Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Grande barrière de corail : l'impact du blanchissement plus grave que prévu

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 29 Mai 2017, 06:35am

Catégories : #Environnement

29% des coraux ont été détruits en 2016 au lieu des 22% estimés.

© Fournis par Francetv info

La Grande barrière australienne est gravement menacée. Elle a en fait beaucoup plus souffert que ce que l'on craignait de deux épisodes consécutifs de blanchissement de ses coraux, ont averti lundi 29 mai des scientifiques.

La hausse des températures de l'eau en mars et avril, induite par le réchauffement climatique, a généré en 2016 le pire épisode de blanchissement de coraux jamais connu par le récif de 2 300 kilomètres, inscrit en 1981 au Patrimoine mondial de l'Unesco.

Une situation qui risque de s'aggraver

Les premières estimations aériennes et sous-marines avaient laissé penser que 22% des coraux situés en eaux de surface avaient été détruits en 2016. Mais cette estimation a été révisée à 29%. Et la situation risque de s'aggraver avec l'épisode de blanchissement actuellement en cours.

"Nous sommes très préoccupés par ce que cela signifie pour la Grande barrière de corail elle-même, et ce que cela signifie pour les populations et les secteurs économiques qui en dépendent", a déclaré Russell Reichelt, président de l'Autorité gouvernementale de conservation de la Grande barrière.

"La quantité de coraux qui ont péri lors du blanchissement de 2016 est en hausse par rapport à notre estimation initiale et, actuellement, bien que les rapports soient en cours de finalisation, nous nous attendons à voir un recul supplémentaire de la couverture coralienne à la fin 2017", a-t-il ajouté.

La zone la plus touchée est un secteur au nord de la localité touristique de Port Douglas, où 70% des coraux des eaux de surface ont péri. Les régions de Cairns et Townsille, également très touristiques, sont parmi les plus touchées par l'épisode de blanchissement actuel. Mais des secteurs plus au sud ont visiblement échappé au pire.

Franceinfo

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents