Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Graphène : le MIT a créé un matériau plus résistant que l’acier et aussi léger que le plastique

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 17 Janvier 2017, 21:32pm

Catégories : #Sciences

On savait que les feuillets de graphène ont une exceptionnelle résistance mécanique. Mais selon des chercheurs du MIT, un assemblage en 3D de ces feuillets selon une structure mathématique précise permettrait d'obtenir un matériau 10 fois plus solide que l'acier et aussi léger que du plastique.
Un exemple de la structure que l’on peut obtenir en 3D en chauffant et comprimant des feuillets de graphène. Le cadre principal est une image de synthèse. L’image dans la fenêtre du haut a été obtenue avec un microscope électronique. © Qin et al. Sci. Adv. 2017;
Un exemple de la structure que l’on peut obtenir en 3D en chauffant et comprimant des feuillets de graphène. Le cadre principal est une image de synthèse. L’image dans la fenêtre du haut a été obtenue avec un microscope électronique. © Qin et al. Sci. Adv. 2017; 
 
Le terme de plastacier (plasteel en anglais), n'est pas étranger aux fans de Dune, le mythique roman de Frank Herbert. Mais il parlera sans doute davantage aux passionnés du célèbre ouvrage Vaisseaux de l'espace, de l'an 2000 à l'an 2100 de Stewart Cowley, la traduction française du premier livre de la série Terran Trade Authority, plus fameux, probablement, en Grande-Bretagne. Dans cette dernière version, c'est une sorte d'unobtainium aussi léger que le plastique mais considérablement plus résistant que l'acier.
Selon des chercheurs du MIT, un tel matériau impossible devrait être à notre portée s'il est fabriqué convenablement à l'aide de feuillets de graphène, comme ils l'expliquent dans un article publié dans Science. Cependant, il ne s'agit encore, pour l'essentiel, que de prédictions tirées de simulations numériques modélisant la propriété de ce matériau à l'aide des lois de la mécanique quantique et qui ont été testées à l'aide de simulations analogiques, si l'on peut dire. En l'occurrence, il s'agit de modèles réalisés à l'aide d'une imprimante 3D.
 

Le graphène, le matériau miracle

Rappelons que la découverte du graphène a été couronnée par l'attribution d'un prix Nobel et que l'Union européenne a débloqué un fond d'environ un milliard d'euros pour permettre des recherches dessus. Scientifiques et investisseurs attendent de lui qu'il révolutionne l'électronique ainsi que d'autres technologies comme le séquençage de l'ADN ou encore celle de la désalinisation de l’eau de mer. Pourtant il s'agit de simples feuillets dont l'épaisseur est celle d'un atome de carbone et que l'on obtient à partir du graphite. Ces feuillets sont toutefois doués d'exceptionnelles propriétés de conduction électrique ainsi que de résistance mécanique.

Les chercheurs du MIT se sont justement concentrés sur cette dernière propriété, ce qui leur a permis d'étudier la possibilité de faire des sortes d'aérogel avec le graphène, c'est-à-dire des structures poreuses en 3D formées par un assemblage subtil de flocons de feuillets de graphène. On sait faire des structures plus basiques, mais similaires, en comprimant et chauffant des flocons de graphène. On obtient alors, comme ces chercheurs l'ont montré, une structure résistante qui n'est pas sans rappeler celles de certains coraux ainsi que du test calcaire des diatomées. Une des question étudiées était de savoir s'il était possible de créer de semblables structures avec le graphène de sorte qu'elles seraient plus légères que l'air et donc capables de flotter comme des ballons, mais sans l'aide d'hydrogène et d'hélium. La réponse a été non, car un tel matériau s'effondrerait sous la pression extérieure de l'air.

 

Une explication des travaux des chercheurs du MIT. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Massachusetts Institute of Technology (MIT)

Une surface minimale, une gyroide, comme clé du plastacier

Mais d'après les simulations numériques, il devait tout de même exister un assemblage de flocons de graphène permettant d'obtenir un matériau dont la densité est de seulement 5 % de l'acier, tout en ayant une résistance mécanique 10 fois supérieure. Des modèles macroscopiques bien précis ont donc été réalisés avec une imprimante 3D. Avec ces modèles analogiques, un bon accord avec les lois de résistance mécanique prédites a été obtenu. Techniquement, la structure géométrique est un exemple de ce que l'on appelle en physique et en mathématique des surfaces minimales. Ce sont des formes géométriques dont la surface est la plus petite possible en fonction de certaines contraintes, souvent mécaniques (comme des bulles de savon qui minimisent leur énergie). En l'occurrence, les chercheurs du MIT ont utilisé un exemple de surfaces baptisées gyroides, découvertes par Alan Schoen en 1970 alors qu'il travaillait à la Nasa. Elles sont elles-mêmes des cas particuliers des surfaces minimales découvertes au XIXe siècle par le grand mathématicien allemand Hermann Amandus Schwarz.
Reste que l'on ne sait pas encore vraiment par quel moyen de synthèse on pourrait obtenir la structure la plus performante qui a été découverte par les physiciens. Ce qui est certain, en revanche, c'est que cette structure joue un rôle majeur dans la résistance mécanique du matériau de sorte qu'on pourrait imaginer fabriquer des cousins de ce plastacier à base de graphène avec d'autres substances, que ce soit des polymères ou des métaux.
 
Par Laurent Sacco, Futura

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents