution de la production de myéline.

Bien que cette mutation n'est présente que chez environ 1 personne sur 1000 ayant la SEP, explique Vilariño- Güell, l'étude montre que d'autres variantes communes du même gène sont aussi des facteurs de risque de la sclérose en plaques progressive. « Donc, même si les patients n'ont pas la mutation rare, des traitements qui ciblent cette voie les aideraient probablement. »

La découverte de cette mutation permettra le développement de modèles cellulaires et animaux de la SEP physiologiquement pertinents pour les maladies humaines - des outils qui n'étaient pas disponibles jusqu'à maintenant. Ces modèles fourniront un bon moyen d'étudier les mécanismes sous-jacents à la maladie et de tester des médicaments, ajoute Song.

Les chercheurs notent qu'il existe déjà un intérêt à cibler cette voie pour le développement de médicaments d'autres maladies, dont l'athérosclérose. « Si nous sommes en mesure de réutiliser certains de ces médicaments expérimentaux, cela pourrait raccourcir le temps nécessaire pour développer des traitements ciblés pour la SEP, explique Vilariño-Güell.

Psychomédia avec source : Cell Press.
Tous droits réservés

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents