Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le binge drinking détruit le cerveau des adolescents

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 3 Novembre 2017, 23:01pm

Catégories : #Société

Les effets de ces "beuveries express" sont irréversibles, s'alarme un spécialiste, qui dénonce la responsabilité des lobbies et des politiques.

 

L'alcool est la principale drogue chez les jeunes et le «  binge drinking  », qui consiste à en absorber beaucoup dans un laps de temps très court, est emblématique de nouvelles pratiques. Le résultat est dramatique, non seulement à court mais aussi à long terme. C'est pourquoi le professeur Amine Benyamina, chef du service de psychiatrie et d'addictologie de l'hôpital Paul-Brousse (AP-HP), lance un cri d'alarme. Il a publié en septembre Comment l'alcool détruit la jeunesse, un livre écrit avec la journaliste Marie-Pierre Samitier.

 

L'ouvrage commence par le témoignage d'une mère qui accompagne son fils de 16 ans à une soirée organisée pour les 20 ans du fils d'une de ses amies. Là, elle découvre que tous les jeunes sont agglutinés autour d'un buffet couvert de bouteilles d'alcools forts – gin, vodka, rhum – et de canettes de boissons énergisantes. Au moment de partir, conscientes de laisser sciemment leurs adolescents consommer de l'alcool « pour s'amuser », elles sont appelées à l'aide, car une jeune fille va mal. Elle vomit… de la vodka puisque, comme ses copines, elle n'a rien mangé avant de boire pour que l'alcool fasse effet plus vite…

Caricatural, imaginez-vous ? Hélas, non. En effet, on est loin aujourd'hui de la tradition qui consistait à faire découvrir un bon vin aux jeunes gens ou à leur offrir leur première coupe de champagne lors d'un repas de famille, regrettent les auteurs. « Entre 13 et 25 ans, il faut en passer aujourd'hui de façon quasi incontournable par le rituel du binge drinking », donc de la « beuverie express ».

Les conséquences commencent à être mieux connues alors que, pendant longtemps, les études ont essentiellement porté sur les lésions liées à une consommation excessive dans le cerveau des adultes, en général autour de 45 ans. Or, le cerveau des jeunes, dont la maturation se termine vers l'âge de 25 ans, est bien plus sensible aux effets de l'alcool, a fortiori quand il est ingéré en doses massives. Les quelques études qui ont porté plus spécifiquement sur les effets du «  binge drinking  » chez les 13-24 ans ont montré des modifications au niveau de l'organisation globale du cerveau avec, notamment, une moindre densité de la matière grise, une désorganisation des réseaux qui traitent les informations sensorielles et des modifications au sein de différentes structures dont le cortex préfrontal (qui joue un rôle important dans la mémorisation, les émotions et les troubles de l'humeur).

« Des zones du cerveau qui ont des fonctions fondamentales pour chaque être humain dans la cognition et la mémoire, points de repère et d'arrimage dans la vie sociale, sont donc atteintes par la consommation d'alcool », ajoutent les auteurs qui regrettent notre « culture de banalisation, qui nous fait fermer les yeux ». Ils dénoncent avec violence « certains lobbies qui déploient leur perversité jusqu'à rendre l'alcool encore plus attractif » (par exemple en y ajoutant du sucre) ainsi que « les politiques qui favorisent des intérêts privés ». Selon eux, une réponse politique s'impose. D'urgence.

source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents