Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Des substances toxiques dans les baumes à lèvres

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 5 Décembre 2017, 23:10pm

Catégories : #Santé

Selon une étude menée par l’UFC-Que-Choisir sur 21 sticks hydratants, 10 contiendraient des perturbateurs endocriniens ou des huiles minérales cancérogènes.
Les sticks et autres baumes pour hydrater les lèvres et prévenir les gerçures durant l'hiver peuvent s'avérer dangereux pour la santé, révèle une étude de l'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir publiée ce mardi.
 

Sur les 21 batonnets testés - comme ceux de la marque Labello, Yves Rocher, Garnier - la moitié contenait des substances toxiques telles des perturbateurs endocriniens ou des huiles minérales reconnues comme cancérogènes. 

Des substances acumulées dans le foie

« Ce que l'on a retrouvé ce sont des résidus, l'un est cancérogène et l'autre semble être toxique », explique Fabienne Maleysson journaliste à l'UFC-Que Choisir  au micro de France Info qui s'inquiète de l'accumulation de cette substance dans l'organisme. « Notamment dans le foie et dans les ganglions lymphatiques », note-t-elle.

« On ne sait pas exactement quelles sont les conséquences pour l'organisme, mais des études ont montré que  certaines personnes en ont jusqu'à 5 grammes dans l'organisme, donc on estime que ce n'est pas du tout souhaitable", ajoute-t-elle.

Sur les 21 baumes à lèvres testés, 3 contiennent du BHT, un conservateur classé parmi les perturbateurs endocriniens. Chimiquement appelé Butyl hydroxytoluène, il est présent dans l'alimentation et dans les produits consmétiques, comme le parfum, les rouges à lèvres ou les sticks hydratant. 

Si sa dangerosité n'est pas avérée, mieux vaut ne pas en abuser. « On est exposé à tant de produits nocifs, que ce soit dans l'alimentation ou dans les cosmétiques. Donc en ajouter un sur les muqueuses des lèvres, où il y a absorption très rapide, ce n'est pas une bonne chose », explique à France Info Barbara Demeinex, spécialiste des perturbateurs endocriniens.


En savoir plus sur https://www.lesechos.fr
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents