Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La queue d’un dinosaure, avec ses plumes, dans un morceau d’ambre

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 10 Décembre 2016, 18:46pm

Catégories : #Sciences

queue dinosaure-ambre-9

Les paléontologues ont déjà tellement à apprendre des animaux préhistoriques à partir de leurs os fossilisés, donc les rares occasions où ils tombent sur d’anciens tissus mous, c’est la fête ! Des découvertes récentes de cerveaux, de cartilages, de structures cellulaires et de peaux conservés ont fourni des indications uniques sur ce à quoi ressemblait les dinosaures, jusqu’au bruit qu’ils pouvaient produire et récemment, c’est la queue d’un dinosaure, complétée de ses plumes, qui a été retrouvée piégée dans de la résine, dans un morceau d’ambre.

La responsable de l’étude, Lida Xing, a découvert la relique, non pas sur un site de fouille, mais sur un marché spécialisé dans l’ambre au Myanmar, en 2015. Alors qu’on croyait qu’il contenait une sorte de plante, Xing a évité que cette importante découverte ne finisse en pendentif et l’emmena avec elle à l’Institut de paléontologie Dexu (Chine) pour l’étudier.

On a déjà retrouvé des plumes dans de l’ambre et même encore très récemment dans un joli fossile, encore avec ses couleurs, d’Eoconfuciusornis, mais cette découverte est la première où les plumes sont encore reliées aux os et aux autres tissus. C’est ce qui a permis aux scientifiques de déterminer l’espèce du propriétaire, un dinosaure de la famille Coelurosauria (image ci-dessous), un sous-groupe de théropodes qui comprend les oiseaux ainsi que le puissant Tyrannosaurus Rex.

(Chung-tat Cheung/ Yi Liu)

queue dinosaure-ambre-2

(Chung-tat Cheung)queue dinosaure-ambre-4

Selon Ryan McKellar, du Musée royal de la Saskatchewan au Canada :

Le nouveau matériel conserve une queue composée de huit vertèbres d’un juvénile, entourées de plumes qui sont préservées en 3D et avec des détails microscopiques. Nous pouvons être surs de la source parce que les vertèbres ne sont pas fondues dans une tige ou pygostyle comme chez les oiseaux modernes et leurs proches parents. Au lieu de cela, la queue est longue et flexible, avec des quilles de plumes de chaque côté.

Le spécimen est originaire du milieu du Crétacé, il y a environ 99 millions d’années et, à en juger par la couleur des plumes, l’animal (ou au moins sa queue) aurait été brun-châtain sur le dessus et plus pâle sur le dessous. Comparée à celles des animaux modernes, la forme des plumes est étrange, sans arbre bien défini au milieu, indiquant qu’en termes évolutifs, les branches plus fines au bout des plumes, connues sous le nom de barbes et de barbules, se sont développées plus tôt que la tige du centre.

Images tirées de l’étude :(A et B) Vue d’ensemble de la plus grande plume sur la queue, avec un diagramme interprétatif (A) correspondant aux barbes et aux barbules. Les barbules ne sont pas présentes sur la partie supérieure du dessin et sur une section de barbillon (près de la flèche noire) pour révéler les barbules rachidiennes et la structure. (C) Modèle de développement et d’évolution de la plume. (Linda Xing et col./Cell/ Elsevier)

 

queue dinosaure-ambre-6

queue dinosaure-ambre-5

Les tomodensitogrammes et les observations microscopiques ont aidé les chercheurs à traverser/ sonder l’ambre, et en effectuant une analyse chimique des tissus mous où la queue rencontre la surface du matériau, les scientifiques ont trouvé des traces de fer provenant des globules rouges de l’animal, ce qui, vous vous en doutez, n’est pas le genre de chose que l’on trouve souvent dans les registres fossiles.

Selon McKellar :

Les pièces ambrées conservent de minuscules instantanées d’anciens écosystèmes, mais elles enregistrent des détails microscopiques, des arrangements tridimensionnels et des tissus labiles difficiles à étudier dans d’autres milieux. Il s’agit d’une nouvelle source d’information qui mérite d’être étudiée avec grand intérêt et protégée en tant que ressource fossile.

Les scientifiques recherchent actuellement d’autres spécimens potentiels dans la même région, dans l’espoir de poursuivre leur étude du plumage et des tissus des dinosaures.

L’étude publiée dans Current Biology : A Feathered Dinosaur Tail with Primitive Plumage Trapped in Mid-Cretaceous Amber.

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents