Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Encelade : une croûte de glace plus fine que prévu

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 18 Juillet 2016, 13:51pm

Catégories : #Espace

 

Un nouveau modèle de la structure de la petite lune de Saturne suggère que l'épaisseur de sa croûte de glace pourrait ne pas excèder cinq kilomètres au pôle Sud.

Encelade

La croûte de glace d'Encelade cache un océan d'eau liquide. Elle serait plus fine qu'on le pensait.

NASA
 

L'auteur

Sean Bailly est journaliste à Pour la Science
 

Encelade est l’un des mondes les plus étonnants du Système solaire : couverte d’une couche de glace, elle cache un gigantesque océan d’eau liquide sous sa surface. Les gigantesques geysers qui expulsent de l'eau jusque dans l'espace au pôle Sud sont une des manifestations les plus spectaculaires de la présence d’eau liquide dans les profondeurs d’Encelade. Depuis 2004, la sonde Cassini a permis d’étudier en détail ce satellite de Saturne. Les premières données suggéraient que l’océan se situait à près de 60 kilomètres de profondeur au niveau de l’équateur et seulement à 30 à 40 kilomètres au pôle Sud. Mais selon un nouveau modèle proposé par Ondrej Cadek, de l’université Charles, à Prague, de Gabriel Tobie, à l’université de Nantes, et de leurs collègues, la croûte pourrait être beaucoup plus fine et n’atteindre que cinq kilomètres d'épaisseur au pôle Sud.

Les planétologues s’interrogent en particulier sur les mécanismes qui permettent à l’eau de rester liquide. Sans une source de chaleur, toute l’eau aurait du geler, de la surface jusqu’au noyau rocheux de la lune. Une des hypothèses privilégiées fait intervenir les forces de marée de Saturne, qui exercent des contraintes mécaniques sur le satellite. Elles engendrent des frottements, qui échauffent la partie interne de la lune. La compréhension du mécanisme de chauffage est donc très liée à la structure interne du satellite.

En particulier, une question qui restait sans réponse était de savoir si l’océan s'étendait sous l'ensemble de la surface ou juste sous le pôle Sud. En 2015, l’analyse du mouvement d’Encelade fit pencher la balance pour un océan liquide global. En effet, un mouvement d’oscillation, nommé libration, ne pouvait s’expliquer que de cette façon, en supposant également que la croûte de glace ne faisait que 20 kilomètres d’épaisseur. Mais ce tableau s’accordait mal avec d’autres données, notamment topographiques.

Ondrej Cadek, Gabriel Tobie et leurs collègues ont proposé un autre modèle qui réconcilie les diverses observations, dans lequel la surface d’Encelade se comporterait comme une « coquille élastique » sur deux cents mètres de profondeur. L’épaisseur de la glace serait alors de 20 kilomètres à l’équateur et seulement cinq kilomètres au pôle Sud. L’océan serait profond de 45 kilomètres, englobant un noyau rocheux de 185 kilomètres de rayon. L’océan représenterait ainsi 40 % du volume de la lune.

Ce modèle repose cependant la question de la source d’énergie qui maintient l’océan liquide. En effet, avec une croûte de glace aussi fine, la chaleur s’échappe plus rapidement dans l'espace et les frottements dus aux forces de marée de Saturne ne suffisent plus. Il faudrait alors explorer une autre hypothèse, celle d’une source de chaleur au cœur d’Encelade, encore une fois par des processus de friction de marée dont la nature exacte reste encore assez énigmatique. Le plancher océanique soumis à ces fortes sources de chaleur interne pourrait alors abriter des points chauds, avec des conditions propices au développement de la vie.


En savoir plus sur http://www.pourlascience.fr

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents