Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Au Japon, on tente d’exploiter l’énergie des typhons

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 9 Octobre 2016, 17:36pm

Catégories : #Partage

 

Confronté aux séismes et aux typhons à répétition, l’archipel nippon subit fréquemment les affres d’un climat peu clément. À tel point que la catastrophe de Fukushima en 2011 a forcé le pays à repenser sa stratégie énergétique en prenant en compte la fragilité de ses structures face aux menaces environnementales, depuis les tremblements jusqu’aux menaces du ciel. Pour palier à cette double-peine, un ingénieur japonais semble aujourd’hui avoir trouvé une solution : une turbine éolienne résistante au déchaînement des éléments et capable d’alimenter durablement les localités en énergie.

Une éolienne qui résiste à la tempête

Trouver le positif dans les épreuves inévitables de la vie, voilà une leçon à retenir de la culture japonaise. Si le Japon est d’ores et déjà un précurseur en termes d’énergies vertes et renouvelables, Atsushi Shimizu estime que le pays ne tire pas encore assez avantage de sa situation géographique et géologique particulière. En effet, exposé à de nombreux typhons, dont la vitesse des vents dépasse souvent les 150km/h, le Japon a le potentiel pour devenir « une super-puissance du vent ».

typhoon-in-japan

Malheureusement, les éoliennes actuellement en place au large de l’archipel n’ont pas été étudiées et conçues pour résister à de telles tempêtes. C’est pourquoi la plupart d’entre elles se retrouvent brisées par les vents intenses qui frappent la côte où sont ineffectives lors de vents trop forts. L’ingénieur japonais et son équipe ont donc étudié et mis au point une turbine éolienne adaptée aux enjeux climatiques et énergétiques de l’île.

La turbine inventée par Atsushi Shimizu diffère donc dans son design et dans son fonctionnement vis à vis des éoliennes traditionnelles. Ainsi, sa tête est fixée sur un axe omnidirectionnel qui permet à l’engin de s’adapter à des conditions de vent chaotiques. Ensuite, les pales tubulaires de l’éolienne vont permettre de dévier le vent et de réguler la vitesse de rotation en utilisant l’effet Magnus, à savoir le même qui s’applique lorsque vous jouez au tennis et cherchez à créer un effet de balle.

Challenergy
Source : Challenergy

Exploiter les conditions climatiques exceptionnelles

Alors que depuis 2011 le Japon est obligé de recourir à l’importation énergétique à hauteur de 84% de ses besoins, sa transition énergétique vers les énergies renouvelables s’est jusqu’à maintenant concentrée autour du solaire plus que de l’éolien. En Aout 2016, malgré l’opposition écrasante de la population, le gouvernement japonais redémarrait un troisième réacteur nucléaire. Il faut savoir que tous les réacteurs nucléaires du Japon sont situés en bord de mer et peuvent être à tout moment frappé d’un tsunami, comme le craignent les écologistes japonais. Impossible de s’en passer selon le président Shinzō Abe.

Pourtant, d’après Atsushi Shimizu et son équipe, baptisée « Challenergy », un seul typhon totalement exploité serait capable de générer assez d’énergie cinétique pour produire l’électricité nécessaire à 50 années de consommation japonaise. Un peu optimiste ? Le propos est appuyé par les thèses du Laboratoire Atlantique Océanographique et Météorologique qui estime qu’un typhon dégage une masse énergétique équivalente à environ la moitié de la capacité de génération mondiale d’électricité. Reste à avoir la technique pour exploiter ce potentiel.

En tirant parti des conditions climatiques exceptionnelles auxquelles le Japon fait face chaque année, cette turbine nouvelle génération pourrait résoudre en partie le problème de dépendance énergétique du pays. Au lieu de subir le déchaînement des éléments qui frappe ses côtes à répétition, celui-ci pourrait donc bénéficier de sa situation et faire d’une pierre deux coups en avançant un peu plus sur le chemin de la transition énergétique.

Si la turbine de Challenergy en est encore au stade expérimental et doit faire ses preuves sur le terrain, les premiers tests se sont montrés encourageants, avec un rendement estimé à 30%. Les éoliennes traditionnelles, quant à elles, si elles affichent un rendement un peu plus élevé de 40%, restent inadaptées au vents exceptionnellement forts. Affaire à suivre, donc…

Source : Challenergy
Source : Challenergy

Sources : CNN.com / Europe1.fr

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents