Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La lanceuse d'alerte abandonnée par le CHU

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 21 Octobre 2017, 18:57pm

Catégories : #Société

SAINT-PIERRE. C'est par elle que le scandale était arrivé, en décembre 2012. Dosimétriste au service de radiothérapie du CHU de Saint-Pierre, Sandrine Cleux avait révélé des dysfonctionnements graves, des manquements aux règles de sécurité représentant un danger pour le personnel comme les patients.

Si, dans un premier temps, sa hiérarchie avait tenté de la faire taire, elle avait maintenu ses accusations qui entraîneront la fermeture partielle provisoire du service pendant plusieurs mois. Un affront que le CHU ne lui pardonnera jamais.

Mise à l'écart, tombée en dépression, cette mère de famille se retrouve en arrêt maladie à compter de décembre 2013. Mais l'hôpital ne la rémunère alors qu'à demi-traitement.

Or, par trois jugements du 5 décembre 2016, le tribunal administratif a reconnu qu'elle était victime d'un "accident imputable au service" et lui donnait donc droit à des congés maladie rémunérés à plein traitement. Suite à ces décisions, la situation de Sandrine Cleux a été régularisée, mais uniquement jusqu'au 1er mars 2014. Depuis, elle est à nouveau sans poste et rémunérée à moitié.

Aussi, son avocate demandait hier au tribunal de faire exécuter les jugements de 2016 jusqu'à aujourd'hui. " Le tribunal lui a reconnu son statut de lanceur d'alerte, elle a droit à son plein traitement encore aujourd'hui. Mais cette femme a été abandonnée par le CHU " plaide Me Christine Lacaille, réclamant la régularisation de sa situation.

Le rapporteur public a conclu hier à la satisfaction partielle de la requête, demandant au tribunal d'enjoindre le CHU à rétablir la requérante dans ses droits jusqu'au 20 octobre 2015 " en lui versant les sommes correspondant à un plein traitement, somme assorties des intérêts à taux légal. " Et de recommander que cette injonction soit assortie d'un délai d'un mois et d'une astreinte de 50 euros par jour de retard. L'affaire a été mise en délibéré.

SOURCE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ZE 22/10/2017 15:03

la censure de la pensée à tout niveau - plus on s'oriente vers cette uniformisation, plus l'individu éveillé devient une cible.

Nous sommes sociaux !

Articles récents