Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Japon: le spectre de la guerre refait surface

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 22 Octobre 2017, 11:17am

Catégories : #Nouvel ordre mondial

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, ne cache pas sa volonté de réviser la Constitution, pour mettre fin au pacifisme de son pays. Et remilitariser les forces japonaises.

© Reuters Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, ne cache pas sa volonté de réviser la Constitution, pour mettre fin au pacifisme de son pays. Et remilitariser les forces japonaises.

S'il se confirme que le Premier ministre japonais reste à son poste dimanche soir à l'issue des élections générales anticipées et s'il va au bout de son nouveau mandat, Shinzo Abe aura alors battu tous les records de longévité au pouvoir. Il restait samedi quelques inconnues pour mesurer l'ampleur de sa réélection prévue par les instituts de sondage : la participation des Japonais à ce scrutin au terme d'une campagne express qui s'est jouée sur le pari d'une ­majorité plus forte pour le Parti libéral-démocrate, et le score des alliés de la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, qui a choisi finalement de ne pas se présenter personnellement au nom de son nouveau Parti de l'espoir.

Au-delà des bons résultats économiques obtenus depuis 4 ans (dont une réduction du chômage de 4,1 à 2,8%), Shinzo Abe a clairement mis en évidence sa volonté de consacrer son prochain mandat à la réforme de la Constitution. Afin qu'elle permette d'en finir avec le "pacifisme" statutaire de son pays. Et de convertir une armée d'"autodéfense" en une véritable force capable d'accompagner des offensives militaires que conduiraient ses alliés, pour ne pas dire les États-Unis.

Seuls 2 partis politiques sur 7 sont opposés à une révision de la Constitution japonaise

Compte tenu de la crise en cours avec la Corée du Nord et des contentieux territoriaux non résolus avec la Chine et la Russie, le Premier ministre sortant bénéficie d'un regain d'intérêt pour amender la Constitution. Comme le note Sheila Smith, spécialiste du Japon au Council on Foreign Relations : "Deux partis seulement sur les 7 que compte la classe politique sont hostiles à une révision de la Constitution", si bien qu'il devrait exister un consensus au sein de la nouvelle Diète pour amender le texte de 1947.

"Le spectre de la guerre, enfoui dans l'inconscient collectif après la Seconde Guerre mondiale, refait lentement surface"

Reste à trouver le langage adéquat et surtout à définir les moyens concrets de remilitariser les forces japonaises sans que cela conduise l'Asie à s'inquiéter d'une posture plus offensive. "Le spectre de la guerre, consciencieusement enfoui dans l'inconscient collectif après la Seconde Guerre mondiale et des décennies de pacifisme, refait lentement surface", écrit Eric Seizelet, expert du Japon, dans une étude remarquablement documentée de l'Ifri publiée le mois dernier. Dans le monde de l'imprévisible Donald Trump et de l'hégémonique Xi Jinping, le Japon de Shinzo Abe veut retrouver une place sur la carte sans réveiller les souvenirs de Pearl Harbor.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents