Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Un essaim sismique prend de l'ampleur dans les Alpes françaises

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 7 Novembre 2017, 16:43pm

Catégories : #Changements terrestres

Que se passe-t-il dans les Alpes françaises ? Que de séismes !

Des petits tremblements de terre prolifèrent dans cette région depuis quatre mois.

Mais que se passe-t-il exactement dans la vallée de la Maurienne ? Cette région du département de la Savoie, dans les Alpes françaises, est en effet “secouée” depuis quatre mois par de très nombreux séismes, la plupart de très faible intensité.

Ce phénomène prend de l’ampleur et commence à inquiéter la population locale. Et pour faire face à cette inquiétude, une réunion d’information, en présence de scientifiques, a été organisée dans le village de la Chapelle le 6 novembre dernier. A Montgellafrey, une autre localité de la région, des consignes de sécurité ont été mises en place.

Si à l’heure actuelle, les scientifiques n’ont que peu d’éléments pour expliquer l’origine de ces secousses, les dernières significatives datant du week-end dernier, ils viennent de mettre en place dans cette zone de nouveaux capteurs pour mieux la cerner.

“Un essaim sismique” 


Plus de 400 séismes ont été enregistrés depuis le mois de juillet par les appareils du réseau d’observation SISMalp piloté par l’Institut des sciences de la Terre de Grenoble. Mais, sur ce total, plus de 200 secousses ont été répertoriées rien qu’en octobre. Ces séismes n’ont provoqué aucun dégât. Des dommages peuvent être causés aux habitations lorsque le seuil d’une magnitude 5 sur l‘échelle de Richter est atteint.

Entre le 1er et le 27 octobre, 262 séismes ont été enregistrés dans la Maurienne. Trois tremblements de terre ont dépassé le seuil de magnitude 3 sur l‘échelle de Richter.

Pour tenter de comprendre ce phénomène, nous avons contacté Philippe Guéguen, docteur en sismologie, l’un des scientifiques du SISMalp.

“Depuis quatre mois, il y a une augmentation de la sismicité dans cette zone, avec pas mal de séismes ressentis par la population. Ils sont très concentrés en temps et en espace. C’est ce qu’on appelle un essaim sismique. Il y a une petite augmentation de la sismicité depuis 2015. Et depuis quatre mois, il y a une une augmentation qui est significative. Au mois d’octobre, parmi les 200 séismes qui se sont produits, un de magnitude 3,7, le jeudi 27 octobre, a un peu secoué la région.”

Comment expliquer ce phénomène ?

“Nous ne le savons pas trop. Premièrement, nous sommes dans les Alpes. Et des séismes de magnitude 3, c’est fréquent dans ce massif. Dans la vallée de la Maurienne, c’est un secteur où se trouve des failles actives, notamment la faille de Belledonne. Il y a, ensuite, des failles perpendiculaires à cette grande faille. Ces petites failles secondaires se “déchirent” et sont en extension. C’est ce mécanisme qui est à l’origine des plus importants séismes de ces derniers jours. Cet essaim s’aligne le long de ces failles secondaires. C’est donc un phénomène lié à la tectonique. Par contre, nous ne savons pas pourquoi, d’un coup, de petits séismes se déclenchent.”

Existe-t-il d’autres essaims sismiques dans les Alpes ?

“Oui, il y en a un bien connu vers Barcelonnette (département des Alpes-de-Haute-Provence), dans la vallée de l’Ubaye. Il y a eu plusieurs séquences d’activation de cet essaim depuis que l’on observe l’activité sismique dans les Alpes, au début des années 1990. Un autre essaim est localisé au-dessus de Chamonix (Haute-Savoie) sur la commune de Vallorcine. Là aussi, nous savons qu’il y a des périodes d’activation. En ce moment, ces essaims ne sont pas plus actifs que cela. Il y a eu une crise en 2012 dans l’Ubaye, où en deux mois il y a eu plus de 5 000 séismes qui ont été enregistrés. Ce sont des essaims vraiment très actifs dans le temps. Et lorsque l’on remonte dans le passé, ce n’est pas la première fois qu’il y a eu autant de séismes. Mais pour celui de la Maurienne, effectivement, nous n’avons pas observé, depuis 1989, une augmentation de la sismicité. C’est forcément tectonique, il y a une faille qui doit être à l’origine.”

Ce phénomène prend-t-il de l’ampleur ?

_“On a l’impression que le phénomène se renforce, mais il faut faire attention. C’est parce que ces derniers jours, il y a eu un séisme de magnitude 3,7. Mais c’est vrai que la sismicité depuis deux mois est soutenue avec peut-être une augmentation. Il faut que l’on affine un peu plus. C’est pour ça que nous avons ajouté cinq stations, très localisées pour améliorer pour avoir une meilleure représentation des structures à l’oeuvre (ndlr : plus de soixante capteurs sont installés dans les Alpes).

Qu’espérez-vous pouvoir faire ?

“Premièrement, c’est comprendre pourquoi d’un coup cet essaim se déclenche. Puis notre objectif à terme, ce serait d’être capable d’estimer quand l’essaim démarre, quelle pourrait être la magnitude la plus forte probable. Et quelle pourrait être la dynamique, la signature de cet essaim. Nous n’en sommes pas encore là. Chaque essaim est différent, c’est ça la difficulté. C’est pas parce que l’on observe quelque chose dans la vallée de l’Ubaye que l’on va le retrouver dans la vallée de la Maurienne.”

Cet essaim pourrait-il déclencher des avalanches ?

“Je ne sais pas si ce phénomène pourrait produire des avalanches. Nous savons qu’il y a des phénomènes induits, des vibrations. Sur place, les gens ressentent essentiellement des “explosions”, ils ont l’impression d’avoir des “bangs” d’avions supersoniques. Dans le cas de séismes un peu plus gros, oui ,éventuellement, ils pourraient déstabiliser le manteau neigeux. Mais nous n’avons pas d’éléments pour dire ça. Il n’y a pas de relevés significatifs, nous n’avons pas de capteurs acoustiques pour connaître le niveau sonore. C’est difficile de dire que cet essaim pourrait déclencher une avalanche. De toute façon, la Maurienne, c’est un couloir où il y a des avalanches.”

 

Sources

entretien avec Philippe Guéguen Par Vincent Coste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sato 07/11/2017 23:16

"... Par contre, nous ne savons pas pourquoi, d’un coup, de petits séismes se déclenchent.”

Rien ne distingue un séisme provoqué d’un séisme naturel, cependant on ne sait provoquer que des séismes superficiels, comme celui d’Haïti. Ce qui suscite le trouble, c’est que la réaction des Etats-Unis. Alors que les médias atlantistes se contentent de relayer la polémique sur les violations de la souveraineté haïtienne, les médias latinos-américains s’interrogent sur la rapidité du déploiement des GI’s : dès le premier jour, plus de 10 000 soldats et contractants sont arrivés à Haïti. Cet exploit logistique s’explique simplement. Ces hommes étaient déjà pré-positionnés dans le cadre d’un entraînement militaire.... Au moment précis du tremblement de terre, ils se trouvaient tous à l’abri, à l’ambassade US qui est construite selon les normes anti-sismiques, à l’exception de deux hommes qui se trouvaient à l’hôtel Montana et qui auraient été blessés.... Il a souvent fait mention de sa présence à Port-au-Prince durant le séisme, mais jamais des motifs de cette présence....

Durant la Seconde Guerre mondiale des chercheurs néo-zélandais ont tenté d’élaborer une machine à provoquer des tsunamis qui puisse être utilisée contre le Japon. Les travaux furent dirigés par l’Australien Thomas Leech de l’université d’Auckland, sous le nom de code « PROJET SEAL ». Plusieurs expériences à petite échelle furent réalisées, en 1944-1945, à Whangaparaoa. Elles furent couronnées de succès...
À partir de 1975, l’URSS a ouvert de nouvelles recherches de Magnétohydrodynamique (MHD). Il s’agissait d’étudier la croute terrestre et de prévoir les séismes. Les Soviétiques étudièrent la possibilité de provoquer de petits séismes pour en éviter un grand. Ces recherches furent bientôt militarisées. Elles aboutirent à la construction de PAMIR, la machine à tremblement de terre. Elles aboutirent à la construction de Pamir, la machine à tremblement de terre... En 1995, alors que la Russie était gouvernée par Boris Eltsine et l’oligarque Viktor Tchernomyrdine, l’US Air Force recruta les chercheurs et leur laboratoire à Nijni Novgorod. Ils y construisirent une machine beaucoup plus puissante, Pamir 3, qui fut testée avec succès. Le Pentagone achèta alors les hommes et le matériel et les transporta aux USA, où ils furent intégrés au programme HAARP...

Le système prochainement mis en place, dont le nom est " IRI " pour Instrument de Recherche Ionosphérique, sera constitué d'un ensemble de 360 antennes, soit dix fois plus qu'actuellement. Ce sigle est étrangement proche au point de la parodier, de celui de l'écriteau, " INRI " accroché à la croix au dessus de la tête du Sauveur.

Le potentiel disponible engendré par le système du projet HAARP est absolument fantastique :

- Perturber sérieusement les systèmes de communications des satellites au point par exemple de plonger dans le silence une partie de la planète.
- Modifier, intercepter et contrôler la trajectoire de missiles ennemis bien avant qu'ils se profilent à l'horizon.
- Modifier la météorologie au dessus de zones prédéfinies en localisation et en étendue… inondations et sécheresses seraient ainsi donc programmables.
- Modifier les fréquences de l'air.
- Affecter par radiation électromagnétique pulsée les fonctions cérébrales propres au processus de la pensée humaine
- Augmenter la température interne du corps pouvant ainsi provoquer des conflits psychologiqueset des problèmes de santé.
- Provoquer par échauffement local, l'explosion de réservoirs d'automobiles.
- Mettre à feu des munitions transportées par air par fusion des fusibles de protection des systèmes électroniques embarqués.
- Brouiller les systèmes de communication/navigation utilisés par les compagnies aériennes civiles ou militaires.
- Modifier les chemins de migration de la faune sauvage. Les suicides de masse des baleines, cachalots et autres dauphins devraient nous faire réfléchir car ces phénomènes étaient inexistants par le passé; les tortues de mer qui meurent faute de pouvoir gagner une plage, des poissons tropicaux que l'on trouve dans les eaux froides du cercle arctique sont autant d'exemples alarmants.
- Effectuer une exploration topographique, pour collecter des informations, ausculter et analyser le sous-sol afin de localiser des laboratoires et autres fabriques d'armes souterrains.
- de détecter des tremblements de terre ou de les provoquer.
- Faire fondre la/les calotte(s) polaire(s).
- Créer un bouclier thermique qui permettrait par exemple d'évaluer la composition des éléments constitutifs d'un missile balistique intercontinental.
- Provoquer une surtension électronique dans les systèmes embarqués de guidage d'un avion en vol d'intrusion en basse altitude. Un satellite espion ou " non référencé " pourrait être soumis au même régime.
- Améliorer les moyens de commande, de contrôle et de communication militaires;.
- Zapper toute forme de communication radio sur une aire donnée tout en maintenant le fonctionnement du système de communication interne.
- Constituer un instrument de recherche pour les énergies fossiles.
- Générer une imagerie tridimensionnelle ( voir: Projet Blue Beam )
...
par J.V. Sassenage

http://secretebase.free.fr/complots/techno/seisme/seisme.htm

La Guerre secrète contre les peuples – Conférence de Claire Séverac au Théâtre de la Main d'or
https://www.youtube.com/watch?v=hlklGE4ko3U

Sato 07/11/2017 23:14

"... Par contre, nous ne savons pas pourquoi, d’un coup, de petits séismes se déclenchent.”

Rien ne distingue un séisme provoqué d’un séisme naturel, cependant on ne sait provoquer que des séismes superficiels, comme celui d’Haïti. Ce qui suscite le trouble, c’est que la réaction des Etats-Unis. Alors que les médias atlantistes se contentent de relayer la polémique sur les violations de la souveraineté haïtienne, les médias latinos-américains s’interrogent sur la rapidité du déploiement des GI’s : dès le premier jour, plus de 10 000 soldats et contractants sont arrivés à Haïti. Cet exploit logistique s’explique simplement. Ces hommes étaient déjà pré-positionnés dans le cadre d’un entraînement militaire.... Au moment précis du tremblement de terre, ils se trouvaient tous à l’abri, à l’ambassade US qui est construite selon les normes anti-sismiques, à l’exception de deux hommes qui se trouvaient à l’hôtel Montana et qui auraient été blessés.... Il a souvent fait mention de sa présence à Port-au-Prince durant le séisme, mais jamais des motifs de cette présence....

Durant la Seconde Guerre mondiale des chercheurs néo-zélandais ont tenté d’élaborer une machine à provoquer des tsunamis qui puisse être utilisée contre le Japon. Les travaux furent dirigés par l’Australien Thomas Leech de l’université d’Auckland, sous le nom de code « PROJET SEAL ». Plusieurs expériences à petite échelle furent réalisées, en 1944-1945, à Whangaparaoa. Elles furent couronnées de succès...
À partir de 1975, l’URSS a ouvert de nouvelles recherches de Magnétohydrodynamique (MHD). Il s’agissait d’étudier la croute terrestre et de prévoir les séismes. Les Soviétiques étudièrent la possibilité de provoquer de petits séismes pour en éviter un grand. Ces recherches furent bientôt militarisées. Elles aboutirent à la construction de PAMIR, la machine à tremblement de terre. Elles aboutirent à la construction de Pamir, la machine à tremblement de terre... En 1995, alors que la Russie était gouvernée par Boris Eltsine et l’oligarque Viktor Tchernomyrdine, l’US Air Force recruta les chercheurs et leur laboratoire à Nijni Novgorod. Ils y construisirent une machine beaucoup plus puissante, Pamir 3, qui fut testée avec succès. Le Pentagone achèta alors les hommes et le matériel et les transporta aux USA, où ils furent intégrés au programme HAARP...

Le système prochainement mis en place, dont le nom est " IRI " pour Instrument de Recherche Ionosphérique, sera constitué d'un ensemble de 360 antennes, soit dix fois plus qu'actuellement. Ce sigle est étrangement proche au point de la parodier, de celui de l'écriteau, " INRI " accroché à la croix au dessus de la tête du Sauveur.

Le potentiel disponible engendré par le système du projet HAARP est absolument fantastique :

- Perturber sérieusement les systèmes de communications des satellites au point par exemple de plonger dans le silence une partie de la planète.
- Modifier, intercepter et contrôler la trajectoire de missiles ennemis bien avant qu'ils se profilent à l'horizon.
- Modifier la météorologie au dessus de zones prédéfinies en localisation et en étendue… inondations et sécheresses seraient ainsi donc programmables.
- Modifier les fréquences de l'air.
- Affecter par radiation électromagnétique pulsée les fonctions cérébrales propres au processus de la pensée humaine
- Augmenter la température interne du corps pouvant ainsi provoquer des conflits psychologiqueset des problèmes de santé.
- Provoquer par échauffement local, l'explosion de réservoirs d'automobiles.
- Mettre à feu des munitions transportées par air par fusion des fusibles de protection des systèmes électroniques embarqués.
- Brouiller les systèmes de communication/navigation utilisés par les compagnies aériennes civiles ou militaires.
- Modifier les chemins de migration de la faune sauvage. Les suicides de masse des baleines, cachalots et autres dauphins devraient nous faire réfléchir car ces phénomènes étaient inexistants par le passé; les tortues de mer qui meurent faute de pouvoir gagner une plage, des poissons tropicaux que l'on trouve dans les eaux froides du cercle arctique sont autant d'exemples alarmants.
- Effectuer une exploration topographique, pour collecter des informations, ausculter et analyser le sous-sol afin de localiser des laboratoires et autres fabriques d'armes souterrains.
- de détecter des tremblements de terre ou de les provoquer.
- Faire fondre la/les calotte(s) polaire(s).
- Créer un bouclier thermique qui permettrait par exemple d'évaluer la composition des éléments constitutifs d'un missile balistique intercontinental.
- Provoquer une surtension électronique dans les systèmes embarqués de guidage d'un avion en vol d'intrusion en basse altitude. Un satellite espion ou " non référencé " pourrait être soumis au même régime.
- Améliorer les moyens de commande, de contrôle et de communication militaires;.
- Zapper toute forme de communication radio sur une aire donnée tout en maintenant le fonctionnement du système de communication interne.
- Constituer un instrument de recherche pour les énergies fossiles.
- Générer une imagerie tridimensionnelle ( voir: Projet Blue Beam )
...
par J.V. Sassenage

http://secretebase.free.fr/complots/techno/seisme/seisme.htm

La Guerre secrète contre les peuples – Conférence de Claire Séverac au Théâtre de la Main d'or
https://www.youtube.com/watch?v=hlklGE4ko3U

Sato 07/11/2017 23:13

"... Par contre, nous ne savons pas pourquoi, d’un coup, de petits séismes se déclenchent.”

Rien ne distingue un séisme provoqué d’un séisme naturel, cependant on ne sait provoquer que des séismes superficiels, comme celui d’Haïti. Ce qui suscite le trouble, c’est que la réaction des Etats-Unis. Alors que les médias atlantistes se contentent de relayer la polémique sur les violations de la souveraineté haïtienne, les médias latinos-américains s’interrogent sur la rapidité du déploiement des GI’s : dès le premier jour, plus de 10 000 soldats et contractants sont arrivés à Haïti. Cet exploit logistique s’explique simplement. Ces hommes étaient déjà pré-positionnés dans le cadre d’un entraînement militaire.... Au moment précis du tremblement de terre, ils se trouvaient tous à l’abri, à l’ambassade US qui est construite selon les normes anti-sismiques, à l’exception de deux hommes qui se trouvaient à l’hôtel Montana et qui auraient été blessés.... Il a souvent fait mention de sa présence à Port-au-Prince durant le séisme, mais jamais des motifs de cette présence....

