Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le pic de radiation nucléaire enregistré en janvier en Europe reste un mystère

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 24 Février 2017, 07:14am

Catégories : #Environnement

Au cours de ce mois de janvier 2017, l’Europe a connu des radiations nucléaires inhabituelles. Seulement, déterminer l’origine de ces radiations semble être un véritable casse-tête pour les physiciens et ingénieurs.

Comme l’a annoncé l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), l’établissement chargé de l’expertise sur les risques nucléaires et radiologiques en France, le 13 février dernier, l’iode-131, un radionucléide d’origine humaine, a été détecté à l’état de trace au niveau du sol dans plusieurs pays d’Europe continentale au cours du mois de janvier avant de revenir à la normale.

Déterminer l’origine de ces niveaux de radiations inhabituels relève désormais du casse-tête. Certains avancent que la Russie aurait testé une arme nucléaire à faible puissance explosive dans la région Arctique, possiblement dans la Nouvelle-Zemble. L’Iode-131 est un radioisotope caractéristique des essais atomiques effectués par les États-Unis et la Russie dans les années 50.

 
Particules d’Iode-131 (valeur +/- incertitude) dans l’atmosphère (µBq/m3). Image : IRSN

Pour d’autres, ces niveaux inhabituels pourraient être à la charge de l’industrie biomédicale où l’iode-131 est fréquemment utilisée pour traiter les maladies de la thyroïde et les cancers. « Seule de l’Iode-131 a été détectée et mesurée, à l’exclusion de toute autre substance radioactive. Nous pensons donc qu’elle provient d’une entreprise pharmaceutique fabricant des médicaments radioactifs. L’Iode-131 est utilisé notamment dans le cadre du traitement du cancer », explique Astrid Liland, chef de la section de préparation des situations d’urgence à la NRPA, l’autorité suédoise de sûreté radiologique à Motherboard. C’est d’ailleurs une version que semble partager la Société britannique pour la protection radiologique (SRP).

Toutefois, l’origine géographique de cette société biomédicale reste indéfinie. « À cause des changements météo rapides et notamment de la direction des vents, il est impossible de repérer avec précision l’origine du phénomène. A priori, il s’agirait d’un site quelque part en Europe de l’Est », imagine Astrid Liland.

http://sciencepost.fr

Commenter cet article

Anonyme travailleur du nucléaire 24/02/2017 19:44

L'iode 131 ne peut être issu d'une explosion nucléaire. L'iode 136 lui oui. Si il avait été trouvé de l'iode 136 on aurait également trouvé du tritium, du deutérium. En l'absence de ces deux éléments, il s'agit probablement d'un accident médico-pharmaceutique répandant cet iode 131 dans l'atmosphère. Pas besoin d'être sortit de (la cuisine à Jupiter) pour savoir çà.

Françoise 24/02/2017 11:14

il faut savoir qu'avec toutes les antennes HAARP, une dans chaque pays, voir la carte des installations HAARP dans le monde, les chemtrails, le faux climat, les faux vents glacés envoyés cet hiver pour tenter de faire croire à un hiver sur la France, les fausses pluies, la fausse neige, alors que la température doit être de 24°, changement de température, çà ils ne veulent pas car bye, bye les dépenses fioul, électricité, etc.
je viens de voir un sujet sur le site de Dane Wigington : geoengineeringwatch.org :
http://www.geoengineeringwatch.org/climate-engineering-ozone-destruction-and-radiation-clouds-the-dangers-of-air-travel/
mais cela ne concerne pas que les avions nous en prenons plein la "tête" et pas que, avec cette fameuse manipulation du climat, il faut savoir qu'en 2015 les chiffres étant cachés il y a eu entre 2 et 3 millions de morts en France , donc depuis plus de 15 ans qu'ils nous balancent des chemtrails imagniez le nombre réels de victimes et payés par les Français dans leurs impôts (5 milliards par an) pour être empoisonnés... allez donc voir le site en France Cielvoilé

Charlie 24/02/2017 10:26

73 micro sivert... le bruit de fond normal est de 0.12 micro sivert en Europe de l' ouest... On nous raconte n'importe quoi. Pourquoi faire peur aux gens de cette manière... 73 micro sivert c' est 7 fois plus que les doses mesurée à Fukushima au plus fort de la crise.

Et en plus ce nombre ne correspond en rien aux nombres donnés sur la carte.

Je n' en conteste en rien l' article très bien réalisé d' autre part

jano 24/02/2017 09:34

outre le fait qu'il y a toujours a proximité des centrales des fuites qu'on le veuille ou non qu'on retrouve dans les rivieres de proximité puis dans la vapeur qui part des hautes cheminées (residuels) les ensemencements CHEMTRAILS battent tous les horizons et pour qu'a si grande echelle l'on constate cela ; posez vous question !!!!!,faudra bien qu'un jour on demande des comptes au sujet de ces epandages criminels

Nous sommes sociaux !

Articles récents