Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Wikileaks: ces révélations qui ont marqué les 10 ans du site controversé

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 5 Octobre 2016, 06:07am

Catégories : #Société

Depuis 2006, WikiLeaks a endossé le rôle de lanceur d'alerte, en diffusant des millions de documents, souvent confidentiels.© AFP/Getty Images/Archives/Joe RaedleDepuis 2006, WikiLeaks a endossé le rôle de lanceur d'alerte, en diffusant des millions de documents, souvent confidentiels.

Ce mardi, Wikileaks fête ses 10 ans. Une décennie de révélations souvent fracassantes, égratignant aussi bien Washington que la coalition internationale ou des partis politiques. Tour d'horizon des coups d'éclat du site de Julian Assange.

Depuis le 4 octobre 2006, les révélations de Wikileaks passionnent autant qu'elles embarrassent. Le site internet aux velléités de lanceur d'alerte, qui s'est un temps retrouvé sans hébergeur ni financement, est notamment connu pour son charismatique et controversé dirigeant: l'Australien Julian Assange.

Ce mardi, à l'occasion de la décennie d'existence de Wikileaks, son fondateur, retranché depuis quatre ans dans l'ambassade d'Equateur au Royaume-Uni, a annoncé la divulgation prochaine d'importantes données. Dans son viseur: "les élections américaines, la guerre, le pétrole, les armes, Google, et la surveillance". Une technique d'information basée sur des coups d'éclat, auxquels le site aux méthodes de plus en plus contestées nous a habitué.

20 000 mails accablants pour les démocrates

En juillet, Wikileaks a divulgué le contenu de 20 000 mails échangés entre dirigeants démocrates. Selon The New York Times, ces messages auraient été piratés dans les boîtes mails de sept responsables du parti par des agents du renseignement russe. Les mails divulgués par le site d'alerte, ouvertement anti-Clinton, sont accablants pour le parti, dont la partialité a été remise en cause.

Ces données démontrent que les dirigeants démocrates accordent leurs faveurs à Hillary Clinton, alors qu'elle est toujours en course contre son rival Bernie Sanders. Elle ne sera officiellement adoubée que quelques jours plus tard. Face au scandale, Debbie Wasserman Schultz, la présidente du parti avait présenté sa démission.

Hollande, Sarkozy et Chirac espionnés

Avant de s'attaquer à la politique américaine, Wikileaks a visé la diplomatie internationale. En juin 2015, le site publie des données attestant que les trois derniers présidents ont été espionnés par la NSA (le renseignement américain), et ce, au minimum entre 2006 et 2012.

Le timing de cette révélation est étudié: elle intervient à la veille du vote final à l'Assemblée sur le projet de loi Renseignement. Cette révélation provoque un tollé en France, François Hollande réunit en urgence un Conseil de sécurité et convoque l'ambassadrice américaine en France. Deux mois plus tard, Wikileaks a également révélé que l'ancienne présidente brésilienne Dilma Roussef était également concernée par des écoutes de la NSA.

Révélations sur la prison de Guantanamo

Washington est régulièrement dans le viseur de Wikileaks. En avril 2011, le site a diffusé des documents confidentiels à propos des conditions de détention entre 2002 et 2009 dans la prison américaine de Guantanamo. Ce dossier contient pas moins de 700 fiches personnelles de détenus, âgés de 14 à 89 ans.

Ces documents attestent de détentions arbitraires connues de l'armée, concernant certains prisonniers. L'un de ces détenus, un homme qui a utilisé un faux nom auprès des militaires, a été libéré par erreur, avant d'organiser des attaques contre les troupes américaines, auprès d'Oussama Ben Laden.

Les secrets de la diplomatie américaine

250 000. C'est le nombre de télégrammes de la diplomatie américaine qu'a choisi de divulguer Wikileaks, en novembre 2010. Ils comprennent des données confidentielles aussi vastes que la situation nucléaire en Iran, qui aurait acquis des missiles auprès de la Corée du Nord, ou les financements d'Al-Qaeda par l'Arabie saoudite. L'Italie compare même ces révélations à un "11 septembre diplomatique".

Dénonciation de torture en Irak

La guerre en Irak n'a pas été épargnée par les révélations du site internet. En octobre 2010, Wikileaks a diffusé quelque 400 000 documents secrets de l'armée américaine. Selon ces données datant d'une période allant de 2004 à 2009, la coalition internationale aurait usé de la torture contre des prisonniers irakiens. Le site parle même de "crimes de guerre". L'armée irakienne se serait également rendue responsable d'exactions, dont avait connaissance son homologue américaine, mais qui n'aurait sciemment pas réagi.

Des rapports sur la guerre en Afghanistan

La notoriété de Wikileaks connaît un tournant en juillet 2010, lorsque le site révèle des rapports secrets de l'armée américaine, concernant la guerre en Afghanistan. En tout, ce sont pas moins de 91 731 rapports, établis sur six ans, que le site met en ligne. Ces données "montrent une image sans fard de la guerre vue sur le terrain, beaucoup plus sombre que son portrait officiel", commentait à l'époque le New York Times. Une centaine de documents mentionnent notamment le quotidien des troupes françaises sur place.

Certaines données dénonçaient le soutien présumé du Pakistan aux insurgés afghans et rapportent que 20 814 personnes seraient décédées lors de ce conflit. Ces révélations fracassantes avaient donné du grain à moudre aux opposants au conflit et à la stratégie offensive de Barack Obama.

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents