Traduction : SOTT 

La guerre contre les « fausses nouvelles » lancée par Facebook, Google et Twitter peut permettre à ces Goliaths des médias de gagner des bons points auprès de l'establishment politique, mais les utilisateurs - et même les employés - ne se sentent pas aussi enthousiastes. 
En plein milieu de la tonitruante victoire du président élu Donald Trump, que certaines personnes attribuent à la prépondérance des titres apocryphes diffusés par les moteurs de recherche Internet et les plateformes de médias sociaux, les entreprises peaufinent leurs algorithmes afin de cibler spécifiquement les sites sur la liste noire, dont beaucoup sont des sites de médias alternatifs qui remettent en question l'établissement politique et médiatique. Beaucoup de sites sont également financièrement dépendant des revenus publicitaires générés par le trafic direct et de référence envoyé par Google, Facebook et Twitter. 

Maintenant, il semble que les nouvelles pratiques de censure algorithmique de Facebook entraînent certains de ses employés à partir.Selon le New York Times, trois employés anonymes actuels et anciens affirment que la société a mis au point un nouvel outil conçu spécifiquement pour empêcher certains types de messages de figurer dans les fils d'actualité des utilisateurs dans certaines zones géographiques. Cette forme de censure a été déployée dans l'espoir de faciliter l'entrée de Facebook sur le marché chinois. Auparavant, la société l'a fait au Pakistan, en Russie et en Turquie, où les gouvernements respectifs ont demandé aux tiers d'examiner et de bloquer le contenu affiché. Facebook a validé les demandes et supprimé environ 55 000 pièces de contenu. 

Facebook veut désormais accéder aux 1,4 milliard de personnes qui font partie de la deuxième économie du monde, la Chine, et ils sont prêts à adhérer à des pratiques de censure draconiennes pour le faire. Cela pourrait être un complet hasard que ces nouveaux efforts coïncident avec la répression que Facebook met en place face aux médias alternatifs, poussant plusieurs employés à donner leur démission. 

Une porte-parole de Facebook a répondu au rapport dans un communiqué:
« Nous avons dit depuis longtemps que nous nous intéressions à la Chine et que nous passions du temps à comprendre et à en apprendre davantage sur le pays, mais nous n'avons pas pris de décision sur notre approche de la Chine. Notre but actuellement est d'aider les entreprises chinoises et conquérir des marchés en dehors de la Chine en utilisant notre plate-forme publicitaire. »
La question est maintenant de savoir s'il existe un lien entre les deux efforts différents, mais simultanés pour la censure par la plus grande plateforme de médias sociaux dans le monde.