Il explorait les fons marins près des côtes de Colombie Britannique lorsqu'il est tombé sur un étrange objet en métal ressemblant à une soucoupe volante. Il pourrait s'agir une bombe nucléaire disparue depuis 1950. 

Sean Smyrichisky, plongeur amateur, était parti à la recherche d'holothuries - également appelées «concombres des mers» - lorsqu'il a fait cette étrange découverte. «J'ai trouvé quelque chose de très bizarre, je pense que c'est un OVNI», a-t-il raconté à ses collègues de plongée une fois revenu à la surface. L'un d'eux, qui plonge depuis longtemps dans la zone, lui a alors mis la puce à l'oreille : «Tu as peut-être trouvé cette bombe perdue dans le coin dans les années 50 !». 

Et il pourrait bien avoir raison. Le Département canadien de la Défense Nationale (DND) est d'ailleurs du même avis, et le gouvernement a envoyé des navires sur place pour tenter de s'en assurer. Les autorités se sont toutefois voulues rassurantes, estimant que l'engin ne contenait pas de matériel nucléaire. 

La bombe perdue lors d'une simulation d'attaque nucléaire

La bombe nucléaire perdue fait l'objet de nombreuses spéculations depuis 1950, année où un bombardier américain B-36 075 s'était écrasé près de la Colombie britannique alors qu'il se dirigeait vers la Base aérienne de Carswell, au Texas (Etats-Unis). L'appareil effectuait une mission secrète, dont l'objectif était de simuler un bombardement nucléaire. Une bombe nucléaire Mark IV avait ainsi été chargée à bord, afin de vérifier que l'avion était capable de transporter une telle charge. 

Le B-36 s'était écrasé après que ses moteurs ont pris feu, une partie de l'équipage ayant eu le temps de s'éjecter avec des parachutes. Sur 17 personnes présentes à bord, 5 n'avaient pas survécu. Placé en autopilote, l'avion était allé s'écraser en pleine mer. Ses débris n'avaient été retrouvés que trois ans plus tard, mais pas la bombe présente à son bord, malgré les recherches intensives menées par l'armée américaine, qui craignait que l'engin ne tombe aux mains des soviétiques, en pleine guerre froide.  

Selon l'armée américaine, la bombe était remplie de TNT mais pas de plutonium, et ne pouvait donc pas provoquer d'explosion nucléaire. Toujours selon le Pentagone, l'engin ne représente aucun danger à l'heure actuelle. On devrait savoir d'ici quelques jours si le mystère de la bombe nucléaire perdue est enfin levé.

Par Direct Matin