Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une bactérie mangeuse de chair prolifère en Australie

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 21 Septembre 2017, 19:46pm

Catégories : #Santé

ACTUALITÉ

En Australie, les cas d’ulcères de Buruli sont en dangereuse augmentation. Cette maladie due à la bactérie Mycobacterium ulcerans provoque des infections de la peau et parfois des os. Si l’ulcère de Buruli est généralement confiné aux zones subtropicales d’Afrique ou d’Amérique du Sud, son mode de transmission exact est encore inconnu.

Infectée par l’ulcère de Buruli, Ella Crofts, une jeune Australienne de 13 ans, a décidé de lancer une pétition pour lutter contre cette maladie qu’elle combat depuis six mois. Comme un appel à l’aide au gouvernement australien, l’adolescente cherche par ce moyen à accélérer la recherche sur la bactérie Mycobacterium ulcerans.

C’est en avril dernier que la jeune fille a commencé à sentir une douleur au niveau de son genou, avant de voir sa peau commencer à se décomposer et sa plaie grossir. Ella Crofts, toujours sous antibiotiques, a déjà dû subir trois opérations pour nettoyer les tissus morts autour de son genou.

Les cas se multiplient en Australie

Depuis plusieurs années, les cas d’ulcères de Buruli se multiplient sur le continent rouge. Dans l’État du Victoria, le nombre de nouvelles personnes infectées est passé de 47 à 102 entre 2014 et 2016. Pour l’année 2017, 159 nouveaux cas ont déjà été recensés dans cet État australien.

« Nous voyons maintenant deux fois plus de cas sévères [d’ulcères de Buruli] qu’il y a cinq ans. Et le principal problème, c’est que nous ne savons pas comment les prévenir », a déclaré Daniel O’Brien, directeur adjoint du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Geelong dans l’État du Victoria. Selon ce spécialiste, il y a un manque de connaissances scientifiques sur le sujet : « Des recherches doivent être menées et financées rapidement. »

2 037 nouveaux cas dans le monde en 2015

Diagnostiqué pour la première fois en Australie dans les années 1930, l’ulcère de Buruli tire son nom du village en Ouganda où la maladie a été découverte. S’il est impossible de prévenir cette infection, son mode de transmission exact est toujours inconnu. Mycobacterium ulcerans est un micro-organisme appartenant à la famille des bactéries responsables notamment de la tuberculose et de la lèpre.

En 2015, treize pays ont signalé 2 037 nouveaux cas d’ulcères de Buruli dans le monde. La plupart des personnes infectées sont des patients de moins de 15 ans, signale l’Organisation mondiale de la santé.

www.ouest-france.fr/

Commenter cet article

niavos 24/09/2017 18:18

Pourtant en 2002 et en 2005, il fut présenté à l'OMS, devant les spécialistes qui applaudirent, un traitement très efficace avec des preuves et des films montrant l'évolution favorable....

Nous sommes sociaux !

Articles récents