Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une gigantesque crevasse en Antarctique laisse présager le pire

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 1 Décembre 2016, 12:02pm

Catégories : #Climat

Illustration. © thinkstock.

Un rapport rédigé par des scientifiques de l'université d'État de l'Ohio est alarmant. Selon leur étude publiée dans le journal Geophysiphical Research Letters, une énorme crevasse a été repérée dans la calotte glaciaire de l'Antarctique.

 
"La question n'est maintenant plus de savoir si la calotte glaciaire de l'Antarctique va fondre, mais quand"
Ian Howat, université d'État de l'Ohio

Si Donald Trump pense que le réchauffement climatique est une invention des Chinois, les scientifiques avancent, preuve à l'appui, que la situation est alarmante. En juillet 2015, un énorme iceberg s'était détaché du glacier de l'île de Pin, point de départ des chercheurs de l'université de l'Ohio pour comprendre comment un tel phénomène a pu se produire.

Ils ont constaté qu'une crevasse longue de 32 kilomètres avait provoqué le détachement d'un iceberg de 360 kilomètres carrés. Comme le souligne Konbini, qui relaye cette étude, c'est l'augmentation de la température des eaux qui a provoqué cette fissure. Ce qui est surtout inquiétant, c'est que la crevasse s'est formée au milieu de la banquise, soit là où elle est censée être la plus solide. A terme, on redoute la fonte complète de la calotte polaire, avec toutes les conséquences dramatiques que cela engendrera: une montée des eaux et des inondations jamais vues jusqu'ici.

New York et Miami rayées de la carte
Difficile de déterminer jusqu'à quel niveau les eaux augmenteront, mais les pronostics vont d'un à trois mètres d'ici 2100. Cela voudrait dire que des villes comme New York ou Miami seraient tout simplement rayées de la carte...

"La question n'est maintenant plus de savoir si la calotte glaciaire de l'Antarctique va fondre, mais quand", déclare Ian Howat, directeur de l'étude, dans un communiqué de presse cité par Mashable US et retranscrit par Konbini.

Ce constat alarmant n'est toutefois pas partagé par tout le monde, à commencer par Ian Joughin, ingénieur au laboratoire de physique appliquée de l'université de Washington. "Il est trop tôt pour dire s'il s'agit d'un mouvement durable qui pourrait vraiment altérer le rythme de retrait de la glace."

Julien Collignon 

Commenter cet article

Spoutnik 01/12/2016 17:22

Le problème ne réside pas vraiment dans la fonte des glaces de la banquise, c'est-à-dire dans la fonte des glaces reposant déjà sur l'eau, car la banquise toute entière exerce déjà son action d'élévation du niveau des océans et la fonte de sa glace ne vient rien changer à l'élévation de ce niveau.

Le problème réside plutôt dans la fonte de la glace reposant sur le continent antarctique : la fonte de cette glace fera augmenter le niveau des océans.

Si le réchauffement planétaire se déroule principalement au niveau atmosphérique et qu'il continue de se faire, la calotte polaire antarctique fondra et l'on verra une augmentation progressive du niveau d'eau des océans.

Or le problème est que le réchauffement planétaire provient en très bonne partie du dessous de l'écorce terrestre comme semble l'indiquer les voix scientifiques qui ont su percer la couverture de plomb du discours officiel.

Le noyau terrestre est en pleine effervescence et un énorme surplus de chaleur interne est évacué vers la surface planétaire qui cause le réchauffement de l'écorce terrestre, de même que cette activité accrue des fluides internes de la Terre est aussi à la source de l'augmentation des tremblements de terre et de l'activité volcanique.

Ce réchauffement de l'écorce terrestre fait fondre les glaces des calottes polaires antarctique et groenlandaise par le dessous et c'est cela qui est le plus inquiétant car l'eau qui commence à ruisseler par le dessous de ces calottes agit comme un genre de lubrifiant qui permet aux calottes de devenir mobiles par rapport à leur socle.

Cette mobilité qui s'exerce en diverses directions se trouve à être la cause de l'apparition des fissures dans les glaces des calottes et si jamais une grande partie des calottes polaires actuelles devait soudainement glisser dans les océans, on assisterait non pas à une montée graduelle des eaux océaniques, mais à une montée soudaine de celles-ci accompagnées d'un gigantesque tsunami à l'échelle planétaire qui ne se résorberait pas de beaucoup et laisserait d'innombrables villes côtières inondées à différents degrés mais sans doute à un degré suffisant pour rendre la plupart de celles-ci inhabitables pour des siècles ou des millénaires à venir.

Renaat Van Landerghem - Antwerpen - Anvers (Belgique) 02/12/2016 17:06

Spoutnik : Excellente démonstration ! ....Merci pour votre commentaire qui, même s'il n'est pas vraiment optimiste, reflète une vérité que nos scientifiques "agréés" n'osent pas dévoiler.

Sokran 01/12/2016 18:15

c'est ce que je me tue a dire aussi, les glaces du pole nord (glace marine) ne présente AUCUN DANGER, contrairement aux glaces terrestre...

Nous sommes sociaux !

Articles récents