Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Vaccins obligatoires: en cas d'accidents les médecins sont déresponsabilisés, c'est la loi

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 23 Octobre 2017, 13:22pm

Catégories : #Santé

Le gouvernement a prévu :

– une loi : article R 3111-9 du CSP [Code de Santé Publique] qui déresponsabilise le médecin qui a pratiqué la vaccination si celle-ci se passe mal, que l’enfant développe des symptômes légers, graves ou mortels. Vous ne pourrez donc pas vous retourner contre le médecin vaccinateur même si celui-ci ne vous a pas averti du danger que comportait les vaccins ( sa parole contre la vôtre) et celui-ci en particulier.

 

Attention! Le gouvernement peut ordonner que la population se fasse vacciner dans des cas d'urgence très rares, comme certaines épidémies.

Dans ce genre de situations, un juge peut même forcer une personne à se faire vacciner, si elle refuse ce soin.

 
Le 5 juillet 2017, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, s’exprime à l’Assemblée Nationale : « Il y a des morts inutiles aujourd’hui, c’est inadmissible que des jeunes meurent de rougeole ou de méningite dans notre pays ».
 
Et d’annoncer l’obligation de 11 vaccins, à compter du 01/01/2018. Que cela cache-t-il ? 

Sur les 10 décès par rougeole depuis 2008 en France, on compte 7 contre-indications vaccinales (sujets immunodéprimés) et 3 non vaccinés, dont on ne sait rien : migrants ? Pathologie préalable ? Sous-alimentation ? Le tabac tue 78000 personnes chaque année, et l’alcool 49000. L’exigence de la vaccination obligatoire semble bien secondaire. 

Rendre un traitement obligatoire, c’est déroger à la Loi du 02/02/2016, en son article L1111-4 : « aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment ». 

Obliger un vaccin, c’est contredire le serment d’Hippocrate : « Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions ». 

Obliger, c’est être paternaliste, ne pas respecter les patients, se dispenser de toute information, de la recherche du consentement. 
Obliger, c’est faire fi de la recherche d’effets secondaires : aux USA, cette recherche est obligatoire quand les vaccins ne sont que recommandés. D’autant que l’exigence de l’AMM (autorisation de mise sur le marché) pour les vaccins est très inférieure à celle des médicaments : on ne pratique ni tests pharmacocinétiques, ni recherche de cancérogenèse, de mutagenèse, ou de reprotoxicité. 
Agnès Buzyn, hématologue, respecte-t-elle le serment d’Hippocrate : « je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de ma mission ». Elle fut au Conseil de Surveillance, de 2009 à 2011, de deux groupes pharmaceutiques impliqués dans la vaccination : BMS et Novartis. Le Pr Alain Fischer, du Collège de France, Prix Sanofi-Pasteur décerné en 2013, est son conseiller en vaccinologie. Emmanuel Macron lui-même a pour proche Serge Weinberg, président de Sanofi, leader mondial sur les vaccins. Vous avez dit indépendance médicale ? Ah bon… Les seuls vaccins obligatoires pour l’heure sont les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, et la polio (DTP). La fabrication du DTP a été stoppée en 2001 par Pasteur, qui fut racheté par Sanofi en 2004, et stoppée par Mérieux en 2008, M. Mérieux étant l’actuel président du groupe Sanofi-Pasteur. Vous avez dit conflits d’intérêts ? Vous auriez tort de ne pas le dire… Le Conseil d’Etat, le 08/02/2017, exige du gouvernement de prendre une licence libre pour obliger l’industrie à fabriquer à nouveau un DTP sans adjuvant aluminique, à moins que d’autres obligations vaccinales ne soient imposées… L’aporie d’une vaccination obligatoire et indisponible n’a choqué personne pendant 9 ans. 

Les directions de crèches ou maternelles refusent les enfants n’ayant pas eu de vaccins simplement recommandés. Où est le principe de subsidiarité : une hiérarchie administrative inférieure doit suivre la Loi supérieure, non ? D’où les manifestations des parents devant crèches et écoles en Italie, où 10 vaccins sont obligatoires depuis juin. 

Et nos voisins ? En Belgique, seul D est obligatoire ; au Portugal, seuls D et P ; en Suisse, seul P. Les autres voisins n’ont aucune obligation vaccinale. 

Pourquoi cette précipitation à vouloir vacciner tous contre tout, ou presque ? Le rapport sur la vaccination en 2016 estime que l’obligation vaccinale étendue rapporterait entre 110 et 120 millions d’€ par an à l’industrie. La Santé Publique n’est-elle qu’un prétexte pour introduire la vaccination obligatoire, servir les intérêts de l’industrie, des lobbies, d’autres qui en bénéficient ? 

http://aid97400.lautre.net
 
Dr Bruno Bourgeon, président d’AID

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

TruthION 23/10/2017 17:22

Voter une loi qui déresponsabilise en cas de problème, c'est induit donc qu'il y a un risque. CQFD.
De plus, cette passion pour la vaccination obligatoire, en plus des enjeux financiers, politiques et j'ai envie de dire, d'eugénisme ( ça n'engage que moi ) traduit un malaise à un certain niveau : celui de l'immigration massive. Hé oui, les frontières sont ouvertes, aux migrants, clandestins venants de pays souvent insalubres donc vecteur de maladies. Ouvrir ses frontières pour l'être humain, au delà de l'aspect caritatif bien pensant anti raciste du pébron gocho de base, c'est aussi ouvrir les frontières aux maladies donc, mais à la prostitution, au trafic d'organes, d'être humains entier d'ailleurs ( un bon nombre d'enfants et ados migrants manquent à l'appel depuis qu'ils ont été repêchés au large des côtes Lybienne par des ONG...), au trafic d'armes, de drogue, d'argent... bref. Le gouvernement tente de se laver les mains avec cette histoire de vaccination car ils savent que de nouvelles épidémies vont resurgir d'ici peu. En gros, il faut choisir entre la peste ou le choléras, littéralement ! haha

gribouille 23/10/2017 15:53

Déresponsabilisation des médecins, ok... mais la responsabilité en revient quoiqu'il arrive au gouvernement, non ? ah bah non... aux lobbys? non plus! c'est de la responsabilité du patient alors? Oui, c'est pour bientôt, ne vous inquiétez pas!

ze 24/10/2017 09:56

s'il y a un problème suite à la vaccination, il y a beau voir un fond d'indemnisation, la vie de la personne est détruite définitivement.
Pourquoi des enfants vaccinés seraient exposés à des virus mortels si les vaccins sont efficaces ? Seuls les enfants non vacciné devraient en pâtir ?
Un enfant vacciné ne risque plus rien, n’est-ce-pas ?
Libre à nous de choisir. il y en a marre des gens qui parlent au nom des autres et qui définissent ce qui est bon ou mauvais, il est grand temps de reprendre notre souveraineté dirais-je notre intégrité personnelle et au diable ses institutions qui ne font qu'enchainer notre peuple, ils veulent créer un génocide à grande échelle !

Le Nouveau Paradigme 23/10/2017 16:14

Vous ne pouvez vous retourner contre personne en France c'est la loi! il existe cependant un fond d'indemnisation pour les dommages collatéraux!

Nous sommes sociaux !

Articles récents