Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Panique au Lesotho suite à des accidents de vaccination

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 13 Septembre 2017, 16:07pm

Catégories : #Santé

 

Une campagne de vaccination récemment menée à l’échelle du pays contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) au Lesoto a fini par devenir une catastrophe nationale. Des centaines d’enfants vaccinés présentant des effets secondaires extrêmes  et des symptômes de la rougeole ont dû être reconduits dans les centres de santé.

Le vaccin ROR protège (on le prétend…) les enfants contre trois maladies, la rougeole, les oreillons et la rubéole. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande que les enfants reçoivent deux doses de ce vaccin. La première dose devant être administrée entre 12 mois et 15 mois ; la seconde dose devant être administrée entre 4 et 6 ans.

Le vaccin contient des virus vivants affaiblis. Ce vaccin est sensé stimuler le système immunitaire, sans provoquer la maladie chez les personnes en bonne santé.

Dans un bref communiqué, publié mercredi après le tollé public, le Ministère de la Santé a déclaré que les autorités étaient conscientes de l’existence de plusieurs cas qui s’étaient présentés dans différents centres de santé et que les parents mettaient en relation avec la vaccination ROR.

Le ministère de la santé a déclaré que s’il s’avérait que des effets néfastes s’étaient produits à la suite des vaccinations, l’ensemble du système serait examiné et que des mesures seraient prises. (Mais des centaines d’enfants avec des effets secondaires extrêmes ne paraissent pas encore suffisants… Lorsque les voitures VW se sont avérées défectueuses, les ventes ont été immédiatement été arrêtées et les voitures ont été renvoyées. Mais des problèmes pour des centaines d’enfants, ça ne compte pas).

«  Le Ministère prend la question très au sérieux, l’OMS a été informée de même que d’autres associations internationales » a déclaré le communiqué.

(Ah oui ? et qu’est-ce qui a été fait ?)

« Les équipes de surveillance sont déjà sur place pour suivre les cas rapportés. »

(Juste « surveillance »… comme ce qui se fait avec des expérimentations…)

Le Ministère a déclaré que lors de la campagne malheureuse, les enfants avaient reçu des comprimés pour leurs démangeaisons, de la vitamine A, ainsi que le vaccin ROR, ce qui indique que ces produits proviendraient essentiellement de compagnies manufacturières évaluées de manière critique par l’OMS.

Ils ont cependant concédé, que les cas signalés et les photos d’enfants qui leur ont été présentées suggéraient la présence de vers intestinaux et que « … une étude récente avait montré que plus de 50% des enfants de la plupart des régions avaient des vers. »

(Ah, cette fois, ce n’est plus de la crème glacée, ce sont des « vers »… assez étrange que les « vers » ne semblent jamais avoir rendu les enfants malades avant la vaccination ; mais cela ne sera pas dit par les « autorités sanitaires »)

Dans la capitale Maseru, les médias ont, depuis mercredi, été inondés  d’appels de parents concernés qui demandaient des conseils par rapport à l’épidémie alors que les rapports d’enfants en difficulté ne cessaient d’augmenter.

L’African Independant a fait savoir que certains enfants présentaient une forme légère de rougeole – y compris avec des éruptions cutanées, forte température, perte d’appétit et un sentiment général de malaise.

Selon les parents, d’autres enfants ont eu des douleurs temporaires et des raideurs dans les articulations.

Le Ministère de la santé devrait, jeudi, faire une déclaration officielle sur cette épidémie.

Source :  Africanindy.com

Commenter cet article

Carlos 13/09/2017 21:50

Aller expliquer ça à Michel Cymès

Nous sommes sociaux !

Articles récents