Durant la Seconde Guerre mondiale des chercheurs néo-zélandais ont tenté d’élaborer une machine à provoquer des tsunamis qui puisse être utilisée contre le Japon. Les travaux furent dirigés par l’Australien Thomas Leech de l’université d’Auckland, sous le nom de code « PROJET SEAL ». Plusieurs expériences à petite échelle furent réalisées, en 1944-1945, à Whangaparaoa. Elles furent couronnées de succès...
À partir de 1975, l’URSS a ouvert de nouvelles recherches de Magnétohydrodynamique (MHD). Il s’agissait d’étudier la croute terrestre et de prévoir les séismes. Les Soviétiques étudièrent la possibilité de provoquer de petits séismes pour en éviter un grand. Ces recherches furent bientôt militarisées. Elles aboutirent à la construction de PAMIR, la machine à tremblement de terre. Elles aboutirent à la construction de Pamir, la machine à tremblement de terre... En 1995, alors que la Russie était gouvernée par Boris Eltsine et l’oligarque Viktor Tchernomyrdine, l’US Air Force recruta les chercheurs et leur laboratoire à Nijni Novgorod. Ils y construisirent une machine beaucoup plus puissante, Pamir 3, qui fut testée avec succès. Le Pentagone achèta alors les hommes et le matériel et les transporta aux USA, où ils furent intégrés au programme HAARP...

Le système prochainement mis en place, dont le nom est " IRI " pour Instrument de Recherche Ionosphérique, sera constitué d'un ensemble de 360 antennes, soit dix fois plus qu'actuellement. Ce sigle est étrangement proche au point de la parodier, de celui de l'écriteau, " INRI " accroché à la croix au dessus de la tête du Sauveur.

Le potentiel disponible engendré par le système du projet HAARP est absolument fantastique :

- Perturber sérieusement les systèmes de communications des satellites au point par exemple de plonger dans le silence une partie de la planète.
- Modifier, intercepter et contrôler la trajectoire de missiles ennemis bien avant qu'ils se profilent à l'horizon.
- Modifier la météorologie au dessus de zones prédéfinies en localisation et en étendue… inondations et sécheresses seraient ainsi donc programmables.
- Modifier les fréquences de l'air.
- Affecter par radiation électromagnétique pulsée les fonctions cérébrales propres au processus de la pensée humaine
- Augmenter la température interne du corps pouvant ainsi provoquer des conflits psychologiqueset des problèmes de santé.
- Provoquer par échauffement local, l'explosion de réservoirs d'automobiles.
- Mettre à feu des munitions transportées par air par fusion des fusibles de protection des systèmes électroniques embarqués.
- Brouiller les systèmes de communication/navigation utilisés par les compagnies aériennes civiles ou militaires.
- Modifier les chemins de migration de la faune sauvage. Les suicides de masse des baleines, cachalots et autres dauphins devraient nous faire réfléchir car ces phénomènes étaient inexistants par le passé; les tortues de mer qui meurent faute de pouvoir gagner une plage, des poissons tropicaux que l'on trouve dans les eaux froides du cercle arctique sont autant d'exemples alarmants.
- Effectuer une exploration topographique, pour collecter des informations, ausculter et analyser le sous-sol afin de localiser des laboratoires et autres fabriques d'armes souterrains.
- de détecter des tremblements de terre ou de les provoquer.
- Faire fondre la/les calotte(s) polaire(s).
- Créer un bouclier thermique qui permettrait par exemple d'évaluer la composition des éléments constitutifs d'un missile balistique intercontinental.
- Provoquer une surtension électronique dans les systèmes embarqués de guidage d'un avion en vol d'intrusion en basse altitude. Un satellite espion ou " non référencé " pourrait être soumis au même régime.
- Améliorer les moyens de commande, de contrôle et de communication militaires;.
- Zapper toute forme de communication radio sur une aire donnée tout en maintenant le fonctionnement du système de communication interne.
- Constituer un instrument de recherche pour les énergies fossiles.
- Générer une imagerie tridimensionnelle ( voir: Projet Blue Beam )
...
par J.V. Sassenage

http://secretebase.free.fr/complots/techno/seisme/seisme.htm

La Guerre secrète contre les peuples – Conférence de Claire Séverac au Théâtre de la Main d'or
https://www.youtube.com/watch?v=hlklGE4ko3U

Nous sommes sociaux !

Articles récents