Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Manger végétarien, pas de réels bénéfices sur la santé cardiovasculaire selon une étude

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 22 Octobre 2016, 20:09pm

Catégories : #Santé

C’est Le Parisien.fr qui le dit, une toute nouvelle étude s’est encore une fois penchée sur la santé (et notamment cardiovasculaire) des végétariens comparés aux omnivores. Les bouffeur de viande et de poisson contre les bouffeurs de graines et de légumes.

Oh je déconne. Pour rappel quand même, les végétariens consomment des produits laitiers (lait, œuf et fromage)mais exit la viande et le poisson. Les omnivores ? Ils mangent de tout et n’importe quoi (surtout n’importe quoi en fait).

Enfin bref, cette « étude » que je met entre guillemet car elle n’est pas encore publiée dans un journal à comité de lecture 1, et qu’il est impossible de retrouver sur le site de La Parisienne (c’est pas bien, il faut bien citer ses références bordel !), a été diffusé lors d’un congrès de l’American College of Gastroenterology.

Le résultat principal de cette étude nous dit que les quelques 263 végétariens suivis ont eu autant d’accidents cardiovasculaires (voir la définition de l’OMS) que les omnivores. Voilà voilà.

Heureusement, La Parisienne n’oublie pas de préciser que les mangeurs de tofu sont généralement plus jeunes, de sexe féminin (mais ça on s’en balance un peu), mais surtout qu’ils sont moins obèses et moins touchés par le syndrome métabolique.

Voilà qui donne du grain à moudre pour les anti-végés…

« Votre régime soit disant santé ne sert à rien si il ne protège même pas contre la première cause décès, les accidents cardiovasculaires ! »

Merde… Ils n’auraient pas tord en plus ces couillons-là…

Mais les études publiées sur ce point précis, elles disent quoi ? Et je parle des « vrais » études, les synthèses et les méta-analyses publiées dans des journaux à comité de lecture.

Manger végé protégerait bien contre les accidents cardiovasculaires

La plus récente étude sur ce sujet a été publiée cette année par une équipe italienne de l’Université de Florence 2.Cette étude est une synthèse couplée d’une méta-analyse des études d’observations sur les bienfaits d’une diète végétarienne et végétalienne.

Sans entrer dans les détails, l’étude est indépendante et montre un effet protecteur d’éviter la viande et le poisson sur la santé cardiovasculaire. Les végétariens auraient 25 % de risque en moins de mourir d’une cardiopathie ischémique (c’est quoi ce bordel?).

130.000 végétariens, et 15.000 végétaliens, ont été pris en compte dans cette méta-analyse, et c’est autrement plus fiable et sérieux que les 263 pelés de notre petite étude américaine…

L’étude nous balance également que les végétariens ont 8 % de cancers en moins que les omnivores, et pour les végétaliens ça monte à 15 % de risques en moins. Mais je m’égare…

Une plus modeste étude chinoise nous indique que les personnes qui consomment le plus de légumes, de fruits, de noix ou de légumineuses auraient moins de risques de faire un cancer gastrique, et de mourir d’un accident cardiovasculaire 3 On se rapproche d’une diète végétarienne.

En 2014, deux chercheurs de l’école de santé publique de l’Université de Loma Linda confirme l’effet protecteur d’une diète végétarienne sur la santé cardiovasculaire 4. Mais aussi des effets positifs sur l’obésité, le diabète de type 2 ou encore l’hypertension comparés aux omnivores.

EN 2009 et en 2013, deux études allaient encore dans ce sens là : les bouffeurs de barbaques et de poiscailles ont plus de « chances » de faire un accident cardiovasculaire 5 6.

Alors voilà, ce n’est pas notre minuscule étude même pas encore publiée qui va pour le moment remettre en cause les bienfaits de la diète végétarienne. Non. D’autres auteurs font ça très bien, et alimentent joliment le débat en pointant quand même du doigt que les bénéfices pourraient être sur-estimés, ou bien cantonnés à nos copains américains croyants de l’Église du 7ème jour… 7 8

Vegan, végétarien, pesco chais pas quoi, ou carniste… Peu importe !

Au final, cette foutu guéguerre entre les « omni » et les « carnistes » (un terme que je n’aime pas spécialement et bien décortiqué par mon poto Sylvain ici) n’est pas prête de se terminer…

Si ces études mettent bien une chose en avant : c’est que les personnes qui font le plus attention à ce qu’elles mangent semblent être en meilleur santé.

Voilà l’enseignement de toute cette science imbuvable.

Les adeptes du régime méditerranéen, qui mangent des produits animaux avec parcimonie, mais qui consomment aussi de l’huile d’olive, des noix, et du vin rouge, ont généralement une PUTAIN de bonne santé.

Même les adeptes du régime « Paléo » ou bien nos copains qui se les gèlent en Alaska semblent avoir une santé cardiovasculaire correcte, et ma foi similaire avec le mangeur lambda…

La bataille entre les grandes diètes n’est pas prête de s’arrêter, du moins sur les bénéfices pour la santé, car il aussi prendre en compte les impacts environnementaux de nos habitudes alimentaires et l’atteinte dramatique au bien être animal. Ouais, nos bêtes d’élevages ne le vivent pas super bien…

Alors ? On fait GAFFE à ce qu’on mange


Références

1. Hyun-seok Kim, MD, MPH, Laura Rotundo, MD, Jill Deutsch, MD, Neil Kothari, MD, Sushil Ahlawat, MD, Michael Demyen, MD, Nikolaos Pyrsopoulos, MD, PhD, MBA. OBESITY AND CARDIOVASCULAR DISEASE RISK IN VEGETARIANS IN THE UNITED STATES: A POPULATION-BASED STUDY. Program No. P1382. ACG 2016 Annual Scientific Meeting Abstracts. Las Vegas, NV: American College of Gastroenterology.

2. Monica Dinu MSc, Rosanna Abbate MD, Gian Franco Gensini MD, Alessandro Casini MD & Francesco Sofi MD, PhD (2016): Vegetarian, vegan diets and multiple health outcomes: a systematic review with meta-analysis of observational studies, Critical Reviews in Food Science and Nutrition.

3. Wang, J. B., Fan, J. H., Dawsey, S. M., Sinha, R., Freedman, N. D., Taylor, P. R., … & Abnet, C. C. (2016). Dietary components and risk of total, cancer and cardiovascular disease mortality in the Linxian Nutrition Intervention Trials cohort in China. Scientific reports, 6.

4. Le, L. T., & Sabaté, J. (2014). Beyond meatless, the health effects of vegan diets: findings from the Adventist cohorts. Nutrients, 6(6), 2131-2147.

5. Crowe, F. L., Appleby, P. N., Travis, R. C., & Key, T. J. (2013). Risk of hospitalization or death from ischemic heart disease among British vegetarians and nonvegetarians: results from the EPIC-Oxford cohort study. The American journal of clinical nutrition, 97(3), 597-603.

6. Craig, W. J. (2009). Health effects of vegan diets. The American journal of clinical nutrition, 89(5), 1627S-1633S.

7. Kwok, C. S., Umar, S., Myint, P. K., Mamas, M. A., & Loke, Y. K. (2014). Vegetarian diet, Seventh Day Adventists and risk of cardiovascular mortality: A systematic review and meta-analysis. International journal of cardiology,176(3), 680-686.

8. Ravera, A., Carubelli, V., Sciatti, E., Bonadei, I., Gorga, E., Cani, D., … & Lombardi, C. (2016). Nutrition and Cardiovascular Disease: Finding the Perfect Recipe for Cardiovascular Health. Nutrients, 8(6), 363.

http://www.dur-a-avaler.com/

Commenter cet article

blanche albertas 23/10/2016 10:40

Je suis régulièrement vos articles que j’apprécie mais svp les termes" bordel", 'deconne'.. etc ne sont pas vraiment obligatoires même si c'est pour attirer une population plus jeune,,,La crasse mentale, la médiocrité linguistique ne feront pas un monde plus beau. Un petit effort svp. merci.
Quant a revenir au sujet de l'article, il faut quand même considérer les habitudes alimentaires que nous avons depuis notre naissance et ces habitudes ont fait que l'organisme a pris des habitudes ; ceux qui ont mange de la viande y reviendront tôt ou tard. L'essentiel est un équilibre a respecter en tout.

Cassie 23/10/2016 00:49

Pourquoi les omnivores mangeraient forcément n'importe quoi????
Je connais des végés qui disent bien manger et en fait ils se gavent de pâtes, de riz et de patates
Franchement ce n'est pas mieux hein!!!!!!!
On peut être omnivore et manger correctement ce n'est pas incompatible, c'est quoi ces idées biscornues, on n'est pas des amères-loques!!!!!!

Nous sommes sociaux !

Articles récents