Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La possibilité d'un retour massif de djihadistes en France inquiète la droite

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 22 Juillet 2016, 06:42am

Catégories : #Nouvel ordre mondial

Le président du Sénat, Gérard Larcher (LR), s'alarme du retour imminent sur le territoire d'un grand nombre de djihadistes français. Il exhorte le gouvernement à anticiper cette épreuve.

figarofr© Thaier Al-Sudani / Reuters/REUTERS figarofr

Le président du Sénat Gérard Larcher tire la sonnette d'alarme. «Nous sommes face à un problème majeur. Nous allons avoir des centaines de djihadistes Françaises et de Français qui vont revenir dans notre pays avec la mise en difficulté de Daesh et le rétrécissement de son territoire. Il va falloir que nous apportions des réponses», a-t-il expliqué jeudi sur RTL. Il poursuit solennel: «Les réponses nous ne les avons pas encore et le premier ministre l'a reconnu. C'est un problème que j'ai exposé publiquement. Il faut nous préparer.» «Comment gère-t-on ce retour? Ce n'est pas simplement de la déradicalisation, il faut assurer la sécurité des Français, c'est ce qu'attendent nos compatriotes», s'interroge-t-il. Selon le président du Palais du Luxembourg, il faut réfléchir de toute urgence à des nouvelles mesures. «Ce sujet va être devant nous dans les semaines, dans les mois qui viennent», dit-il.

En mai dernier, mediapart expliquait qu'il est de plus en plus difficile de quitter les territoires contrôlés par l'Etat islamique. Toutefois, le gouvernement français recensait déjà 240 retours en France au 30 mars, sur les 1900 Français partis faire le djihad en Syrie et en Irak.

Le président du Sénat n'est pas le premier à tirer la sonnette d'alarme. Jeudi, le député LRGeorges Fenech, également président de la commission d'enquête sur les attentats, évoquait dans Valeurs Actuelles les retours de Syrie: «Ce qui m'inquiète beaucoup, c'est le défaut d'anticipation par le gouvernement (…). Nous allons assister à un véritable raz-de-marée de retours de djihadistes sur notre territoire, car Daesh perd beaucoup de terrain, l'organisation va tomber, c'est une question de mois. Rien n'a été anticipé sur ces retours».

Retour de combattants radicalisés: ce que prévoit le gouvernement

Pour l'heure, un individu revenant de Syrie et soupçonné d'être un djihadiste est censé être immédiatement interpellé dès son arrivée. L'immense majorité des personnes arrêtées ont été jusqu'à présent mises en examen. Selon la décision de justice qui suit, l'individu peut être incarcéré, ou placé sous contrôle judiciaire.

En mai dernier 93 personnes sur les 236 interpellées n'avaient pas été mises en examen. C'est afin d'encadrer cette portion d'individus contre lesquels la justice n'a pas suffisamment d'éléments pour prononcer une condamnation qu'a été mise en place une assignation à résidence venant d'être portée de un à trois mois pour les personnes radicalisées de retour de «théâtres de conflits étrangers».

D'autre part, l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, invité dimanche dernier au journal de 20 heures de TF1, reprochait au gouvernement ne n'avoir ouvert aucun centre de déradicalisation. Plusieurs de ces centres d'accueil pour djihadistes revenant de Syrie, ou personnes en voie de radicalisation, devraient voir le jour en 2016. Le premier, qui devait ouvrir avant l'été selon l'exécutif, ouvrira ses portes en septembre, dans le château de Pontourny, à Beaumnont-en-Véron (Indre-et-Loire). L'ouverture de treize autres centres similaires est prévue d'ici à 2017.

Concernant la demande de certains élus de droite d'interdire le retour sur le sol français de ces combattants radicalisés, le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve, a formulé une réponse claire dès janvier 2015. Selon lui une telle mesure est impossible et contraire à la Convention européenne des droits de l'homme qui stipule que «nul ne peut être privé du droit d'entrer sur le territoire de l'Etat dont il est le ressortissant». Mais le débat est encore loin d'être clos.

Commenter cet article

danielle 27/07/2016 11:08

Que vont faire nos chers socialistes qui jurent de nous protéger ?

marredesgensdecettesecte 27/07/2016 09:18

qu il rentrent ces salafistes de merde, on est de plus en plus nombreux a les attendre il vont juste servir d engrais a l ancienne, a la francaise comme dans le on vieux temps.

anonimous 22/07/2016 21:55

Pendant la 2ème guerre mondiale l'état français a fusillé des civils français car ils refusaient d'aller faire la guerre. Ces personnes qui partent faire le djihad combattent nos soldats et notre pays donc ce sont des traîtres. Le seul destin qu'ils méritent c'est d’être fusillé pour traîtrise envers la France.

grosselok 23/07/2016 21:23

qu'on commence par nos politiciens pourri aussi , mais on ne fera rien mouton que nous sommes on revoteras pour eux

mamie 22/07/2016 13:54

NON aux retours de ces assassins fanatiques qu'ils soient français ou pas - les droits de l'homme c'est aussi que chacun respecte la vie de l'autre.

Nous sommes sociaux !

Articles récents