Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Les scientifiques obtiennent des souris vivantes à partir d'ovules artificiels.

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 7 Novembre 2016, 10:25am

Catégories : #Sciences


Illustration: Wikimedia Commons

Des scientifiques japonais ont pour la première fois développé des ovules artificiels créés à partir de cellules souches et les ont utilisés pour produire des souris vivantes, en mettant en œuvre un procédé qui pourrait un jour être utilisé pour les humains.

Près d'une douzaine de rongeurs sont nés après que des scientifiques aient créé des ovules de souris à un stade primitif à partir de cellules souches et les aient nourris en laboratoire. L'équipe japonaise les a ensuite fécondés avec du sperme de souris et a ainsi obtenu des centaines d'embryons à partir des ovules cultivés en laboratoire. Ces derniers ont ensuite été implantés dans des souris femelles, ce qui a conduit certaines d'entre elles à donner naissance à des souriceaux apparemment en bonne santé. Les souriceaux qui ont survécu se sont développés pour devenir des adultes apparemment en bonne santé et fertiles.

Cette méthode ne sera pas utilisée de sitôt pour produire des ovules humains (le taux de réussite est très faible et les ovules produits sont parfois défectueux), mais elle pourrait néanmoins aider les chercheurs à identifier les principaux gènes impliqués dans le développement et la maturation des ovules. Si cette technologie était perfectionnée, nombreux sont ceux qui pensent qu'elle pourrait, dans un avenir lointain, être utilisée pour aider plus de femmes à devenir mères et permettre la naissance de bébés en meilleure santé.

Dans la revue Nature, le professeur Katsuhiko Hayashi de l'université de Kyushu, qui a dirigé l'équipe de recherche créditée de cette avancée, décrit comment il a créé certains ovules primitifs de souris à partir de cellules souches embryonnaires, et d'autres à partir de tissus de peau prélevée sur la queue. Ils ont ensuite créé une "soupe" chimique reproduisant l'environnement naturel d'un ovaire pour inciter les cellules souches à se transformer en follicules. Il s'agit de petits tubes contenus dans les ovaires et qui produisent des ovules. À partir de ces follicules, l'équipe de recherche a été en mesure de récolter des ovules sains. Au final, les chercheurs ont pu implanter plus de 300 embryons âgés de deux jours dans des souris femelles, mais cela n'a débouché que sur 11 grossesses ayant conduit à des naissances normales. Cette réalisation révolutionnaire est le résultat de 10 années de recherche menées par Hayashi et son équipe.

"C'est la première fois que l'on fait état du développement en laboratoire d'ovules entièrement matures et fécondables, en partant directement des premiers stades du développement de l'ovule", a commenté Richard Anderson, professeur de sciences de la reproduction clinique à l'université d'Édimbourg, qui n'a pas participé à l'étude japonaise. "Même si nous sommes encore loin de la création d'ovules humains, cette étude nous fournit une base pour des modèles expérimentaux destinés à explorer le développement des ovules chez d'autres espèces, parmi lesquelles l'espèce humaine... un jour cette approche pourrait être utile aux femmes ayant perdu leur fertilité à un âge précoce, ainsi que pour améliorer les traitements plus conventionnels de l'infertilité."

Mais cette prouesse soulève également un certain nombre de questions éthiques importantes, comme celles liées à une technologie suffisamment avancée pour créer des "bébés à la carte", ayant subi des altérations génétiques spécifiques à la demande des parents. Il est également possible qu'une telle méthode puisse donner lieu à l'apparition de certaines anomalies dues au fait que les cellules subissent de nombreuses manipulations en laboratoire.

S'il est clair que l'utilisation sur les humains de la méthode du professeur Hayashi n'est pas pour demain, lui et ses collègues veulent cependant poursuivre ces recherches sur des cellules de primates.
Techno-Science.net 
 
Source: CORDIS-Europa

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents